AU FIL DES HOMELIES

Photos

LES REPAS FRATERNELS

Ac 3, 11-26 ; Lc 24, 35-48

Jeudi de Pâques – C

(4 avril 2013)

Homélie du Frère Jean-Michel POFFET O.P.

Disciples pensifs … Issoire

P

our souligner l'originalité de l'évangile que nous venons d'entendre, saint Luc insiste beaucoup plus que les autres évangiles sur la corporéité de Jésus après Pâques. "Je ne suis pas un esprit", eux croyaient voir un esprit. Il ne faut pas oublier que les chrétiens auxquels écrit saint Luc sont des gens marqués par la culture grecque : l'immortalité de l'âme ils pouvaient l'accepter, la résurrection de Jésus corps et âme, même si c'est complètement transfiguré, mais toute sa personne vivante, ce Jésus qu'ils avaient connu avant Pâques, cela les troublait.

Jésus insiste sur le fait qu'il est corps et âme vivant dorénavant. Pâques ne concerne pas seulement nos cœurs ou nos esprits, mais bien tout notre corps, toutes nos personnes, toute notre vie. Cela évidemment est plein de conséquences pour notre relation à nous-même, aux autres, en couple, en famille, notre relation au monde, à la création aussi.

La deuxième chose, c'est le repas. Pour le leur prouver, Jésus une fois de plus est à table avec eux. Combien de temps Jésus a-t-il passé à table ? Depuis le début de son ministère en Galilée, avant Pâques, après Pâques, avec les disciples, avec les pécheurs, Jésus a aimé passer du temps à table. Cela nous dit beaucoup sur les liens de fraternité que Jésus a voulu pour nous, pour son Église.

Demandons au Seigneur par la grâce de l'eucharistie que nous célébrons en ce moment, qu'il rende notre foi aussi belle, fraternelle, concrète.

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public