AU FIL DES HOMELIES

Photos

 

 

PREMIERE COMMUNION DE DAMIEN

Ac 11, 19-30 ; Jn 12, 44-50
Samedi 9 avril 2016
Homélie du frère Daniel Bourgeois

 

 

Mon cher Damien, tu vis dans un monde qu’on appelle le monde moderne. Et quand tu dois sortir la nuit, si tu dois sortir à pied, il y a toujours des petites lumières, soit les lumières de l’éclairage des rues, soit des petites lumières dans l’entrée de la maison avec les détecteurs automatiques, tu connais tout ça, n’est ce pas ? Soit quand tu descends la cage d’escalier, immédiatement ça s’allume etc. Autrement dit, quand on se promène la nuit, normalement aujourd’hui, il n’y a pas trop de difficultés. Si vraiment on n’a pas les moyens de se payer une installation fixe, on a une lampe de poche qui nous permet de nous éclairer pour ne pas trébucher.

 

Mais, je ne sais pas si tu as déjà réfléchi à ça, à l’époque de Jésus, il n’y avait rien de tout ça, il n’y avait pas d’éclairage électrique, pas de lampe de poche, pas de lampadaire dans les rues, il n’y avait rien de tout ça. Dès que le jour était tombé, dès que le soleil était couché, on n’avait plus rien pour y voir. Evidemment, on avait des petites lampes à huile. Tu as dû voir ça une fois ou l’autre quand tu t’es baladé dans un musée, mais tu imagines ce que ça pouvait être, une toute petite lampe de rien du tout, pour éclairer par terre, ça ne servait à rien.

 

 

Alors, quand Jésus parlait aux gens et qu’il leur disait « Je suis la lumière du monde », tu imagines ce que ça voulait dire. Ca voulait dire « Je vous apporte quelque chose que vous ne savez pas fabriquer par vous-mêmes. Vous ne savez pas faire la lumière, vous savez tout juste vous éclairer avec une petite lampe, mais moi je suis la lumière du monde ». Ca voulait dire essentiellement que quand on doit marcher dans les rues, mais même quand on doit trouver son chemin dans la vie, on n’a pas beaucoup de lumière. Je ne sais pas si tu as déjà réfléchi à ça, mais est-ce que tu sais exactement comment va se dérouler ta vie ? Tu n’en sais rien. Non, tu ne sais pas. Moi non plus d’ailleurs, et tes parents non plus. Ils ont plein de rêves pour toi, mais ils ne savent pas. Personne ne sait. 

 

Jésus disait : « Moi, je suis la lumière », c’est-à-dire « Je suis capable petit à petit d’éclairer votre cœur pour savoir où vous allez ». Voilà ce que Jésus a promis. Il n’a pas dit qu’il nous dirait tout ce qui se passerait et qu’il nous dirait tout l’avenir etc, mais il nous a dit simplement « Moi, je veux être la lumière qui vous permet de vous éclairer le cœur tous les jours pour savoir où il faut aller. Et où il faut aller, c’est vers mon père, vers Dieu ». C’est donc ça qui est notre foi. Nous croyons que la foi, c’est comme une petite lumière qui nous éclaire chaque fois que nous écoutons la parole de Jésus et qui guide nos pas. C’est ça que Jésus a dit.

 

Alors, tu comprends pourquoi quand on a fêté Pâques, et pourquoi actuellement il y a ce grand cierge. Ce grand cierge a été allumé sur la place devant l’église, avec un grand feu. On a allumé ce cierge pascal et tous les jours jusqu’à la Pentecôte, jour après jour, il va éclairer et il nous rappelle que le Christ est la lumière. « Moi je suis la lumière du monde. Celui qui m’écoute, celui qui me suit, celui qui écoute ma parole, il ne se perd pas et sait où il va. » Eh bien aujourd’hui, Damien, si tu viens communier, c’est parce que tu veux savoir où tu vas, et tu as bien raison.

 

Dans la vie, je pense que tes parents ont déjà dû te le dire vingt-cinq fois, il faut savoir où on va. C’est très important. Et c’est d’ailleurs pour ça qu’on a des parents, c’est pour petit à petit nous éveiller l’oreille et nous dire qu’il faut que nous sachions où nous allons. C’est très important. Eh bien, quand tu viens communier, tu viens chercher la lumière du Christ. Le Seigneur te dit « Damien, j’ai une toute petite lumière à te donner, pour que ça fasse le jour et la lumière pour les jours qui viennent ». Et c’est pour ça qu’on vient communier plusieurs fois. Chaque fois, on vient retrouver la lumière au fond de notre cœur, pour savoir où l’on va. Déjà, tu avais reçu cette lumière au jour de ton baptême, c’est déjà bien. Mais maintenant, ce qu’on te propose, c’est de recevoir cette lumière chaque fois que tu voudras venir. Tu viendras et tu demanderas au Seigneur qu’en te donnant le pain qui est son corps et le vin qui est son sang et sa vie, il fasse la lumière dans ton cœur. C’est pour ça que nous sommes ici, que nous t’entourons, que nous sommes heureux de prier avec toi, nous tous nous faisons la même chose, nous venons très simplement chercher un peu de lumière dans cette église, dans notre communauté, dans le fait que tous ensemble, nous participons à l’eucharistie, à ce geste par lequel Jésus nous donne sa lumière et son amour à travers son corps et son sang. 

 

Alors, nous te souhaitons de rester fidèle à cette recherche de la lumière. Aujourd’hui, tu commences, mais ensuite, ça continueras parce qu’au fur et à mesure que ton cœur grandira (parce que ça va grandir, tu as déjà bien grandi physiquement, mais tu peux encore beaucoup grandir dans ton cœur), tu ressentiras de plus en plus le besoin d’avoir cette lumière et de te dire « c’est ça que je cherche, je veux savoir où je vais, je veux savoir où le Christ me conduit, je veux savoir comment je peux petit à petit m’approcher de l’amour de Dieu ».

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public