AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA PETITE PENTECÔTE

Ac 4, 23-31

Mardi de la deuxième semaine de Pâques

(17 avril 2007)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

Perse : Pentecôte

L

e bref texte des Actes des apôtres que nous avons entendu tout à l'heure, à première lecture nous paraît tout a fait banal, et pourtant, il renferme tout un enseignement. En effet, vous avez remarqué la conclusion, comme vous êtes très attentifs à la messe de midi, cela ne vous a pas échappé : "Tandis que les disciples priaient, l'endroit où ils se trouvaient réunis trembla, tous furent alors remplis du Saint Esprit et se mirent à annoncer la Parole de Dieu avec assurance". On appelle généralement ce texte la petite Pentecôte, parce que précisément, il porte exactement les mêmes traits littéraires que le premier récit de la Pentecôte au chapitre deuxième des Actes, alors que celui-ci se situe au chapitre quatrième, entre les deux, il s'est passé un certain nombre d'événements. On retrouve exactement les mêmes données : les disciples rassemblés qui prient, un phénomène un peu extraordinaire, ici, c'est la terre qui tremble, l'autre fois c'était le vent, puis, tous remplis du Saint Esprit et se mirent à annoncer la Parole de Dieu avec assurance. On a en quatre lignes, ce que le grand récit de la grande Pentecôte explique en douze lignes. 

       Contrairement à ce qu'on pense, cela veut dire que Luc n'est pas dupe d'une liturgisation excessive du récit qu'il donne de la naissance de l'Église. On dit souvent que saint Luc est quelqu'un qui a enfermé l'histoire primitive de l'Église à Jérusalem dans un cadre très strict des fêtes juives : il y a la fête de Pâques, la fête de l'Ascension quarante jours après qui correspond à la marche à travers le désert, puis la Pentecôte, cinquante jours après Pâques qui était effectivement la fête du don de la Loi, la fête des prémices, et la fête de la sortie du désert. C'est vrai que Luc met en parallèle les événements de l'Église primitive avec le calendrier des fêtes juives, mais en même temps, puisqu'il refait une petite Pentecôte après, cela veut donc dire que pour lui, il ne veut pas s'en tenir au strict cadre de la tradition liturgique telle qu'il l'a connue à son époque. Il veut dire une chose très belle et très simple : c'est tout le temps Pentecôte. Chaque fois que les disciples sont en prière, chaque fois l'univers est convoqué, ce qui est symbolisé par la terre qui tremble ou le vent de l'ouragan, et il y a le don de l'Esprit et l'annonce de la Parole de Dieu. 

       La Pentecôte n'est pas simplement réductible à un événement mais c'est une sorte de catégorie de l'existence chrétienne. Toute existence chrétienne est non seulement pascale, mais aussi pentecostale. Ressuscités dans le Christ, on ne peut vivre qu'en étant comblés du don de l'Esprit. C'est pour cela que ce petit texte a tellement d'importance, parce qu'il ouvre sur le récit des Actes non pas seulement une sorte de schématisation liturgique, en faisant rentrer les événements dans le calendrier juif traditionnel, mais il maintient l'idée que des événements comme Pâques, Pentecôte sont des dimensions radicales de l'existence nouvelle dans le Christ. 

      Pour nous, c'est très important à réaliser. Pour les plus âgés d'entre nous, souvenez-vous lorsque Jean XXIII avait écrit une prière pour le Concile, il avait demandé que le Concile soit une nouvelle Pentecôte. Ensuite on a retenu uniquement le terme un peu plus trivial d'aggiornamento, la mise à jour. Dans l'intuition de Jean XXIII, c'était exactement la même que dans le texte des Actes, c'était de dire qu'il faut que le Concile qu'il avait lancé un peu comme cela, à l'inspiration du moment (c'était tout à fait sa manière de faire), soit un événement de Pentecôte. Je crois que c'est une vision extrêmement juste de l'histoire de l'Église qui devrait être une Pentecôte permanente. 

      Effectivement, la terre ne tremble plus, quoique, allez savoir ? Est-ce que la terre n'est pas dans les bouleversements qu'il y a dans l'humanité, dans une situation pire qu'un tremblement de terre actuellement ? Au milieu de ce tremblement de terre et de toutes les secousses de la vie et de l'histoire culturelle de l'humanité, je pense qu'il y a ce don permanent de l'Esprit dont nous avons la charge d'être les témoins et les proclamateurs, en étant les annonciateurs de l'évangile. 

 

        AMEN 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public