AU FIL DES HOMELIES

Photos

CÉLÉBRER DANS LA JOIE LE PARDON DE DIEU

Is 62, 11- Is 63, 7 ; Jn 13, 21-38

Mercredi saint – C

(7 avril 2004)

Homélie du Frère Yves HABERT

 

L

e reniement et la trahison, est dans l'évangile comme en écho du texte d'Isaïe 63, que nous avons entendu, où le fouleur foule solitaire à la cuve. C'est le jour où l'on a choisi dans cette église, de célébrer ensemble la réconciliation. Au début du carême, tous nous sommes entrés dans cette démarche de repentir, qui ouvre un avenir, cette démarche qui refuse de se laisser aller comme au gré du courant, sinon de se faire emporter par le grand courant de l'amour de Dieu, démarche où l'homme et la femme reconnaissent dans leur liberté ce péché qu'ils ont commis, pour l'avouer et en demander pardon. Nous avons multiplié les moments de réconciliation pen­dant tout le carême, et je m'étonne d'ailleurs chaque fois qu'il y ait si peu de monde à fréquenter ces mo­ments de réconciliation qui sont proposés de façon très large. Quand on propose une soirée de réconci­liation et qu'il n'y a que deux personnes …

Ce soir, justement, ayant profité de ce mo­ment de carême pour se convertir, pour demander pardon de ses fautes, ce soir, on se retrouve tous à l'église pour célébrer ensemble cette réconciliation. Il n'y aura pas d'absolution collective ni individuelle, mais simplement pour manifester comme commu­nauté que nous avons été relevés par le pardon de Dieu et que notre communauté a retrouvé un nouveau dynamisme. Trop souvent la confession a été cachée, comme presque un acte honteux, et il n'y a rien de moins honteux que de se confesser. Il n'y a rien de plus grand pour un homme, pour une femme, que de se tourner vers Dieu, humblement, d'avouer ses fau­tes, sans sentiment morbide d'une culpabilisation ex­cessive, mais de reconnaître devant Dieu, que nous ne sommes pas à la hauteur, que devant Dieu, nous avons trahi son amour, que nous avons renié le Sau­veur, que nous l'avons laissé fouler seul à la cuve en nous détournant de Lui. Qu'une communauté se rende ainsi de tout cela et célèbre dans la joie cette réconci­liation, c'est une des célébrations les plus joyeuses de l'année, puisque tout le monde a reçu le pardon, tout le monde est profondément investi de cette joie qui ne peut venir que de Dieu, c'est celle de Zachée, de la femme adultère, de la samaritaine, de tous ces grands hommes et ces grandes femmes qui sont si joyeux dans l'évangile.

C'est ce qui a manqué à Judas en fait, c'est pour cela qu'il part tout seul. Il lui a manqué une communauté, il lui a manqué le pardon reçu avec d'autres, il lui a manqué de pouvoir recevoir ce par­don, et il s'enfuit tout seul dans la nuit et il n'a pas accès à la gloire. Vous avez remarqué que Jésus dit cette phrase étonnante : "Maintenant, le Fils de l'Homme est glorifié", et Il le dit après le départ de Judas. Judas en quelque sorte a fermé son cœur, il a refusé de rentrer dans cette démarche de pardon, il a refusé de se faire petit, c'est cela le sacrement de ré­conciliation, c'est se faire petit. Il faut passer par cette première porte extraordinaire du pardon reçu, et puis, parce qu'il y avait une autre porte qui était celle de la douceur qui l'attendait, cette porte de l'agapè, la porte de la charité, cette porte du jeudi-saint, qui est extra­ordinaire, puisqu'elle est la clé et la charité de ce Christ qui se donne en donnant son corps, en donnant sa vie. Il y avait une autre porte qui suivait derrière, celle de la douleur, cette porte du vendredi saint que Judas n'a pas voulu voir parce qu'il s'était déjà éloigné. Et après l'immense nuit, magnifique nuit avec tous les baptêmes, avec le retour de la vie, de la vie qui est plus forte que la mort, pour faire éclater la gloire en pleine nuit.

Venons ce soir, même si nous ne nous som­mes pas encore confessés, même si nous projetons de le faire les jours qui précèdent immédiatement Pâ­ques. Venons ce soir pour recueillir pleinement cette grâce, de se savoir aimés, mais en communion, de savoir que notre communauté est l'objet de prédilec­tion de Dieu et que nous sommes dans cette commu­nauté cet élément de choix qui a reçu le pardon, et qui peut en témoigner.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public