AU FIL DES HOMELIES

Photos

UN REPAS

Ac 3, 11-26 ; Lc 24, 35-48

Jeudi de Pâques – C

(30 mars 1989)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

P

lusieurs apparitions du Christ Ressuscité prennent place au cours d'un repas. C'est le cas du passage du récit de ce jour où Jésus demande aux disciples un morceau de poisson grillé. Cette insistance sur les repas du Christ Ressuscité avec ses disciples a une signification évidente et très importante pour nous.

Nous avons l'habitude de lire la fête de Pâ­ques et la Résurrection du Christ comme se traduisant dans la vie de l'Église essentiellement par le baptême. Cela est effectivement fondamental. C'est par le bap­tême que de nouveaux enfants de Dieu sont plongés dans la mort pour ressurgir de l'eau, ressuscités avec le Christ. Le baptême est par excellence le sacrement pascal, mais l'eucharistie également nous fait commu­niquer avec la Pâque. Et si nous avons l'habitude de considérer dans l'eucharistie la réactualisation du sa­crifice de la croix : "Prenez, mangez Mon corps livré, mon sang versé !", Il est aussi vrai et aussi important de voir dans l'eucharistie la réactualisation de la Ré­surrection du Christ. Car si le Christ se donne à nous, sous forme de victime, son corps étant comme livré, broyé pour nous, son sang étant versé, répandu pour nous, il n'en reste pas moins qu'aujourd'hui, le Christ est vivant, le Christ est ressuscité et que le corps et le sang du Christ que nous mangeons et que nous buvons, c'est le corps du Christ Ressuscité, c'est le sang du Christ ressuscité.

C'est pourquoi ces repas du Christ Ressuscité avec ses disciples sont pour nous d'un très grand en­seignement en ce qui concerne l'eucharistie. Quand Jésus apparaît aux disciple d'Emmaüs, Il leur montre que le pain eucharistique est une présence aussi vraie, aussi fort aussi fondamentale que sa présence physi­que à leurs côtés, puisque, assis à table avec eux, Il refait le geste de l'eucharistie, Il rompt le pain, Il le leur donne et Il disparaît à leurs yeux. Car ils n'ont plus besoin de sa présence tangible et visible, puis­qu'ils ont la même présence, aussi authentiquement vraie dans le pain qu'Il vient de partager avec eux Cette apparition aux disciples d'Emmaüs est un des textes eucharistiques les plus forts de l'évangile pour nous affirmer la réalité de la présence du Christ.

Quand nous aurons tout à l'heure le pain dans notre main, quand nous boirons à la coupe, comme les disciples ont tenu dans leur main le pain partagé, Il sera aussi véritablement présent avec nous qu'avec eux, aussi présent que lorsqu'Il était assis à table avec eux.

L'apparition au bord du lac de Tibériade nous donne une autre dimension de l'eucharistie car Jésus a Lui-même préparé le repas et le partage, ce qui nous montre que l'eucharistie n'est pas seulement un repas où nous mangeons la chair du Christ, mais un repas que le Christ nous offre Lui-même, où Il est à la fois Celui qui nous invite et Celui qui nous sert.

Enfin le texte d'aujourd'hui où, en mangeant un morceau de poisson grillé, Jésus affirme la réalité matérielle, physique de sa chair ressuscitée, nous invite à comprendre que, dans l'eucharistie, c'est à la chair du Christ ressuscité que nous communions, et que cette chair du Christ Ressuscité devient en nous ferment de résurrection. Si nous communions c'est pour préparer notre corps à sa propre résurrection avec le corps du Christ. Il y a communication véritable de vie entre le corps réellement charnel du Christ ressuscité et notre corps charnel qui ressuscitera, lui aussi, véritablement, charnellement au dernier jour. C'est notre foi en la résurrection de la chair que nous affirmons dans notre Credo. Nous sommes ensemencés par la chair du Christ afin que notre chair, à nous aussi, vive éternellement.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public