AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA PAROLE OPÈRE LE DISCERNEMENT

Col 1, 24-29; Jn 15, 18-25

(15 mai 2009)

 

Vendredi de la cinquième semaine de Pâques

 

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

F

rères et sœurs, un des thèmes majeurs, comme une sorte de fil d'Ariane dans l'évangile de saint Jean, c'est ce problème de la venue de Jésus comme ce qui fait opérer le discernement. En effet, vous vous souvenez que l'évangile de saint Jean commence précisément par le Prologue : "Le Verbe s'est fait chair, il est venu chez les siens, Il est entré dans le monde, Il a donné aux hommes le pouvoir de devenir enfants de Dieu".

       C'est la base même de tout le projet de saint Jean pour expliquer le mystère de l'existence chrétienne. Le chrétien est celui qui croit que le Fils de Dieu, le Verbe, le révélateur de l'amour du Père est entré dans le monde. Dans l'évangile de ce jour, c'est la conséquence de cela. A partir du moment où le Fils de Dieu, où la révélation a été donnée, à partir du moment où chaque homme a été mis en position de réponse à cette venue du Verbe, il y a un choix qui se fait. Chez saint Jean, cela peut nous paraître un peu terrible, mais c'est ainsi qu'il voit les choses : quand la parole du Verbe arrive, qu'elle arrive parce que lui-même parle, parce que les disciples parlent, cela opère un discernement. C'est un discernement, parce que c'est une Parole vis-à-vis de laquelle on ne peut pas ne pas prendre position. On est absolument contraint de pouvoir dire "oui" ou "non". Ou bien on répond en étant la vigne, et c'était la première partie du chapitre que nous avons lu dimanche dernier, ou bien on répond en disant "non" et à ce moment-là, on n'est pas la vigne. Non seulement on n'est pas la vigne au sens où l'on est coupé ou jeté au feu, mais c'est une position de refus, de haine. C'est pour cela que c'est toujours un peu difficile de lire l'évangile de saint Jean, parce qu'il n'y a pas de milieu : ou bien c'est l'accueil de la Parole, c'est la greffe sur la vigne, c'est l'entrée dans la vie filiale, ou bien on ne répond pas à cette Parole et c'est le refus, la haine. Comme dit Jésus, ce n'est pas simplement vous qu'ils ont pris en haine, mais c'est moi aussi parce que j'ai parlé. Pour saint Jean, l'événement de l'Incarnation c'est la révélation du cœur humain. C'est une théologie un peu redoutable, un peu à la limite du trait forcé, mais c'est une réflexion sur la venue du Christ comme ce qui met au pied du mur l'attitude profonde de chaque homme vis-à-vis de Dieu. 

       La première personne à laquelle il faut appliquer cela, c'est nous-même. Comme croyant nous-même, même si nous adhérons, même si nous croyons à la venue du Verbe, il y a toujours aussi en nous quelque chose qui ne répond pas, qui refuse qui freine des quatre fers, c'est cela que saint Jean appelle le monde qui fait le Verbe, qui hait le Fils de Dieu  parce que le fait de ne pas entrer totalement dans le mouvement même de l'adoption filiale, de l'entrée dans la vie du Verbe, c'est déjà le refus, et pour Jean, c'est notre péché. 

 

       AMEN 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public