AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE PRINCE DE LA VIE

Ac 3, 11-26 ; Lc 24, 35-48

Jeudi de Pâques – A

(15 avril 1993)

Homélie du Frère Michel MORIN

 

V

ous L'avez renié devant Pilate, vous avez demandé la grâce d'un assassin, vous avez fait mourir le Prince de la Vie." Et saint Pierre ajoute : "Je sais que c'est par ignorance que vous avez agi ainsi que vos chefs."

Ainsi, dans la croix du Christ, nous avons "contemplé", le mot est tout à fait impropre, le résul­tat de notre péché. Nous avons contemplé la puis­sance du mal puisque le Christ, Prince de la Vie, a été, par nous, par notre lâcheté, notre mépris, cloué à la croix, parce que nous avons préféré la liberté d'un assassin, c'est-à-dire nous préférons jouer librement avec le mal. Nous avons donc connu la puissance du péché et du mal. Le Christ, sur la croix, "est" l'ex­trême possibilité du mal, il n'y aura pas pire, il ne peut pas y avoir pire dans le mal que la crucifixion du Prince de la vie, du Fils de Dieu, de la chair du Verbe.

C'est vrai, c'est par ignorance. Mais cette ignorance est-elle pardonnable ? Pourrait-elle jouer comme une circonstance atténuant la responsabilité donc la peine ? C'est vrai le péché est ignorance de la vie, de Dieu, de l'amour, de la rémission des péchés. Et cette ignorance, et donc ce mal absolu figuré par le Christ mort sur la croix, continue encore aujourd'hui de traîner dans notre cœur et de drainer certaines de nos énergies personnelles ou communautaires, natio­nales ou internationales. Cependant si cette ignorance est toujours pour nous la raison extérieure de notre responsabilité personnelle dans le mal, dans le péché, nous lisons en même temps que ce texte de Pierre cette apparition de Jésus aux disciples. Et Il leur dit : "C'est bien Moi ! Voyez mes mains. Je ne suis pas un fantôme. Voyez ma chair, voyez mes os. Donnez-moi à manger !"

La vie dans le Ressuscité, c'est donc de pas­ser, continuellement, jour après jour, et de recommen­cer d'ailleurs chaque jour, de l'ignorance qui conduit à la mort à la connaissance de Celui que notre péché a mis à mort. "C'est Bien Moi !" dit le Seigneur et c'est une note particulière de toutes les apparitions du Christ ressuscité : "C'est bien Moi !" Je suis bien Celui que vous avez vu mort. Je suis bien Celui que vous avez fui. Je suis bien Celui que vous avez renié, trahi ou abandonné. "C'est bien Moi !" Vivre dans la Résurrection du Christ c'est en même temps, aujourd'hui, passer de l'ignorance à la connaissance. Puisque notre péché est la signature de notre manque de connaissance du Fils de Dieu, du Prince de la Vie, du refus de le connaître vraiment la Pâque ouvre en nous le chemin de la connaissance véritable. "C'est bien Moi !" Et la connaissance du Fils de Dieu Lui-même, du Prince de la Vie, et dans sa chair : "Touchez ! Regardez ma chair et mes os !" Palpez-Moi !

Voilà que la main que nous avons portée par notre péché, qui a crucifié la chair du Verbe, cette même main est invitée à le toucher et à dire : "Tu es le Fils de Dieu ! Mon Seigneur et mon Dieu !" comme dira Thomas. La résurrection du Christ est encore inscrite dans notre dramatique humaine, elle est en­core inscrite dans ce conflit permanent, douloureux, mortel parfois, de notre ignorance invétérée et de no­tre connaissance désirée. C'est vrai, c'est bien vrai. Il y a en nous un désir de connaître ce Fils, de le tou­cher, de le palper, de vivre dans cette intimité, d'écouter cette Parole et de le reconnaître. "C'est bien Moi !" et nous y croyons, c'est vrai. Mais c'est vrai aussi que sans cesse nous reculons et nous retournons, peut-être malgré nous, à cette ignorance qui nous entraîne inlassablement dans le péché, dans ce mys­tère de l'ignominie du Fils toujours affiché sur la croix, si ce n'est le bois, c'est toute sorte d'autres croix humaines.

Alors demandons qu'au long de cette semaine et dans ce temps de Pâques, nous entrions de plus en plus dans cette connaissance personnelle de Jésus ressuscité, afin comme dit saint Paul "de Le connaî­tre, Lui,"  C'est bien Moi !" et la puissance de sa ré­surrection. Cette puissance de la Résurrection dont saint Pierre nous dit : "C'est par ignorance que vous avez agi ainsi, mais Lui, Dieu L'a ressuscité, et par cette résurrection vous avez toujours le pardon de vos péchés." Que cette eucharistie nous aide à vivre cela, d'abord parce que c'est toujours le sacrifice du Christ sur la croix et ensuite parce que dans ce sacrifice même Il continue à nous dire : "C'est bien Moi ! Voyez mes mains et mes pieds ! Touchez-Moi !"

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public