AU FIL DES HOMELIES

Photos

LES GARDES

Ac 4, 32-37 ; Mt 28, 8 + 11-15

(13 avril 1988)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS 

Jérusalem : Basilique du Saint Sépulcre
Le tombeau 

J

'aime beaucoup ce petit récit que nous venons d'entendre. Apparemment, il s'agit d'une anecdote destinée à nous faire comprendre pourquoi, dans certains milieux sans doute de Jérusalem ou de Palestine, on déformait, on travestissait la réalité de la Résurrection en disant simplement que "les disciples étaient venus de nuit pour dérober le corps de Jésus" et ainsi nier ce que pouvait être la Résurrection du Christ.

       Par-delà le petit épisode ou l'anecdote qui sert à combattre une fausse opinion, saint Matthieu nous re-situe cet évènement des gardes dans un contexte plus grand. Lorsque a lieu la Résurrection, ces gardes qui symbolisent la violence, qui symbolisent le fait de vouloir étouffer, empêcher la vie de renaître du tombeau, ces gardes sont eux-mêmes confondus. C'est le "jugement" qui commence. La Résurrection du Christ est le début du jugement et dans la tradition biblique, le jugement c'est le moment où la vérité, en surgissant, rend à la vie ceux qui croient, mais mène à leur perte ceux qui ne croient pas. Par conséquent on a cette "mise en scène " extraordinaire du surgissement du Christ hors de son tombeau, et à partir de ce mystère même de la Résurrection, les femmes qui s'avancent pour annoncer la vérité même de la Résurrection et, de leur côté, les gardes qui courent pour fabriquer une fable. De telle sorte que, à partir de cet unique évènement de la Résurrection, s'opère le jugement et le discernement des cœurs. Il y a ceux qui le prennent pour un discours vrai et qui y trouvent la vérité même de leur annonce et de leur témoignage apostolique, puis il y a ceux qui ont besoin d'argent et d'étouffer l'affaire pour bâtir une fable, pour dégrader la vérité même de l'évangile.

       C'est extrêmement saisissant car cela nous met nous-mêmes exactement devant le fait de la Résurrection. Qu'est-ce que nous faisons de la Résurrection ? Est-ce que c'est la Parole qui nous vivifie ? ou bien est-ce que c'est une fable qui essaie de détériorer la vie même de Dieu en nous ? Est-ce que la Résurrection est véritablement la vie de Dieu qui surgit au cœur du monde dans le cœur même de la mort ? ou bien est-ce qu'elle deviendrait le sujet de tous les discours qui expliquent, d'une manière ou d'une autre comment on a dérobé le cadavre et comment on a étouffé l'affaire ?

       L'événement même de la Résurrection, la proclamation même de Jésus Ressuscité est le discernement des cœurs par excellence. Il est le moment dans lequel s'accomplit dans le cœur de chacun d'entre nous ce jugement. Serons-nous témoins de la vérité ou irons-nous fabriquer des contes ou des fables, c'est-à-dire des mots qui n'ont aucun rapport avec la réalité même, avec le cœur même de la vie de Dieu et de la présence de Dieu au cœur du monde ?

       Voilà ce que signifie l'épisode des gardes, voilà ce qu'il nous dit, à nous. Est-ce que nous essaierons, car notre péché c'est cela, de faire taire la vérité par une sorte de violence sur nous-mêmes ou sur cette vérité ? Ou bien, au contraire, est-ce que nous marcherons, libres comme les femmes qui reviennent du tombeau, en proclamant que le Christ est ressuscité et que là nous avons trouvé la vérité même de l'amour de Dieu et la vérité de notre être en Lui ?

       AMEN


 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public