AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA LUMIÈRE ET LES TÉNÈBRES

Is 42, 1-7 ; Jn 8, 12-29

Lundi de la semaine sainte – A

(17 mars 2008)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

 

L

a lumière, les ténèbres, le Christ dressé sur la croix comme un flambeau. Frères et sœurs, en cette fin de carême, en ce début de semaine sainte, peut-être que notre cœur est enténébré parce que finalement nous n'avons pas réussi à être fidèle aux engagements que nous avions pris au début de ce carême. Enténébré parce que nous n'avons pas réussi à être fidèle à ces engagements, à cause peut-être de problèmes extérieurs indépendants de notre volonté : une maladie subite, quelque chose d'imprévu. Nous n'avons peut-être pas non plus su suivre nos engagements à cause de notre propre faiblesse, de notre péché, de notre égoïsme. Et en même temps, comme une petite musique vous vous êtes peut-être dit : comment se fait-il à la fois que je sache d'où je viens, du cœur de Dieu, car tout homme est enfant de Dieu, et que pourtant, le chemin que je prends ne me mène pas vers Dieu mais vers l'échec, vers la souffrance, peut-être même vers la mort pour certains d'entre vous qui avez accompagné quelqu'un que vous aimiez au bord de la mort.

Qu'est-ce que cela veut dire, être à la fois appelé à marcher sur les chemins de Vie et en même temps sentir qu'au bout de ce chemin étroit ne luisent que les ténèbres, l'échec, la mort, le néant ? Je crois frères et sœurs, c'est la force de ce discours que Jésus a prononcé devant les pharisiens, c'est la force même de cette semaine sainte qui nous demande de nous décentrer de nous-mêmes, de nos petits objectifs si maigres, si ténus, et que cette fois-ci, il ne s'agit pas de regarder son visage dans le miroir de notre prière que nous croyons être spirituelle, mais que nous sommes appelés à contempler le visage du Christ. Nous sommes appelés à découvrir que le carême et la vie chrétienne ne sont pas des objectifs, mais que Dieu ne nous demande qu'une seule chose, c'est cette résolution qui marquait le visage du Christ. La vie chrétienne n'est pas d'abord un objectif déjà établi, si ce n'est que de vivre véritablement comme chrétiens, comme enfants de Dieu. Contemplant le visage du Christ au lendemain de ces Rameaux, nous sommes invités à être aussi résolus que lui. Et cette résolution, qu'elle est-elle ? Ce n'est pas aligner le tableau de chasse de grandes réussites caritatives, mais c'est de rester avec Dieu. Nous sommes appelés à prendre un chemin, et nous ne savons pas ce qu'il y a sur ce chemin, nous ne savons pas où nous allons arriver car la vie chrétienne est cette grande aventure. Néanmoins comme le Christ, nous sommes appelés à croire et à être résolus, à découvrir que celui qui nous accompagne sur ce chemin c'est Dieu, quoi qu'il arrive.

Frères et sœurs, si le Christ sur la croix est comme un flambeau qui vient illuminer notre vie de ténèbres, je crois que c'est justement par ce qu'il met en relief. Nous sommes invités à marcher sur notre chemin, nous sommes invités à découvrir que nous ne sommes jamais seuls sur ce chemin. Nous sommes invités à découvrir peut-être le plus grand paradoxe comme je le soulignais tout à l'heure : comment se fait-il que nous soyons à la fois enfants de Dieu et promis à la mort ?

La réponse mise en lumière par le Christ sur la croix, c'est celle-ci: le seul chemin que le Fils de Dieu donne à l'homme pour marcher vers Dieu, c'est le chemin de l'homme.

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public