AU FIL DES HOMELIES

Photos

NUL NE VA AU PÈRE QUE PAR MOI

Ac 10, 35-43 ; Jn 14, 1-6

Samedi de la deuxième semaine du temps pascal – C

(8 avril 1989)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

A

u moment où Il va s'avancer vers la mort, Jésus parle longuement, cœur à cœur, avec ses disciples les plus proches, et Il leur parle plus particulièrement du Père, de sa relation avec le Père et du rapport de cette relation avec celle que Jésus entretient avec ses disciples. Essentiellement il leur dit qu'Il est Celui qui va les conduire jusqu'au Père. "Je vais vous préparer une place", une place dans la maison du Père, "afin que là où Je suis, vous soyez vous aussi avec Moi !" "Je suis le chemin", le chemin qui va vers le Père, car "nul ne va au Père si ce n'est en passant par Moi".

Et ceci non pas que Jésus veuille s'effacer de­vant le Père, disparaître dans cette rencontre des dis­ciples avec le Père, mais Il veut que, par Lui, à travers Lui, à travers leur contact avec Lui, ses disciples dé­couvrent l'immense intimité d'amour de Jésus avec son Père, qu'ils participent à cette intimité, en deve­nant à leur tour, comme Lui, Jésus, fils du Père, enfants du Père. Cette paternité de Dieu à notre égard, cette paternité à l'égard de Jésus qui se trans­met jusqu'à nous, est le fondement le plus profond, le plus sûr de notre joie, de notre paix. "Que votre cœur ne se trouble pas !"

Beaucoup de choses peuvent nous sembler dangereuses, inquiétantes, angoissantes dans la vie. "N'ayez pas peur ! J'ai vaincu le monde !" dit aussi Jésus. Que votre cœur ne se trouble pas car vous avez en Dieu un Père. Dieu est pour vous tendresse, proximité. Dieu vous engendre à la vie comme un père engendre ses enfants. Dieu vous entoure de cette infinie affection qui est celle d'un père pour ses en­fants. Telle est la vraie relation des hommes avec Dieu, une relation de confiance, d'intimité, de com­munication de vie, de tendresse vivifiante.

Jésus témoigne de cette relation car le premier Il vit de cette intimité du Père, d'une manière évidemment incommensurable de la manière dont nous serons capables d'en vivre. Et pourtant, Il veut nous conduire jusqu'au Père, nous entraîner avec Lui dans cette intimité, nous faire participer à ce mystère d'amour que, dans notre langage théologique balbu­tiant, nous appelons le mystère de la Trinité.

Un bien grand mot qui veut dire une chose in­finie, immense et en même temps très simple. C'est cet amour du Père pour le Fils qui les unit dans la communion de l'Esprit Saint, cet amour qui est le prototype et la source de tout amour, et dans lequel nous sommes entraînés, conduits, aspirés par le Christ. Il est venu pour cela, pour nous révéler ce mystère d'amour et nous y faire entrer Il est non seu­lement le chemin mais aussi la lumineuse vérité qui témoigne de ce mystère et la communication vitale de ce mystère. "Je suis le chemin, la vérité, la vie !" Té­moin, guide et aussi donateur de ce mystère.

Pour le Christ, tout réside dans cette intimité avec son Père qui est la source profonde et le tout de sa vie. Il veut nous faire participer à ce bonheur qui est le sien. Il n'est pas venu pour autre chose que pour nous introduire dans la lumière très douce de cet amour qu'Il échange avec le Père depuis toujours. Par le baptême, nous avons été plongés dans cet amour, immergés dans ce mystère afin d'en vivre toute notre vie, car tous les instants de notre vie sont l'épanouis­sement de cette immersion baptismale dans le mystère de l'amour de Dieu.

Et de jour en jour, Dieu essaie de nous faire mieux comprendre cet amour qu'Il a pour nous, dans lequel Il veut nous recevoir. Il y a ainsi, à travers no­tre vie, des jalons, certains quotidiens, imperceptibles, dont nous ne sommes peut-être pas conscients de la rencontre, tel événement, telle journée tout à fait sem­blable aux autres et qui pourtant marque un approfon­dissement de notre découverte de la vie, de notre dé­couverte de Dieu. Il y a d'autres évènements qui sont décisifs, visibles, conscients. En ce jour, Claire, Sté­phanie, René vont vivre une journée décisive dans ce chemin qui les conçu par le Christ, avec le Christ vers le mystère de l'amour du Père.

Les fiançailles sont l'ébauche, le commence­ment, l'inauguration d'une vie d'amour que le mariage consacrera. Elles sont un premier pas vers cette extra­ordinaire participation à l'amour de Dieu qu'est l'amour humain. Pour un homme, une femme, échan­ger dans la plus grande profondeur de leur cœur cet amour qui les unit pour toujours et qu'on appelle le mariage, c'est la plus grande manière de participer à l'amour de Dieu. C'est faire de notre cœur le relais du cœur de Dieu pour celui ou celle que nous aimons. C'est donc un moment plus particulier d'entrée à la suite du Christ dans ce mystère d'amour qui est le sens profond et unique de tout l'univers.

Recevoir en nous le corps vivant du Christ, le sang vivifiant du Christ c'est aussi découvrir, dans une nutrition à la fois matérielle et spirituelle, ce mystère d'amour qui est la vie même de Jésus. Et ceci se réalise aussi pour nous tous qui vivons un jour quotidien, ordinaire, car les jours ordinaires sont aussi importants que les jours extraordinaires pour notre marche vers Dieu. Vivons intensément de cette pro­messe de Jésus.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public