AU FIL DES HOMELIES

Photos

AU NOM DU SEIGNEUR JÉSUS

Ac 4, 8-12+15-21 ; Mc 16, 9-18

Mercredi de la deuxième semaine de Pâques – C

(16 avril 1980)

Homélie du Frère Michel MORIN

J

 

uste avant ce texte, le seul où il nous parle du Christ ressuscité, il y a quelques versets sur l'ange qui annonce aux femmes la résurrection. Et même, dans ce texte, la résurrection en tant que telle ne l'intéresse guère. Il ne parle pas de Jésus ressuscité, il dit tout simplement ce que nous savions déjà par Jean : qu'il est apparu à Madeleine, que Marie Madeleine est venu le dire aux disciples, que ceux-ci n'ont pas cru. Il rappelle ce que nous savions par Luc, que Jésus est apparu à deux disciples marchant dans la campagne, que ceux-ci ont cru, qu'ils sont venus le dire aux douze et qu'une fois encore ceux-ci n'ont pas cru.

Ce que Marc veut souligner, c'est deux choses : la disposition des apôtres et leur mission. Deux choses qui, dans le texte de l'évangile d'aujourd'hui sont un peu paradoxales, car la disposition des apôtres, des onze, c'est l'incrédulité. Ils ne croient pas les dires de Marie-Madeleine, ils ne croient ce que viennent rapporter les deux disciples marchant vers Emmaüs. Et le Christ reprendra un langage qu'il avait coutume de prendre, il leur reprochera leur incrédulité, comme au temps de la Galilée, il leur reprochait leur manque de foi, leur lenteur à comprendre, leur paresse à le reconnaître à travers les signes.

La disposition des apôtres, au moment où le Christ vient se manifester à eux est l'incrédulité. Et le Christ ne leur demandera même pas s'ils croient en lui. Aussitôt, sur le terrain même de leur incrédulité, il les envoie en mission. Il leur dit : partez, baptisez, chassez les démons, guérissez les malades, annoncez le royaume de Dieu. Et l'on a l'impression que le Christ se moque un peu de leur incrédulité, car ce qu'il veut leur donner, c'est autre chose que leur propre sentiment, que leur propre conviction. Et d'ailleurs, c'est bien cela que nous retrouvons dans ce discours de Pierre devant le Sanhédrin. Ce qui a guéri le boiteux de la Belle Porte, ce n'est pas ce que Pierre ou Jean avaient, car ils n'avaient rien, ils le lui avaient dit : nous n'avons ni or, ni argent, humainement nous n'avons rien. Ce qui a guéri le boiteux de la belle porte, c'est le nom de Jésus mort et ressuscité.

Et si encore aujourd'hui, comme le Christ, on peut accuser l'Église d'incrédulité, de manque de conviction, de paresse spirituelle, de fragilité quand on dit cela, au fond, on ne s'attaque pas au cœur de l'Église, car le cœur de l'Église, ce n'est pas ce que nous sommes ou ce que nous ne sommes pas, c'est la présence de Jésus ressuscité, c'est le nom du Seigneur. Et on pourra toujours critiquer l'Église comme le Sanhédrin a critiqué Pierre et Jean, on ne pourra jamais empêcher que dans cette fragilité, dans ce péché de l'Église, que dans l'infidélité de l'Église, il y a enfoncée, la présence de Jésus ressuscité, et que l'Église ne fait rien d'autre que de poser des gestes, de dire des paroles au nom du Seigneur Jésus et non pas en son nom à elle, ce qui serait l'institution de l'Église, ce qui serait notre péché, notre désir ou même nos théologies ou nos exégèses.

Il nous faut comprendre Jésus ressuscité à travers notre vie de l'Église Le Christ envoie ses apôtres incrédules faire des actes, faire des gestes qui accompliront sa résurrection. Aujourd'hui, cette même Église, à travers les apôtres de ce temps accomplit ces mêmes gestes et ainsi rend présent, rend agissant ce Seigneur ressuscité pour les-hommes de ce temps, accomplissant, achevant ce qui manque pour nous à la résurrection du Seigneur.

Nous prierons, pendant cette eucharistie pour toute cette Église apostolique, c'est-à-dire qui repose sur le cœur fragile, parfois incrédule des apôtres, mais ce cœur des apôtres repose dans un écrin bien plus précieux qui en fait toute sa valeur et qui est le cœur, qui est le corps et est le message de Jésus ressuscité.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public