AU FIL DES HOMELIES

Photos

JE SUIS LA LUMIÈRE

Is 42, 1-7 ; Jn 8, 12-29

Lundi Saint – A

(13 avril 1987)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

A

u commencement de cette Sainte Semaine qui est celle de la Passion du Christ, l'évan­gile est comme le résumé de toutes ces nom­breuses altercations de Jésus avec les juifs. Résumé du témoignage du Christ : "Je suis la lumière, la lu­mière du monde, mais parce que vous ne croyez pas en Moi, vous mourrez dans votre péché." Ce péché qui est la mort de ceux qui ne veulent pas croire, ce péché va consister non seulement à rejeter "Celui qui vient du Père" mais à le mettre à mort. Et c'est dans cette mise à mort de l'Envoyé du Père que consiste précisément l'ultime révélation de sa divinité. "Quand vous aurez élevé (élevé sur la croix) le Fils de l'Homme, alors Il sera élevé (élevé dans la gloire), alors vous saurez que "JE SUIS", que je porte ce nom qui est celui même de Dieu, que "JE SUIS" comme le Père, que Je suis votre Dieu".

C'est donc la Passion sous son double aspect, la Passion comme rejet du Christ, la Passion comme refus de son message et de son amour, la Passion comme mise à mort de Jésus et en même temps cet autre aspect, la Passion comme révélation de la divi­nité du Christ, comme manifestation qu'Il est le Fils de Dieu, qu'Il est Dieu Lui-même venu sur la terre. C'est dans l'abaissement ultime du Fils de l'Homme, c'est dans l'ultime déréliction du Christ que se mani­feste sa divinité. Parce qu'Il est "d'en haut", c'est-à-dire parce qu'Il vient d'auprès de Dieu, sa puissance se manifestera non pas en le débarrassant de ses agres­seurs, non pas en le rendant humainement victorieux de ceux qui s'opposent à Lui, mais parce qu'Il est d'en haut, donc parce qu'Il est d'auprès de Dieu, sa puis­sance véritable se manifestera dans sa mort, dans son sacrifice, dans le don ultime qu'Il nous fait de sa vie et de tout ce qu'Il est.

Telle est la puissance de Dieu. La puissance de Dieu c'est celle d'un crucifié, la puissance de Dieu, c'est celle d'un homme qui meurt, la puissance de Dieu, c'est celle d'un Dieu qui meurt, d'un Dieu qui est rejeté, assassiné, mais qui, dans cette offrande de Lui-même, nous donne le dernier, l'ultime secret de son pouvoir : Il est Celui qui nous sauve par de don ultime et total de ce qu'Il est et de son amour. Il est le Serviteur de Dieu qui vient pour nous rassembler dans notre faiblesse et c'est pour cela qu'Il s'est faible avec les faibles, non pas pour se pencher sur nous du haut du ciel, mais pour venir partager notre souffrance et pour venir nous chercher au plus profond de notre abîme. C'est ce que prophétiquement Isaïe annonçait : "un serviteur qui ne brise pas le roseau froissé, qui n'éteint pas la mèche qui fume encore". Tel est le Christ, faible avec les hommes faibles, pauvres avec les pauvres, parce que c'est son amour qui le met à notre niveau, qui le met à notre proximité et qui lui permet ainsi de nous sauver, de l'intérieur même de notre faiblesse et de notre pauvreté.

Contemplons la divinité du Christ dans sa croix, contemplons le sacrifice de Dieu dans sa mort, contemplons notre salut dans cette déréliction, et quelle que soit notre faiblesse, quelle que soit notre pauvreté et notre misère, nous savons que le Christ est prés de nous, qu'Il est faible avec nous, pour que sa force nous délivre.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public