AU FIL DES HOMELIES

Photos

TENDRE VERS LES RÉALITÉS D'EN HAUT

Ac 10, 34-43 ; Col 3, 1-4 ; Jn 20, 1-9
Pâques - année C (19 avril 1992)
Homélie du Frère Bernard MAITTE

"Frères, vous êtes ressuscités avec le Christ" Voilà ce que nous annonce Paul, voilà la grande joie de ce jour : nous sommes ressuscités avec le Christ. "Recherchez les réalités d'en haut. C'est là qu'est le Christ assis à la droite de Dieu". Tendez vers les réalités d'en haut, et non pas vers celles de la terre. En effet, vous êtes morts avec le Christ et votre vie reste cachée en Dieu. Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi vous paraîtrez avec Lui en pleine gloire.

       Frères, quelle distance, à première vue, entre le phénomène de la Résurrection tel que le développe l'apôtre Paul, converti d'ailleurs par la fulgurance d'une apparition du Christ ressuscité et le matin de Pâques, lorsque Marie-Madeleine, au lever du jour, alors qu'il fait encore sombre et qu'on n'y voit pas très clair découvre la pierre roulée et surprise : le tombeau vide. Prévenant les amis de Jésus Pierre et Jean ne pourront à leur tour que constater le vide. Ils ne pourront constater que l'absence. Ils n'auront pour unique signal que quelques linges affaissés sur place à même l'endroit où reposait Jésus. Ce signe des linges va pourtant être le point de départ de la foi de l'apôtre Jean dont on écrit qu'il vit et il crut. L'apôtre Jean vit et crut en voyant ce tombeau vide et les linges affaissés. Ce fut là, la première des illuminations de la Résurrection, avant les apparitions du Christ ressuscité lui-même.

       Frères et sœurs, partis un petit matin, le jour de Pâques, rechercher un corps, disparus, peut-être volé, et par qui ? les apôtres étaient partis en quête d'une réalité bien terrestre et se retrouvent devant un mystère céleste. Ils sont partis vers des recherches bien terrestres. Ils ont d'abord vu des choses très simples. Ils n'ont pas vu de miracle. Ils n'ont pas vu des choses extraordinaires, mais ils ont vu la simple réalité d'un tombeau vide, et des linges roulés à leur place, seul indice surprenant. Pourtant ils virent et ils crurent.

       Frères et sœurs, qu'avez-vous vu pour être là ce matin ? Mais plutôt qu'avez-vous cru ? Comme l'apôtre saint Paul nous le dit, vous croyez à la Résurrection du Christ et vous croyez aussi qu'avec Lui nous sommes ressuscités. Cela tient à deux choses : l'Écriture, qui nous rapporte que le Christ est ressuscité, et la Tradition. La Tradition, ce sont ces témoins, ces hommes, ces femmes, Pierre, Jean, Marie-Madeleine qui nous ont dit, peut-être pas tout à fait objectivement parce qu'ils aimaient trop le Seigneur, mais avec tout leur cœur, que Jésus était ressuscité et qu'ils avaient compris que le Seigneur avait dépassé les limites de l'humanité, qu'Il ne pouvait plus rester enfermé dans un tombeau, mais qu'Il avait atteint la gloire de Dieu. Ce que le Christ avait demandé dans sa prière avant de mourir, le Père l'a réalisé : "Père, glorifie ton Fils afin que ton Fils Te glorifie" (Jean 17, 1).

       La Résurrection, c'est la glorification du Christ. C'est le Christ qui, en sa chair, en son corps, en son âme, en sa divinité, entre dans la gloire du Père. C'est toute l'humanité qui entre dans le Royaume de Dieu. Le tombeau est vide car plus rien ne peut emprisonner celui qui est entré dans la sphère céleste. Les linges ne peuvent plus contenir celui qui soutient désormais l'univers. Mais Jésus n'entre pas seul, il entre avec nous, il entre et Il nous entraîne auprès du Père parce qu'Il s'est fait semblable à nous. Nous sommes l'image de Dieu, mais nous sommes surtout l'image de Jésus, vrai homme, vrai Dieu. Et nous sommes encore plus hommes quand nous sommes vraiment Dieu avec Jésus qui nous divinise. Il s'est fait semblable à nous pour que cette image à laquelle nous ressemblons soit parfaite et puisse trouver un véritable face à face, Dieu Lui-même. C'est cela qu'aujourd'hui nous célébrons. C'est pour nous, croire de génération en génération, comme les coureurs qui se transmettent un témoin, que le Christ est ressuscité. Ce sont mes parents qui m'ont d'abord appris que le Christ est ressuscité. Sur quelques indices, un tombeau et des linges, les apôtres deviennent témoins et transmettent la foi. C'est mes parents qui m'ont d'abord appris que le Christ est ressuscité. Eux-mêmes l'avaient appris d'autres témoins, et ainsi de suite jusqu'aux apôtres. C'est certainement la même chose pour vous.

