AU FIL DES HOMELIES

LE DON DE L'ESPRIT

Ac 8, 58 +12+14-47 ; Jn 12, 44-50

Vendredi de la deuxième semaine de Pâques – B

(20 avril 2012)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Chute de Simon le magicien (Autun)

F

rères et sœurs, le texte des Actes des apôtres est un des textes le plus difficile à interpréter. Il se passe quelque chose de tout à fait extraordinaire : Philippe prêche l'évangile, il fait des miracles, il opère des guérisons, les gens sont enthousiasmés, demandent à recevoir le baptême et ils sont baptisés. Or, la phrase qui suit semble nier ce qui vient d'être dit. En effet, les apôtres Pierre et Jean vont en Samarie pour continuer l'œuvre commencée par Philippe, et l'on nous dit que l'Esprit n'était descendu sur aucun des samaritains. Ils avaient seulement été baptisés dans le Christ Jésus.

L'Esprit n'était pas venu et pourtant, Philippe avait prêché, les samaritains s'étaient convertis, ils avaient demandé le baptême et l'avaient reçu, et le baptême qui est le don de l'Esprit Saint et voilà qu'on nous dit maintenant qu'ils n'avaient pas reçu l'Esprit Saint ? C'est l'imposition des mains des apôtres qui va leur faire découvrir cette richesse supplémentaire dans leur cœur. Certains voient dans la venue de Pierre et Jean et dans l'imposition des mains qui donne l'Esprit Saint, le sacrement de confirmation. Nous ne pouvons pas réserver à la confirmation le don de l'Esprit Saint. Le Nouveau Testament, depuis Jésus, ses actions jusque la prédication et les actes des apôtres, tout le Nouveau Testament nous dit que le baptême est le don de l'Esprit Saint. Comment peut-on dire de gens qui viennent d'être baptisés qu'ils n'avaient pas reçu l'Esprit ?

C'est une difficulté très importante dans l'interprétation sacramentelle de ces textes. On peut chercher, on n'est pas obligé de trouver, je vous propose quand même une solution. La venue de l'Esprit Saint, nous l'avons vu par la prédication de Philippe, se manifeste par des miracles, du parler en langues, d'une prédication tout à fait transformante pour le peuple qui l'entend. Il faut donc distinguer dans le don de l'Esprit le don intérieur qui est donné au cœur de l'homme et qui en fait un fils de Dieu, qui en fait le disciple de Jésus-Christ. C'est le don de l'Esprit dans toute sa splendeur, c'est le don fondamental qui nous est donné par le baptême et dont la confirmation en est l'accomplissement.

Il se trouve qu'au niveau des Actes des apôtres, donc dans l'Église primitive, ce ne sera pas vrai pour l'Église dans la suite, le don de l'Esprit s'est manifesté par des signes prodigieux : guérisons, parler en langues, illuminations. Tout cela c'est aussi le don de l'Esprit et les samaritains ne l'avaient pas encore reçu. On lit dans des passages qui ont été supprimés dans notre lecture, que Simon le magicien veut donner de l'argent à Pierre et Jean pour qu'il puisse lui aussi donner l'Esprit Saint. Le magicien se moquait éperdument de donner la sainteté intérieure dans le cœur des samaritains, ce qu'il voulait, c'était de pouvoir parler en langues, faire des miracles, et des prodiges. C'est donc bien ces miracles et ces prodiges qui se sont produits quand Pierre et Jean sont venus et c'est sans doute cela le don de l'Esprit qui n'avait pas encore été donné aux nouveaux baptisés.

 

AMEN

 

 

 

 

 

 

 
Copyright © 2017 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public