Imprimer

FAITES-VOUS BAPTISER

Ac 2, 14+36-41

(11 avril 1983)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

Liège : Eglise Saint Barthélemy - Fonts baptismaux romans 

D

ans le texte des Actes des apôtres qui nous a été lu tout à l'heure, nous avons entendu la fin du discours de Pierre, le jour de la Pentecôte, et la réaction des auditeurs de Pierre, devant la proclamation de la Résurrection du Christ. Les auditeurs disent à Pierre : "Que devons-nous faire ?" Et quelle est la réponse de Pierre, qui, en ce jour de la Pentecôte, est la fondation de l'Église ? Pour le savoir, en ce temps de Pâques, nous allons lire différents textes de ce début des Actes des apôtres qui nous manifestent cette naissance de l'Église qui jaillit directement de la Résurrection du Christ.

       Parce que le Christ est ressuscité, que devons-nous faire ? Nous repentir et nous faire baptiser. La raison qui doit faire vivre l'Église, à partir du Christ ressuscité, c'est cela, la conversion du cœur et le fait d'être plongé, immergé, dans le mystère du Christ. C'est pourquoi tout ce temps pascal, ce temps où l'Église naît du côté transpercé du Christ crucifié et ressuscité, tout ce temps pascal est un temps baptismal. Dans la nuit de Pâques nous avons célébré le baptême, toute cette semaine nous avons évoqué le baptême, et pendant le temps pascal, cette cuve baptismale remplie de l'eau consacrée pendant la Nuit Pascale, restera au milieu de nous comme le témoignage de cette présence du Christ qui vient transformer notre vie. "Repentez-vous ! Convertissez-vous et faites-vous baptiser pour le pardon de vos péchés. Et alors vous recevrez le don de l'Esprit Saint.''

       Dans ces quelques paroles, saint Pierre présume toute la signification du baptême chrétien. Le baptême chrétien prend, en quelque sorte, la relève du baptême de Jean-Baptiste. C'est saint Jean-Baptiste qui a inauguré ce geste de se plonger dans l'eau pour la conversion des péchés. Et, au moment même où il invitait les foules à se plonger dans le Jourdain en signe de purification, en signe de transformation de leur vie par le rejet du péché et l'arrivée d'une vie nouvelle, Jean-Baptiste annonçait : "Moi, je vous baptise dans l'eau, mais Quelqu'un vient après moi, et Lui, vous baptisera dans l'Esprit Saint." Et Jésus-Christ, effectivement, a ouvert la source de l'Esprit Saint. De son côté transpercé a coulé cette eau dont Il avait annoncé par avance : "De mon sein couleront des fleuves d'Eau Vive". Et saint Jean nous avait dit : "Il parlait de l'Esprit Saint." Et au moment de sa mort, Jésus a livré l'Esprit quand, de son côté transpercé a coulé cette eau. Et au moment de sa Résurrection, nous l'entendions hier, Il est venu vers ses disciples, Il a soufflé sur eux et Il leur a dit : "Recevez L'Esprit Saint."

       C'est bien dans l'Esprit Saint que nous sommes plongés, que nous sommes immergés, que nous sommes baptisés. Mais ce baptême dans l'Esprit Saint, n'a pas seulement pris la relève du baptême de Jean-Baptiste. En remplaçant celui-ci, il a gardé le rite, le geste baptismal de Jean-Baptiste. Jean disait : "Moi je vous baptise dans l'eau, Lui vous baptisera dans l'Esprit." Et Jésus nous baptise dans l'Esprit en nous baptisant dans l'eau. Nous sommes toujours plongés dans la même eau où Jean plongeait les gens qui venaient à lui. Mais désormais cette eau n'est pas seulement l'annonce du "Royaume qui vient". Elle est la venue même de ce Royaume, car l'Esprit est donné. Depuis que Jésus est mort et ressuscité, la source de l'Esprit est ouverte et, en nous plongeant dans l'eau, c'est dans l'Esprit Saint, dans la vie même de Dieu que nous sommes plongés.

      Et ce baptême qui nous vivifie, qui nous transfigure, qui nous transforme, ce baptême est don de l'Esprit, et, en même temps, pardon des péchés. Toute la vie de l'Église est ainsi résumée dans ces quelques paroles. Et nous-mêmes, à l'aurore de notre vie, nous avons été plongés, à la fois, dans l'eau symbolique et plus profondément, intérieurement, dans l'Esprit Saint. L'Esprit Saint a pris place au plus profond de nous-mêmes, a envahi notre être et ne cesse de le vivifier et de l'animer. Nous avons rompu avec le péché. Nous avons converti notre cœur, c'est-à-dire nous nous sommes retournés vers le Christ Jésus et nous ne cessons de faire ce mouvement de conversion, animés par l'Esprit pour être remplis de cette vie nouvelle de l'Esprit Saint et c'est cela qui fait l'Église. L'Église est façonnée, jour après jour, par cette conversion du cœur et par cet envahissement de l'Esprit vivifiant de Dieu.

       Que ce temps pascal soit pour nous, le temps de revivre notre baptême, de nous replonger dans cette présence vivifiante, de revivre notre conversion baptismale car les sollicitations du monde ne cessent de nous détourner du Christ et nous devons sans cesse revenir à Lui, poussés, animés, vivifiés par l'Esprit Saint.

 

       AMEN