AU FIL DES HOMELIES

Photos

SOYEZ FILS DE LUMIÈRE

Ac 5, 12-16 ; Jn 12, 35-36 c

Jeudi de la deuxième semaine de Pâques – C

(19 avril 2007)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

M

archez tant que vous avez la lumière. Croyez en la lumière, soyez fils de la lumière". Ce court passage de l'évangile de saint Jean fait que notre regard se porte aujourd'hui sur ce qui est symbolisé par le cierge pascal. Allumé dans la nuit de Pâques, acclamé trois fois et par le fait que tous les chrétiens avec leur cierge allumé, sont entrés dans cette église qui était enveloppée de ténèbres, et par la lumière que nous portions, cette église est devenue elle-même lumineuse. Signe également comme aimaient à le dire les anciens, lorsqu'on était baptisé, pour eux, cela signifiait qu'on avait été illuminé par la présence de Dieu et qu'ainsi en nous-même, il se faisait une clarté, une vraie lumière qui nous permettait de porter un regard nouveau sur un monde nouveau où le jour nouveau pointe.

Le thème de la lumière est cher à l'Église parce que ce thème est cher au Christ lui-même qui affirme dans une révélation divine, comme son nom divin, dans le même évangile de Jean : "Je suis la lumière du monde". Souvenons-nous dans le Prologue, Justement, lorsque nous entendons le Verbe qui se fait chair, Jésus est présenté comme la lumière des hommes.

Cette lumière est celle qu'on va retrouver dans l'Apocalypse, chez le même saint Jean lorsqu'il dit que ceux qui sont rassemblés autour de l'Agneau peuvent se passer de la clarté du soleil et de celle de la lune puisque l'Agneau leur tient lieu de lumière et de flambeau. Ce thème de la lumière devrait donc éclairer la vie du chrétien. Bien sûr, nous marchons dans les ténèbres, et croire en la lumière, c'est croire au Christ et c'est évidemment croire que le Christ par sa résurrection est capable de briser, de chasser toute mort et tout ténèbre. Ainsi, dans ce thème de la lumière nous est-il demandé qu'à mesure que nous avançons dans notre vie, quelquefois remplie de ténèbres, avec cette foi chevillée au cœur, qu'irrémédiablement par le baptême, nous sommes devenus fils de lumière. Si parfois la flamme intérieure vacille, elle est pourtant sans cesse rallumée par le Christ dans le don de sa grâce et par la vie liturgique et sacramentelle qui sont pour nous comme ces signes permanents de cette présence, de cette flamme qui chauffe et qui éclaire à nouveau notre vie.

Je lisais récemment un article qui disait qu'on allait peut-être induire dans l'esprit des français, de ceux qui habitent les villes, d'essayer de faire des économies au niveau de l'éclairage public, pas tellement en raison du réchauffement de la planète, mais parce qu'on ne voit plus les étoiles. Il y a trop d'éclairage dans les villes, et quand on voit la consommation d'électricité, notre nuit est toujours éclairée par des lanternes, des spots, des publicités lumineuses, et l'on ne voit plus les étoiles. Dire aujourd'hui : marchez tant que vous avez la lumière, parce que celui qui marche dans les ténèbres ne sait pas où il va, et donc par expérience simplement humaine, nous n'avons plus l'habitude de marcher dans les ténèbres. Lorsque Jésus disait cela, c'est évident qu'avant l'invention de l'ampoule électrique, cela avait beaucoup de sens. Pourtant, si comme le dit le Christ lui-même : vous êtes la lumière du monde, il s'agit en tout cas de retrouver au-delà de notre simple expérience humaine, la force de cette phrase qui nous est dite aujourd'hui dans l'évangile, car il est vrai que les ténèbres existeront encore et longtemps et que notre monde a besoin de lumière pas factice ni artificielle, mais de vraie lumière, que cela en devient une véritable vocation dans notre monde aujourd'hui.

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public