AU FIL DES HOMELIES

Photos

SERAIT-CE MOI ?

Is 62, 11- Is 63, 7 ; Jn 13, 21-38

Mercredi saint – B

(16 avril 2003)

Homélie du Frère Yves HABERT

 

L

a trahison de Judas. Tout est dit, et en même temps, cela soulève un nombre considérable de questions. Beaucoup de poètes, beaucoup d'écrivains se sont interrogés sur cette personne de Judas, beaucoup de théologiens, de métaphysiciens ? Parce qu'à travers cette affaire qui semble toute sim­ple, beaucoup de questions se posent : qui était Judas ? pourquoi a-t-il trahi ? était-il nécessaire qu'il tra­hisse son ami ? et si c'était nécessaire, pourquoi l'en blâmer ? Ce personnage de Judas qu'on retrouve dans tous ces drames de la Passion que l'on jouait au Moyen-Age, comme un personnage un peu embléma­tique, un personnage phare.

Mais je crois qu'il ne faut pas trop faire de questions, de spéculations sur cette personne de Ju­das, peut-être faut-il simplement y voir comme une sorte de drame intérieur, et à ce moment-là les poètes sont les plus à même de saisir le débat intérieur de cet homme. Ainsi, quand on a voulu justifier son exis­tence, son reniement par ce rôle nécessaire qu'il avait à jouer dans la rédemption, on peut se dire que beau­coup d'autres personnes auraient pu aller dans ce jar­din, et montrer du doigt, cet homme, beaucoup au­raient pu livrer cet homme, beaucoup lui en voulaient suffisamment pour le livrer. Non, il a fallu que ce soit lui. Là on touche aussi quelque chose d'important, c'est que tous les événements de Pâque, tout ce que nous lisons en ce moment, sont certes des récits de ce qui s'est réellement passé, mais ce sont aussi des en­seignements, et peut-être que ces récits ont été écrits de façon privilégiée pour enseigner les catéchumènes, pour ceux qui se préparaient à recevoir le baptême. Au-delà des événements, il y a l'enseignement qui est derrière.

Je crois que c'est l'enseignement d'un certain trouble. Lanza del Vasto, qui est un homme qui a beaucoup médité sur la non-violence, il a fondé la communauté de l'Arche, il a écrit un livre sur Judas, il a mis beaucoup de temps à l'écrire, il s'est beaucoup interrogé sur la personne. Son livre est assez confus, et pris d'inquiétude au moment de la parution, il l'a fait lire à un dominicain, qui lui a dit : non, c'est né­cessaire que ce livre paraisse, parce que c'est impor­tant que les gens soient troublés. Peut-être que la per­sonne de Judas est là pour nous troubler un peu. L'évangile n'est pas une sorte de ronron, l'évangile n'est pas une collection de paroles pieuses, l'évangile est provocation, il nous renvoie à notre propre vie, à travers la vie des apôtres, c'est notre propre vie. L'évangile introduit, par le récit de la Passion, le trou­ble dans notre cœur. Et c'est peut-être bien qu'il y ait ce trouble dans notre cœur parce que nous ressem­blons un peu à Judas. Il faudrait que nous ayons l'hu­milité des apôtres : "Serait-ce moi ?" C'est peut-être cela la phrase la plus importante dans l'histoire de Judas, c'est que face à cette histoire, on réagisse en disant : "Serait-ce moi ?"

Serait-ce moi qui préfère les biens matériels aux choses spirituelles ? Serait-ce moi qui voit dans certains exercices ascétiques une certaine façon de rechercher quelque chose ? Serait-ce moi qui traite les choses saintes comme simplement des biens maté­riels ? Serait-ce moi qui ne considère pas l'amitié comme sacrée ? Serait-ce moi ? C'est la question qui nous est posée ? Judas n'est pas forcément quelqu'un d'extérieur à nous, et il nous faut aussi au seuil de cette Passion, nous arrêter sur ce seuil justement et reprendre notre vie, nous qui avons été favorisés, qui avons partagé la vie du Seigneur plus que pendant trois ans, car Judas n'a partagé la vie du Seigneur que pendant trois ans, nous qui sommes favorisés comme Judas peut-être, de tas de dons extraordinaires, parce que je crois qu'il était très doué.

Nous aussi, il nous faut nous demander au seuil de cette Passion : "Serait-ce moi ?" Ce trouble ne doit pas générer en nous une inquiétude plus grande que celle que nous pourrions porter, mais ce trouble doit nous stimuler à aimer davantage.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public