AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE MONDE C'EST LE LIEU DE LA HAINE 

Col 1, 24-29 ; Jn 15, 18-25

Vendredi de la cinquième semaine de Pâques

(22 mai 1981)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

L'espérance de la gloire

L

 

es deux textes que nous venons d'entendre, celui de l'épître aux Colossiens et celui de l'évangile de saint Jean, ont plusieurs points communs. Tout d'abord, ici et là, il est question de persécutions. Saint Paul nous dit : "Je me réjouis des souffrances que j'endure pour vous" et dans l'évangile le Christ annonce : "Ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront, vous aussi parce que le monde m'a haï moi-même."

Le deuxième point commun à ces deux textes, c'est que le thème de la persécution débouche, dans les deux cas, sur le thème de la configuration du chrétien au Christ. Nous sommes semblables au Christ dans la mesure, où, comme Lui, nous sommes en butte à la souffrance, à la persécution, à la haine du monde. Saint Paul nous dit : "Je complète en ma chair, ce qui manque à la passion du Christ." Parole extraordinaire, comme s'il pouvait manquer quelque chose à la passion de Jésus-Christ. Et cependant, il y vraiment un achèvement de cette passion du Christ en chacun de nous, dans les souffrances que, comme Paul, nous subissons. Et Jésus l'a bien dit : "Ils vous persécuteront puisqu'ils m'ont persécuté, car le serviteur n'est pas au-dessus de son maître".

Pourquoi ces persécutions ? Dans le passage de l'évangile, il semblerait que la cause de ces persécutions, c'est la haine du monde. Nous pourrions nous demander en quoi consiste ce monde, qui a haï le Christ et qui nous hait nous aussi, pour la même raison. Qu'est-ce que ce monde ? Est-ce la masse des incroyants ? Est-ce les autres, ceux qui ne sont pas nous ? ceux qui ne sont pas fidèles, qui ne sont pas rassemblés autour du Christ ? Ici l'épître aux Colossiens vient nous apporter une lumière tout à fait nouvelle, car dans ses souffrances, saint Paul nous dit : "Ce que je prêche c'est le fond du mystère" et quel est le fond du mystère ? "C'est que la gloire du Christ est révélée aussi aux païens". Donc ce ne se sont pas les gens du dehors, ceux qui ne croient pas encore, ce ne sont pas les incroyants qui sont ''le monde", qui haïssent le Christ, qui le persécutent et qui persécutent aussi ses fidèles, puisque précisément le mystère du Christ consiste en ce que ces païens sont appelés eux aussi à l'espérance de la gloire. Ce qui est capital, tant dans la souffrance du chrétien que dans sa gloire, c'est son unité avec Jésus. Ce qui est la gloire de quelqu'un ce n'est pas telle ou telle manifestation brillante, telle ou telle merveille qu'il accomplirait, ce qui fait la gloire de quelqu'un, c'est qu'il est identifié au Christ. Et c'est pourquoi il est glorifié au moment même où il souffre, où il est persécuté, parce que ces persécutions sont déjà une identification au Christ. Et c'est la même chose pour le Christ Lui-même. Au moment où Il allait mourir, il dit : "Maintenant je suis glorifié". Il nous révèle pourquoi Il est glorifié parce qu'Il est configuré au Père. "Ils m'ont haï parce qu'ils haïssent mon Père". C'est donc l'identification du Christ à son Père qui fait sa gloire, comme c'est dans cette identification au Christ qu'est notre gloire.

Le mystère du salut, ce que saint Paul résume sous le mot la gloire, vers l'espérance de laquelle le Christ nous conduit, c'est cette configuration, cette identification, cette communion du Christ avec son Père, de chacun de nous avec le Christ, et de nous les uns avec les autres.

Et en face de ce mystère de communion, de ce mystère de rassemblement, qui est la gloire, il y a le monde, et quelle est la caractéristique du monde ? C'est qu'il hait. Le monde c'est le lieu de la haine. Le monde ce ne sont pas les autres, ce ne sont pas ceux qui sont en dehors de notre groupe, ce ne sont pas ceux qui ne croient pas encore au Christ. Le monde c'est partout où il y a l'œuvre de haine, de division, de séparation, de rupture. Toute rupture, c'est cela l'esprit du monde. Et c'est pourquoi tout homme, croyant ou encore incroyant, le Christ est venu pour le sauver, c'est-à-dire pour le tirer du monde, pour le tirer de sa haine et lui faire découvrir la communion. Et par le fait même, même si cette communion est d'abord communion dans la souffrance et la persécution, elle est déjà communion dans la gloire, parce qu'elle est unité, parce qu'elle est découverte de ce mystère éblouissant qu'est l'amour et qui identifie à l'être aimé. Le Christ aime son Père et Il est aimé du Père à un tel point qu'ils sont parfaitement identiques, et le Christ nous aime au point de nous identifier à Lui dans une communion parfaite. Il nous donne, Il nous livre son amour pour que nous soyons identifiés les uns aux autres dans une véritable communion qui nous unit au-delà de toutes les barrières, de toutes les divisions, de toutes ces persécutions, de toute cette haine que nous portons en nous, et qui est le monde en notre propre cœur comme dans le cœur des autres.

Que ce mystère de l'eucharistie, qui est le mystère de la communion, comme nous le disons bien, qui est le mystère de l'unité du Christ avec chacun de nous et de nous tous ensemble, nous fasse entrer dans l'espérance de la gloire, même si nous avons à souffrir, même si nous avons des épreuves, même si un jour, nous sommes persécutés. Déjà la gloire de Dieu, dans la mesure où le Christ s'unit à nous et nous unit les uns aux autres, nous apporte l'espérance.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public