AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE CHRIST ACCOMPAGNE SES DISCIPLES

Ac 5, 17-26 ; Jn 12, 35-36

Jeudi de la deuxième semaine de Pâques – B

(19 avril 2012)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

Présence du Christ (Chenois)

F

rères et sœurs, qui obstinément retournait tout le temps dans le temple pour annoncer la Bonne Nouvelle ? Qui a eu son corps gardé par des soldats et qui leur a échappé ? Qui s'est trouvé face à un tribunal ? Vous me répondrez tout de suite : c'est Jésus ! Or, ce n'est pas que Jésus, mais ce sont aussi ses disciples. Quand nous lisons le texte des Actes des apôtres, instinctivement nous avons tendance à imaginer que c'est ce qui se passe après Jésus après qu'il soit remonté au ciel et que nous nous soyons ici sur terre. Comme disait quelqu'un de très célèbre : nous attendons tous Jésus et c'est l'Église qui est venue.

Or les Actes des apôtres n'ont pas pour but de raconter ce qui s'est passé après Jésus, comme si l'Église était une sorte de ciment qui permettrait de colmater les brèches en attendant que Jésus vienne. Ce à quoi nous assistons dans les Actes des apôtres, c'est la véritable résurrection du corps du Christ qui est la communauté des disciples, lui qui est la tête et à travers cette résurrection du corps, cette résurrection lente, apparaît aussi la configuration profonde des disciples avec ce que leur maître a voulu vivre.

C'est pour cela que dans ce texte, les chrétiens, même si au niveau historique le terme n'est pas juste, mais au niveau analogique c'est exact parce qu'ils sont configurés à leur maître, les chrétiens que sont les apôtres vivent accompagnés de leur maître comme de véritables martyrs, au sens originel du terme, comme de véritables témoins. Avant même que saint Etienne soit le protomartyr en tant qu'il a livré son sang pour Jésus, on peut dire que la vie des apôtres se réfère aussi à ce protomartyr. Comme Jésus, ils n'auront de cesse de revenir au cœur même de la vie du temple pour parler, discuter, et annoncer Jésus et Dieu. Comme leur maître lui dont le corps a échappé aux gardes qui s'étaient endormis, eux aussi s'échappent de leur prison, comme leur maître ressuscité passe à travers les murs, le corps encore vivant de vie terrestre des apôtres échappe aux portes et aux murs et arrive à sortir.

Frères et sœurs, le livre des Actes des apôtres nous permet de remettre à sa place la relation de l'Église avec Jésus. Ce n'est pas quelque chose que nous vivons en attendant que cela arrive plus tard, il y a accompagnement du Christ et de son Église. Le tout petit passage d'évangile de Jean vous a peut-être rendu perplexes, on peut dire que tant que la lumière nous accompagne, nous vivons dans la lumière. Il ne faut pas prendre cela en disant : nous n'avons plus la lumière donc nous sommes dans les ténèbres et nous avançons à tâtons sur cette terre en attendant qu'un jour nous puissions enfin contempler à nouveau la lumière. Exactement comme les apôtres qui sont accompagnés par la lumière du Christ ressuscité, nous aussi nous avançons avec cette même lumière. Il est vrai que nous avons toujours tendance à voir le vide à moitié vide.

L'évangile d'aujourd'hui et les Actes des apôtres sont tombés dans une certaine pauvreté d'analyse psychologique, nous invitent plutôt à voir le verre à moitié plein, plus précisément à nous aider à nous rendre compte que cette lumière du Christ est bien là et qu'elle nous accompagne. Même si la sortie de quelques hommes de la prison peut ne pas être comparée à la sortie d'un corps mort d'un tombeau, il y a pourtant une analogie. Nous vivons déjà comme les prémices de cette résurrection que nous vivrons totalement auprès de Dieu.

 

 

 

 

AMEN

 

 

 

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public