AU FIL DES HOMELIES

Photos

TOUCHER LE CŒUR DU CHRIST 

Ac 5, 12-16 ; Ap 1, 9-19 ; Jn 20, 19-31
Deuxième dimanche de Pâques - année C (11 avril 2010)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL


Tu es mon Seigneur et mon Dieu

"Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du Verbe de Vie, nous vous l'annonçons pour que notre joie soit parfaite" (I Jn 1-4). C'est par ces paroles que Jean commence sa première lettre, c'est la révélation bouleversante : "Dieu personne ne l'a jamais vu mais son Fils qui repose sur le sein du Père nous l'a manifesté" (Jn 1, 18). Nous avons vu de nos yeux, nous avons entendu, nos mains ont touché le Verbe de Vie.

Si les disciples vivant avec le Christ pendant ses trois années de vie publique ont eu souvent l'occasion de toucher les mains du Christ, c'est un privilège tout à fait unique et extraordinaire que celui de Thomas d'avoir non seulement touché la chair du Christ, mais d'avoir mis ses doigts dans la trace des clous, d'avoir mis sa main dans le côté transpercé du Seigneur. Thomas est allé jusqu'au cœur de la présence du Christ, il a touché sa chair vivante, il a touché un homme et il a découvert dans cette expérience unique que cet homme était Dieu. C'est en touchant le côté transpercé du Christ, c'est en mettant la main dans les plaies des mains et des pieds du Christ, que Thomas a découvert la présence fulgurante de la divinité. La divinité du Christ ne s'est jamais manifestée mieux que par les plaies de son corps offert en sacrifice pour l'humanité tout entière. C'est là que Thomas puise la force de s'écrier: "Mon Seigneur et mon Dieu".

La miséricorde de Dieu est remarquable car c'est celui qui avait douté, c'est celui qui ne voulait pas croire à la simple vue du Christ ressuscité mais qui voulait toucher de ses mains, c'est celui-là à qui a été fait ce cadeau extraordinaire, unique, de pouvoir mettre la main dans le cœur de Dieu. Dieu a cette délicatesse, Dieu a ces merveilles de tendresse, de miséricorde, pour celui qui, d'une certaine manière était resté éloigné du mystère qui lui était manifesté. C'est à celui-là que Dieu donne l'expérience la plus profonde, la plus totale, la plus décisive. Les autres disciples ont vu le Christ ressuscité et c'est immense, et ils ont pu proclamer partout "pour que leur joie soit parfaite" que le Verbe de Vie avait une chair qu'on pouvait voir, entendre, toucher. Mais Thomas lui, a touché le cœur de cet homme qui est Dieu, et c'est là qu'il a puisé cette découverte de la palpitation de ce cœur, du tressaillement du cœur de Dieu, de l'amour qui fait trembler Dieu devant les hommes, devant les pécheurs qu'il faut sauver.

Oui, "Dieu a tellement aimé le monde qu'il lui a donné son Fils unique" (Jn 3, 16). Il le lui a donné, il le lui a livré et le Fils a accepté que son cœur soit transpercé, que ses mains et ses pieds soient percés par les clous, il a accepté de mourir sur la croix tellement il a aimé le monde, ce monde qui n'a pas su le reconnaître (Jn 1, 10). De même que Jésus réserve à Thomas cette expérience unique de toucher les plaies, et de toucher la plaie de son cœur, de même qu'il le réserve à Thomas qui avait douté, de la même manière, c'est pour ce monde qui rejette le Christ, que le Christ d'un amour infini a donné sa vie. Il a tellement aimé le monde qu'il lui a donné sa vie : "Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'il font" (Luc 23, 24). Et le Père a donné son Fils pour que le monde en fasse ce qui lui semble bon, mais surtout pour que le monde soit sauvé par ce don de sacrifice du Fils Jn 3, 17).

C'est ce Christ crucifié, ce Christ ressuscité dont la gloire se cache au fond des plaies mêmes de sa Passion, c'est ce Christ qui va recevoir Manon dans la communauté des enfants de Dieu. Manon va entrer dans le mystère de la Pâque de Jésus. Tout au long de sa vie, si elle lui reste fidèle, l'Esprit agira dans son cœur, l'Esprit façonnera son cœur, pour l'ouvrir à cet amour miséricordieux de Dieu. Toute sa vie, Dieu lui réservera, comme à Thomas, une expérience unique de la rencontre avec Lui. Chacun de nous, nous rencontrons Dieu d'une manière différente. Tous les disciples n'ont pas touché les plaies comme Thomas, tous les disciples n'ont pas éprouvé la plénitude de l'amour du Christ comme Jean. Tous les disciples n'ont pas su confesser la divinité du Christ comme Pierre. Chacun a son expérience propre qui est unique car l'amour de Dieu pour chacun de nous est total, il nous aime totalement comme si nous étions seul au monde, et cependant il aime les autres aussi, chacun différemment et chacun d'une manière unique.

C'est dans ce mystère de l'amour infini de Dieu que nous allons maintenant plonger Manon. Elle va être immergée dans cet eau de l'Esprit Saint qui va transformer sa vie humaine en une vie divine, elle va devenir enfant de Dieu, frère, sœur de Jésus. Que chacun de nous, nous revivions cet événement de notre baptême par lequel nous avons touché d'une manière ou d'une autre, la présence de Dieu et que Thomas à travers ses doutes guide ceux d'entre nous qui ont douté ou qui ont péché, les guide jusqu'à la reconnaissance totale de la miséricorde de Dieu.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public