AU FIL DES HOMELIES

Photos

QUE VOTRE CŒUR NE SE TROUBLE PAS !

Ga 3, 23-28 ; Jn 14, 1-6

Mardi de la cinquième semaine de Pâques – B

(7 mai 1985)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

C

 

es paroles du Christ à ses apôtres au cours de dernier qu'Il prend avec eux avant sa Passion, sa mort et sa Résurrection, ces paroles du Christ sont pour nous le fondement de notre certitude, de notre paix. Il nous le dit : "Que votre cœur ne soit pas troublé ! Souvent, devant l'au-delà, devant ce terme mystérieux de notre vie qu'on appelle la mort, nous sommes effrayés, inquiets parce que c'est l'obs­curité, la nuit, et nous ne savons pas exactement ce qu'il y a après. Et de toute façon, même si nous croyons en Dieu, nous avons une sorte d'angoisse et d'incertitude qui nous prend, et c'est bien naturel car la mort est une réalité tragique, violente, qui nous déchire d'avec nous-mêmes, d'avec le monde et d'avec ceux que nous aimons. Pourtant le Christ nous dit avec beaucoup de douceur : "Que votre cœur ne se trouble pas !" Il l'a dit souvent à ses disciples, par exemple quand Il leur apparaissait sur la mer démon­tée : "N'ayez pas peur ! C'est Moi ! Je suis là ! Que votre cœur ne se trouble pas !"

Pourquoi ? Parce que Jésus va nous préparer une place pour nous prendre auprès de Lui. Jésus est à la fois le Chemin qui conduit au Père, le chemin qui conduit donc vers le Paradis de Dieu, et Il est aussi ce Paradis de Dieu, cette Demeure que le Père nous a préparé depuis toujours et que le Christ va, ultime­ment, orner pour nous y recevoir. C'est en Lui-même qu'Il nous reçoit, en quelque sorte, dans ses propres bras ou dans son cœur.

"Que votre cœur ne se trouble pas !" car dans la maison du Père, c'est-à-dire en moi, il y a d'innom­brables demeures. Il y en a pour chacun d'entre nous, pour chacun d'entre les disciples du Christ, pour cha­cun des hommes. Et Il ajoute : "S'il n'en était pas ainsi, Je vous l'aurais dit !" je vous aurais prévenus. Mais maintenant n'ayez pas peur ! Je marche en avant de vous. J'ouvre la voie, j'ouvre le chemin, et c'est pourquoi ce chemin vous n'aurez qu'à le parcourir avec moi, en moi. Je suis Celui qui marche sur le chemin avec vous. Je suis le chemin sur lequel vous marchez. Et ayant ouvert le chemin, je prépare aussi la halte, le lieu d'accueil, l'auberge à laquelle le che­min conduit, cette maison pour le repos, cette maison pour la paix, cette maison qui est vérité, c'est-à-dire solidité, certitude et cette maison qui est vie aussi, car nous n'allons pas au paradis pour nous y reposer, nous y endormir, mais nous allons au paradis pour vivre, pour être remplis de cet immense courant de vie et de vitalité qui sort, qui jaillit sans cesse du cœur de Dieu et qui nous rendra infiniment plus nous-mêmes, infi­niment plus vivants que nous ne l'aurons jamais été sur cette terre qui n'est qu'une expérience relative de la vie, une expérience temporaire et partielle de la vie.

Oui ! Le Christ nous a affirmé que tout, le chemin pour aller au paradis, et la demeure qui est au paradis, et la vie qui nous remplira dans ce paradis, et la vérité, la solidité, la certitude de tout cela, tout cela c'est Lui. Alors je crois qu'il n'y a pas d'autre motif à notre confiance que cette douceur et cette tendresse du Christ, cette parole qu'Il nous dit et à laquelle nous pouvons nous accrocher avec force et certitude : "Que votre cœur ne se trouble pas ! N'ayez pas peur ! C'est Moi !''

C'est Lui, alors faisons Lui confiance et soyons dans la paix.

AMEN

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public