AU FIL DES HOMELIES

Photos

FAUX TÉMOIGNAGE DES GARDES

Ac 5, 12-16 ; Mt 28, 8+11-15

Jeudi de la deuxième semaine de Pâques – A

(22 avril 1993)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

T

out avait été préparé pour que le Christ ne soit pas volé, pour qu'on ne puisse pas dérober son corps enseveli dans le tombeau. Ce qui est étonnant c'est que les gardes qui étaient chargés d'être auprès du tombeau pour empêcher tout vol sont obli­gés eux aussi de reconnaître la résurrection. Peut-être ne comprennent-ils pas le sens de tout ce qui s'est passé, mais objectivement, ils constatent qu'il y a eu un événement et que le corps de Jésus qui était déposé dans ce tombeau n'y est plus. Et paradoxalement, comme les saintes femmes, ils vont prendre le chemin pour porter une nouvelle, pour annoncer. Mais si les saintes femmes sont dépassées par le message qu'elles doivent annoncer, elles saisissent déjà ce qui est en germe dans cette annonce, c'est-à-dire le salut pour tous les hommes par la Résurrection du Christ, tandis que les gardes n'ont rien compris à ce qui se passait. Tandis que les femmes vont vers les disciples, les gardes prennent un autre chemin et vont voir les grands prêtres. Et là se joue le "remake" d'un événe­ment que nous connaissons déjà et qui est celui de la Passion. Les grands prêtres vont discuter, il va être question d'argent, on ne va plus payer Judas, mais acheter le silence des gardes, pour colporter une fausse nouvelle et finalement, comme au moment de la condamnation de Jésus, aller contre la vérité. Les grands prêtres sont véritablement des aveugles. Ils ont déjà condamné physiquement Jésus, ils l'ont mis à mort, mais cela ne leur suffit pas, ils mettent aussi la bonne nouvelle à mort. Ils prennent tous les moyens possibles, et les pires moyens même si ce sont des moyens humains, pour entraver l'annonce et le dé­roulement de la Résurrection.

Nous nous rendons compte que la Résurrec­tion échappe à cette réalité humaine car la réalité hu­maine ne peut pas avoir d'emprise sur la Résurrection. Par le fait même qu'elle a eu lieu, cette résurrection est lancée dans un mouvement qui ne peut plus s'ar­rêter. Même la calomnie des gardes et des grands prêtres n'y pourront rien. Le cœur enflammé de deux femmes qui vont annoncer aux disciples que le Christ est ressuscité est déjà le début de cette annonce qui, jusqu'à ce jour, se colporte et envahit le monde.

Ce qu'il nous est donné de saisir aujourd'hui c'est que nous aussi nous sommes confrontés au même évènement de la résurrection. Comme les gar­des et les saintes femmes, il nous faut choisir un che­min, il nous faut ou bien rester à la porte du mystère et ne pas essayer de le comprendre, voire même le nier ou le calomnier, ou bien laisser saisir son cœur par le message du tombeau vide et que celui-ci prenne toute son ampleur non seulement dans notre vie mais aussi dans la vie des autres à qui nous avons à l'an­noncer.

La résurrection en tant qu'événement est donc ce qui va permettre le discernement de notre propre liberté car la résurrection nous confronte à l'accepta­tion ou au refus du message qui est donné. Un peu comme cela se passait au jardin quand Adam et Eve, dans la liberté qui leur était donnée, étaient confrontés au mystère même de la vie de Dieu qui se donne. Ici nous sommes confrontés à ce message de la Résur­rection qui interpelle notre liberté. Que cette propre liberté ne nous amène pas à pécher, à nier la vérité ce qui est le péché contre l'Esprit Saint, et qui nous conduirait sur un chemin de mort, en restant enfermés dans nos idéologies.

Que ce message soit en nous ce qui va ouvrir toutes les portes de notre cœur et libérer en nous toutes les possibilités que le Christ amène par le principe de sa résurrection. Ainsi donc, c'est bien notre liberté, notre acceptation dans la foi qui est au cœur même de l'annonce de la résurrection car per­sonne n'est obligé de croire, mais Dieu en donne les moyens. Et surtout c'est au moment même où nous avons à annoncer que là se vérifie notre appartenance ou non au message véridique du Christ ressuscité.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public