AU FIL DES HOMELIES

LE SENS DE NOS ÉPREUVES

Col 1, 24-29 ; Jn 15; 18-25

Jeudi de la cinquième semaine de Pâques – B

(10 mai 2012)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

A l'image du Christ

F

rères et sœurs, au centre de ce discours que Jésus livre à ses disciples avant d'être arrêté, il y a cette phrase : "Le serviteur n'est pas plus grand que son maître, s'ils m'ont persécuté, vous aussi, ils vous persécuteront. S'ils ont gardé ma parole, la vôtre aussi ils la garderont".

Il arrive souvent que lorsqu'on accueille des personnes pour le sacrement de réconciliation, principalement des personnes âgées, elles nous confient leur désespoir de ce que leurs petits enfants ne sont pas baptisés, et qu'il n'y a pas de transmission de la foi. Je souscris pour une certaine partie, mais je leur réponds : Dieu ne peut pas vous accorder ce qu'il n'a pas accordé à son propre Fils. Il a vécu des tribulations au cœur de ce monde, et c'est aussi notre lot.

La mauvaise pioche pour beaucoup d'entre nous, un peu beaucoup, pas du tout ou mal croyants, c'est que nous assimilons trop facilement Dieu à un fayer wool, ce programme informatique qui empêche les virus d'entrer sur votre ordinateur. Ce que nous demandons généralement à Dieu c'est qu'il soit comme un mur, comme un programme qui nous permette de vivre assez tranquillement sans trop souffrir au cœur de ce monde, un peu comme le soldat qui est à l'avant poste, comme le char au cœur de la bataille et qui nous évite de prendre des coups. Voilà pour beaucoup de nos contemporains ce à quoi se résume Dieu. Et on peut comprendre la révolte de beaucoup de gens qui répondent que cela ne marche pas. Dieu devrait me protéger, il devrait être un fayer wool qui me permettrait de vivre tranquillement avec un peu de bonheur, et en fait, je suis au cœur de ce monde, je subis des épreuves que je n'ai pas choisi.

Que se passe-t-il ? Est-ce que cela veut dire que Dieu n'existe pas ? ou bien s'il existe, qu'il me punit pour des choses que j'ai faites ? la clé de lecture se trouve dans l'épître aux Colossiens. Elle explique par une autre image ce que Jésus a voulu dire à ses disciples concernant le rapport entre le maître et le serviteur. Si nous envisageons notre vie chrétienne non plus sur le mode de l'idolâtrie, pour m'acheter les bonnes grâces du dieu afin que le dieu fasse ce que je veux qu'il fasse pour moi, mais sous le mode de la communion, là, nous nous trouvons ailleurs. Et ce rapport entre le maître et le serviteur, on le retrouve dans l'épître aux Colossiens à travers l'image de la tête et du corps. Rachetés par la mort et la résurrection du Christ, faisant partie du corps du Christ qui est l'Église, nous vivons et nous expérimentons dans notre corps exactement les mêmes joies et les mêmes peines que la tête de l'Église qui est le Christ.

Par conséquent au lieu de voir les épreuves comme la manifestation de la méchanceté d'un dieu juge, nous devrions plutôt envisager les épreuves non pas non plus comme étant des épreuves que Dieu nous envoie comme à plaisir, mais comme la preuve même qu'à travers ces épreuves nous sommes associés intimement et charnellement à son corps et à sa vie. En creux nous est manifestée notre appartenance à la divinité à travers les épreuves que nous vivons. C'est ce que nous disent les témoignages des martyrs quand ils nous rappellent dans l'arène, que le Christ lutte à côté du martyr.

Frères et sœurs, qu'à travers ce petit passage nous soit donné de continuer notre méditation sur la résurrection. Je le redis très souvent, la résurrection n'est pas simplement la résurrection du Christ, elle a aussi des effets sur le cosmos, sur le monde entier, sur chacun d'entre nous, cette résurrection n'est pas pour plus tard, mais elle est déjà en route en nous à travers tous les événements que nous pouvons traverser, les plus heureux et les moins heureux. Relisons notre vie à la lumière de ce texte de saint Paul pour découvrir qu'au cœur de nos épreuves est déjà manifestée le début de cette résurrection qui nous est promise en plénitude auprès de Dieu.

 

AMEN

 

 

 

 

 

 

 
Copyright © 2021 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public