AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'EUCHARISTIE FORME LE CORPS DU CHRIST

Ac 5, 12-16 ; Mt 28, 8+11-15

Samedi de la deuxième semaine de Pâques – A

(5 mai 1984)

Homélie du Frère Michel MORIN

C

 

e passage de l'évangile nous signifie que, dès les premières heures de la Résurrection et de la vie de l'Église, il y a eu de mauvaises interprétations qui, jusqu'à aujourd'hui encore, se colportent dans le monde, disant que le Christ n'est pas ressuscité et que l'Église fait autre chose que de poursuivre aujourd'hui son oeuvre de salut. Mais, quoi que l'on dise, et du Christ et de nous qui sommes l'Église, nous savons par le témoignage des apôtres, que le tombeau est vide, que le Christ est ressuscité, que tout péché est pardonné et que, désormais, le Christ vit en nous. Il vit dans son Église, et son Église prolonge, pour les hommes d'aujourd'hui, son oeuvre et l'œuvre qu'il a confiée à ses apôtres.

Carine et Ségolène, vous allez recevoir aujourd'hui pour la première fois le corps et le sang du Christ. Vous allez recevoir aujourd'hui, dans votre cœur, le don de Dieu le cadeau de Dieu. Lorsque nous nous aimons les uns les autres, nous nous achetons des cadeaux, le jour de notre anniversaire ou de notre fête, mais nous achetons des objets que nous payons dans les magasins. Ils sont le signe de l'affection, de l'amour que l'on a pour ceux à qui on les offre. Dieu n'a rien acheté dans un magasin. Dieu a simplement inventé cette chose merveilleuse et inoubliable. Il nous a donné le corps même de son Fils, comme cadeau, comme don, pour nous prouver son amour, chose que personne ne peut faire. On ne peut pas donner sa chair, son sang, sa vie à ceux que l'on aime. C'est pour cela que l'on choisit des signes dans les cadeaux pour manifester notre affection.

Pour vous, aujourd'hui, recevoir le corps et le sang du Christ revêt deux significations. La première, c'est que le Christ Jésus, qui vit déjà en vous par le baptême que vous avez reçu, qui vit en vous par votre prière, qui vit en vous quand vous cherchez à comprendre sa parole. Ce Christ Jésus va prendre chair en vous. Sa vie même, celle que les apôtres ont vue, celle que les apôtres ont touchée, cette vie que les apôtres ont regardée de leurs yeux éblouis, cette vie va descendre dans votre cœur et va créer, désormais, entre Jésus et vous, un lien personnel, un lien intime, un lien d'une amitié très forte qui vous fera vivre tous les jours.

Mais, d'un autre côté, en recevant le corps et le sang du Christ aujourd'hui, vous prenez une place plus réelle, une place plus visible à la table du Seigneur. Et la table du Seigneur c'est son Église. Vous l'apprendrez dans quelques jours, dans une leçon du CM1, l'Église, c'est le corps du Christ. L'Église c'est cette partie de l'humanité qui vit à cause de Jésus. C'est une immense table, une immense famille dans laquelle chacun et chacune à sa place et une place irremplaçable. Vous savez que dans une famille, quand on est petit, on n'a pas encore une place à la table des grands. On est sur une chaise un peu plus haute, on veut manger tout seul, mais enfin on en met à côté et l'on barbouille un petit peu dans son assiette. A partir du moment où l'on est plus grand, on prend sa place à la table, et l'on partage le repas des grands, on partage le repas des adultes, on prend vraiment son rôle dans la famille et lorsque l'on n'est pas là la place est vide.

La première communion, c'est cela. Vous êtes invités maintenant à la table des grands, à la table de ceux qui, dans leur cœur, savent que Jésus vient leur servir son corps et son sang. Vous êtes invitées à la table où votre place sera désormais "la vôtre" et celle de nul autre. Et cela est très important parce que la table de l'Église n'a pas de dimension, ou plutôt elle a la dimension de tous les hommes, de toute l'humanité. Il y a encore beaucoup de places qui sont vides parce que beaucoup d'hommes et de femmes, d'enfants n'ont pas encore trouvé le chemin de cette table.

Je vais prendre une comparaison. Vous savez que les médecins soignent le corps, mais vous savez aussi que le corps, au fur et à mesure qu'il vieillit, qu'il avance, est de plus en plus malade, il a beaucoup de courbatures, de rhumatismes. Les médecins font tout ce qu'ils peuvent, et ils peuvent beaucoup, pour le soigner et prolonger cette vie, mais un jour ce corps disparaît parce qu'on ne peut pas rester sur la terre continuellement avec notre corps. La vie de notre corps diminue, puis elle disparaît. Et bien, la vie du corps du Christ, c'est complètement l'inverse car le Christ est un médecin, mais un médecin de son corps qui est l'Église. Et l'Église a commencé toute petite, dans le corps des quelques apôtres et, au fur et à mesure que les apôtres ont pardonné les péchés, que les apôtres ont célébré l'Eucharistie, qu'ils ont guéri les malades, qu'ils ont invité à la prière, voici que ce corps du Christ qui est l'Église a grandi, que ses membres sont devenus de plus en plus nombreux et qu'ils se répandent maintenant partout dans le monde. Le corps du Christ, c'est l'inverse de notre corps. Le nôtre est malade bien souvent, puis il va vers sa disparition Et il se fait de plus en plus petit, puis il retourne à la terre. Le corps du Christ se fait de plus en plus grand. Il est de plus en plus vigoureux, de plus en plus beau. Il y a de plus en plus de membres vivants en lui. Et ainsi sa joie grandit, son amour grandit. Et ainsi, il est de plus en plus présent au milieu des hommes, jusqu'au jour il atteindra sa grande stature, sa véritable dimension, au ciel, à la table de Dieu, dans le festin du Royaume.

Alors nous allons prier avec vous et pour vous, pour que tous ensemble, désormais avec vous, nous soyons ce corps du Christ. Que nous puissions garder une santé spirituelle très forte, très vivante, en recevant son pardon, en recevant sa guérison. Que nous puissions garder une santé très forte, en venant très souvent, nous nourrir à la table de son eucharistie, en prenant ce remède, en prenant ce pain, en buvant ce vin qui, non seulement nous guérit, mais nous fortifie et nous fait grandir, chacun personnellement et tous ensemble, pour que nous soyons de plus en plus nombreux à nous avancer vers cette table de Jésus, et pour que l'Église, qui est le corps du Christ, devienne un corps immense dans le monde, et que tous les hommes aient envie de vivre de cette vie, pour leur joie et pour la gloire de Dieu.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public