AU FIL DES HOMELIES

Photos

PERPLEXITÉ ET EFFROI

Ac 2, 14+22-36 ; Lc 24, 1-12

Lundi de Pâques – A

(28 mars 2005)

Homélie du Frère Yves HABERT

 

L

a Résurrection ce n'est pas évident, pour beaucoup de nos contemporains, mais déjà aussi au temps de Jésus. C'est quelque chose qui bouleverse tellement l'ordre des choses, qui bouleverse tellement notre manière habituelle d'envisager la vie d'un homme et sa mort comme une fin, comme quelque chose qui a un terme, que devant cela, beaucoup hésitent. L'évangile traduit aussi cette hésitation. Il y a deux sentiments qui saisissent le cœur de ces femmes. Le premier sentiment, c'est la perplexité. La perplexité, c'est une sorte de paralysie qui est procurée par l'assemblage des contraires, quelquefois, celui qui était mort et qui n'est plus là. C'est un paradoxe que l'on ne peut résoudre. La perplexité, c'est quelque chose qui nous arrête, comme l'effroi d'ailleurs qui est le deuxième sentiment. L'effroi, c'est la peur. Peut-être y a-t-il déjà une sorte de peur du divin, peur de ce Dieu immense qui nous fait toujours un peu peur. L'ange revient pour saisir ces femmes sur le chemin qui ne peut que les conduire à la paralysie, pour les ouvrir à autre chose, pour les aider à envisager une autre solution, en soulignant le rapport qu'il y a entre celui qui s'est absenté, qui n'est plus dans le tombeau, et celui qui a prononcé ces paroles mystérieuses alors qu'il était encore en vie, au milieu de ses disciples et qui disait qu'il fallait qu'il meure et qu'il ressuscite.

C'est le souvenir, cette identification. C'est bien le même qui annonçait ces paroles et qui aujourd'hui est passé dans une autre dimension. Après vient la foi qui est cette attitude de confiance, et les apôtres se bloquent, refusent, prennent les dires des femmes pour du radotage. Pierre saisi de remords peut-être ou voulant vérifier, court au tombeau et est saisi par le sentiment de la surprise. Il est surpris de ce qui était arrivé. La surprise est peut-être la clé qui va permettre d'ouvrir la porte à la foi. La surprise est le sentiment qui nous pousse à inventer, qui nous pousse à imaginer quelque chose au-delà de la perplexité et de l'effroi. La surprise porte en elle cette charge de la nouveauté. Le Seigneur a mis au cœur de Pierre cette surprise, il ne voit encore que les linges, il devra passer par la rencontre et la confession, mais il y a comme un coin qui va permettre d'ouvrir son cœur.

Comme toi, Bernard, qui portes ce désir du baptême depuis longtemps, tu habites avenue de la cible, et cela fait longtemps que le Seigneur t'a dans son collimateur, en quelque sorte (je m'étais promis de la faire, celle-là !). Je sais que toi aussi tu es parfois habité par ce sentiment de perplexité, même de peur, tu me l'as partagé, et tu souhaites que le Seigneur te conduise plus loin, avec tout ce que tu es, qu'Il te conduise sur ce chemin qu'il a préparé pour toi, puisque depuis longtemps, Il te désire. Je souhaite que ce baptême soit comme pour Pierre, ce moment où le Seigneur va mettre aussi dans ta vie cette dimension de surprise qui va te permettre de saisir ta vie dans un nouvel élan. Le Seigneur va susciter en toi à travers ce baptême un nouvel élan. Tu te prépares depuis déjà un certain temps aussi en lisant la Bible, tu cherches aussi les traces de Dieu dans la Bible, tu vois sa fidélité dans cette Parole, maintenant le moment est venu pour toi de recevoir ce baptême que tu désires depuis si longtemps dans ton cœur. Nous t'accompagnons tous, nous sommes tes frères, tes sœurs, et nous voulons être avec toi pour ce grand jour.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public