AU FIL DES HOMELIES

Photos

ANNONCIATION DE LA RÉSURRECTION

Ac 2, 14+22-36 ; Mt 28, 1-10

Lundi de la première semaine du temps pascal – C

(4 avril 1983)

Homélie du Frère Michel MORIN

Issoire : Les anges au tombeau

I

 

l avait suffi à Jean de voir le tombeau vide pour croire. L'évangéliste saint Matthieu nous fait approcher ce mystère de la résurrection et de la foi d'une autre manière que celle de la vision et du silence car pour Jean, il n'y a eu aucune explication. Il avait vu et il avait cru.

Lorsque les femmes arrivent au tombeau de grand matin elles ne verront pas d'abord le vide du tombeau. Elles vont entendre un grand tremblement de terre, elles seront elles mêmes bouleversées et elles vont voir, non pas le tombeau vide, mais un ange du Seigneur resplendissant de lumière, à la robe blanche comme la neige. De cela, il y a deux témoins les femmes et les gardes. Les gardes vont être terriblement effrayés, vont avoir une grande peur, tomber par terre comme s'ils étaient morts. Ils étaient là uniquement pour remplir une fonction, un devoir, sans s'inquiéter du tout de ce dont il s'agissait. Ils étaient de la garde. Leur cœur n'était pas du tout prêt à recevoir l'événement qui allait être annoncé. Ils ont une peur : celle qui ne connaît pas. La crainte vient de l'ignorance, ils se retrouveront comme morts parce qu'ils resteront étrangers au mystère qui va être révélé. Les gardes ont peur, mais pas les femmes. Les femmes vont entendre l'ange qui leur annonce pourquoi le tombeau est vide. Et ce n'est que lorsqu'elles auront eu l'explication qu'elles verront le vide du tombeau. Le tombeau est vide avant que la pierre ne fût roulée. La Résurrection du Christ, nul n'en a été témoin. Elle n'a rien dérangé de la création. La pierre était restée comme les gardes, deux jours auparavant, l'avaient roulée. L'ange viendra la rouler pour que les femmes puissent voir l'endroit où le corps avait été déposé. Et l'ange leur explique : si le tombeau est vide, c'est parce que Jésus, comme Il l'avait promis, est ressuscité d'entre les morts.

Cette annonce de la résurrection, chez saint Matthieu, reprend les mêmes éléments que l'annonce de l'Incarnation. Il n'y a pas de témoin du mystère qui est intérieur, mais il y a l'ange qui vient expliquer, qui vient annoncer la réalisation de ce mystère. Et sa parole est la même : "N'ayez pas peur !" - "Ne crains pas Marie !" Puis il annonce le pourquoi de sa présence et les femmes, comme la Vierge Marie, vont être remplies d'une très grande joie et être bouleversées d'émotion, non pas d'une émotion de peur, mais d'une émotion devant la grandeur du mystère que l'ange vient annoncer, celui de l'Incarnation ou celui de la Résurrection. Matthieu traite la résurrection de Jésus comme une Annonciation. Cette annonciation, il faut la recevoir aussi dans son cœur, dans son esprit, dans son intelligence même et pour cela l'ange va l'expliquer. Mais cette annonciation va faire germer, va engendrer, dans le cœur de ceux qui la reçoivent, de ceux qui l'accueillent, une très grande joie. "Elles furent remplies de joie !"

Mais toute annonciation comme celle de l'Incarnation ou de la Résurrection, si elle remplit de joie, de jubilation le cœur de ceux qui la reçoivent, elle est aussi une mission. Aussitôt que l'ange a annoncé aux femmes la résurrection, il leur confie une mission celle de partir, tout de suite, l'annoncer aux disciples et de dire que ses disciples verront le Ressuscité, non pas à Jérusalem, mais en Galilée. La Résurrection est une annonciation que nous devons nous aussi recevoir dans notre cœur de croyants, sans en avoir peur, autrement nous en resterions comme des étrangers. Nous devons recevoir cette résurrection comme une mission, c'est-à-dire comme l'annonce de cette résurrection à tous ceux qui vivent avec nous et qui sont encore enfermés dans cette ignorance comme l'étaient à ce moment-là les disciples. C'est au moment où elles accomplissent cette mission, au moment où elles vont quitter le tombeau vide que les femmes vont rencontrer le Seigneur ressuscité et Jésus ne leur dira rien de nouveau de ce qu'a dit l'ange, venant authentifier cette parole de l'ange : "Ne craignez point ! Allez annoncer à mes frères qu'ils doivent partit pour la Galilée, c'est là qu'ils me verront." Jésus ne fait que répéter ce que l'ange avait dit aux femmes.

Il est étonnant que cette première annonce de la Résurrection est extrêmement discrète. Ce n'est pas la manifestation glorieuse de la Résurrection. Simplement, quelques femmes sont là et vont en recevoir la première annonce. Ce qui est étonnant encore c'est que Jésus et l'ange leur disent d'aller le dire non pas au monde entier, non pas aux juifs, mais aux disciples, comme si Jésus voulait d'abord reconstituer le premier noyau des apôtres. Et il va le reconstituer non pas à Jérusalem, mais en Galilée, là même où quelques années avant, Il les avait appelés, afin qu'ils puissent le suivre et un jour être témoins de sa Pâque.

C'est en Galilée que les apôtres vont se retrouver parce que les femmes vont les inviter à venir à la rencontre de Jésus ressuscité. Et ce n'est que lorsque cette première rencontre entre le noyau apostolique et Jésus, ce n'est que lorsque cette première rencontre sera effectuée que les apôtres retourneront à Jérusalem pour, alors annoncer publiquement la Résurrection du Christ, lorsque l'Esprit Saint sera venu confirmer en eux la foi. C'est pour cela que nous avons lu tout à l'heure ce premier discours de Pierre, après la Pentecôte, aux juifs de Jérusalem. Et vous savez qu'avant de les quitter, au jour de l'Ascension, Jésus, une nouvelle fois, les renverra en Galilée qui est la porte des nations. Ensuite, ils iront prêcher au monde entier cette résurrection du Christ, annonçant à tous les hommes les chemins de la vie.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public