       Nous nous appuyons sur la foi de milliers d'hommes qui ont cru au témoignage de ce petit matin de Pâques où tout s'est passé dans le silence, dans le flou d'un matin entre chien et loup, mais où ils ont pu reconnaître la merveilleuse clarté d'un événement. Et cet événement de la Résurrection ne cesse de s'étendre, ne cesse de se propager de cœur en cœur, et c'est ce qui fait vibrer et vivre des millions de personnes. Croire que notre humanité n'est pas faite pour la mort, mais faite pour la vie et pas n'importe quelle vie, la vie de gloire avec Jésus.

       Alors, frères et sœurs, ne recherchons pas les réalités terrestres, mais allons de l'avant et recherchons les réalités d'en haut, comme nous l'enseigne saint Paul. Bien souvent nous restons confinés dans nos petites vies, nous ne savons pas vivre de cet élan de la vie de Dieu. Nous ne savons pas être remplis de cette Résurrection. C'est cette vie, cette Résurrection, cet amour qui peut changer quelque chose parce que c'est notre réalité même de personne dans ce que nous sommes, moi et pas un autre, qui est appelée à vivre de la gloire de Dieu. "Tendez vers les réalités d'en haut". Mais combien de fois commençons-nous nos matins comme une course vers des tombeaux que nous trouvons vides, mais ceux-là sont souvent porteurs de mauvaises nouvelles. Combien de fois, au contraire, au lieu d'ouvrir ce tombeau, la pierre du silence se referme-t-elle ? Or, sachez-le, le Christ s'est fait Lui-même mort, péché pour que nous soyons rachetés au plus profond de nous-mêmes pour que nous puissions être tendus vers cette réalité d'en haut, pour que nous nous sentions aspirés par son humanité et sa divinité pour entrer dans la gloire de Dieu.

       "Vous êtes morts avec le Christ". Ca veut dire que vous êtes configurés dans le baptême à la Pâque de Jésus et ce baptême que vont vivre Béryle, Amélie et Thibault, c'est bien ce passage, dans la foi, de la mort à la vie. Et votre vie reste cachée en Dieu. Elle reste dans ce magnifique silence du Seigneur qui enveloppe de sa gloire chacun de nous parce que nous avons reçu sa vie. Sa vie, nous l'avons reçue à travers l'Église qui justement dans la Tradition, dans ce témoin que l'on transmet de l'un à l'autre, donne cette vie de Dieu à travers des sacrements. Et c'est pourquoi ces sacrements deviennent une source vive parce qu'ils viennent directement du Seigneur vivant. Cela nous permet d'avance à travers les réalités difficiles de ce monde, en ayant à cœur et dans notre âme cette espérance que la gloire de Dieu nous enveloppant nous restons cachés en Lui comme les Hébreux restaient cachés dans la nuée du Seigneur.

       La gloire de Dieu qui nous enveloppe, c'est son poids d'amour, car la gloire, c'est un poids. C'est d'abord le poids d'une personnalité, le poids d'un honneur, et celui-là est grand, car il s'agit du Fils de Dieu qui vient au plus profond de nous dans chacun des sacrements. Il s'agit d'une puissance, cette puissance c est la force de la vie de Dieu Créateur, mais du Dieu qui nous recrée par le baptême qui fait de nous des êtres nouveaux. C'est aussi cette gloire la richesse que nous venons puiser auprès de Dieu, richesse de sa vie, de sa personne, richesse surtout de son amour, car la miséricorde de Dieu est abondante. Dieu, riche en miséricorde, ne peut pas être épuisé en se donnant par amour.

       Alors, frères et sœurs, venez, voyez, croyez. Surtout venez puiser à cette gloire que le Seigneur vous donne, dans laquelle Il vous enveloppe. Vous êtes cachés en Christ, vous êtes cachés dans sa gloire, dans sa puissance, dans sa richesse. Pourquoi cachés ? parce que, quand deux êtres s'aiment, ils ne se cachent pas tant qu'ils essaient de vivre l'intimité. Et c'est cela que les apôtres ont vécu, c'est cette intimité avec Dieu, intimité d'amour. D'un tombeau vide et de linges affaissés, ils ont cru à l'amour du Seigneur et nous ont transmis le don de sa vie.

       Frères et sœurs, qu'aujourd'hui cette gloire rejaillisse en chacun d'entre nous pour le salut du monde, pour que tout homme sache de quel amour Dieu a enveloppé ce monde, car vous êtes ressuscités avec le Christ.

        ALLELUIA !

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public