AU FIL DES HOMELIES

Photos

TOUT EST NEUF !

Ac 2, 14+22-36 ; Mt 28, 1-10

Lundi de Pâques – C

(9 avril 2007)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

F

rères et sœurs, l'évangile nous le dit : c'est à l'aurore au point du jour, que se passe la scène que nous venons de lire. Les femmes se rendent au tombeau, le sabbat étant passé pour oindre le corps de Jésus. C'est au petit jour, c'est le premier jour de la semaine, celui que nous appelons aujourd'hui le dimanche. C'est une création nouvelle, c'est un jaillissement nouveau, c'est une vie nouvelle, c'est une histoire nouvelle pour le monde qui commence avec la Résurrection du Christ. Plus exactement, quand les femmes viennent au tombeau et que l'ange descend du ciel avec gloire et tremblement de terre pour enlever la pierre du tombeau, ce n'est pas pour permettre au Christ de sortir du tombeau. Rien dans le récit ne nous dit que nous assistons à la résurrection du Christ, c'est pour que les femmes puissent constater que le tombeau est vide, et il était vide alors que la pierre était encore sur le tombeau. Car la Résurrection, nous ne pouvons pas la situer, nous ne pouvons pas la saisir ni l'étreindre, elle s'est déroulée dans le mystère et le secret de la nuit quand le Père a éveillé Jésus de son sommeil.

Ce qui se passe au petit matin, c'est donc la conséquence de la Résurrection, l'éclatement de la joie devant ce tombeau vide qui manifeste que le Christ est vivant, non pas dans notre monde, Il n'en fait plus partie, mais dans ce monde autre qui est le monde à venir du Royaume dans lequel nous passerons tous petit à petit, et toute l'histoire du monde, et l'univers entier passera jour après jour dans ce Royaume à mesure que va se déployer ce mystère de la Résurrection.

C'est donc un mystère de nouveauté, de renouvellement que nous célébrons aujourd'hui, c'est pourquoi la fête de Pâques est étroitement liée à la célébration du baptême qui est la réalisation de ce renouvellement à l'intérieur de chacun d'entre nous. La fête de Pâques ne consiste pas seulement à nous souvenir de l'événement de la Pâque du Christ, à commémorer une résurrection passée. La fête de Pâques, c'est la réalisation actuelle, présente, continuelle de cette résurrection. La résurrection n'est pas un événement de l'Histoire, c'est un événement qui embrasse toute l'Histoire et même au-delà. La Résurrection du Christ qui devient la nôtre c'est le jaillissement de cette vie que rien ne pourra plus jamais arrêter. C'est pourquoi par le baptême, Anna va entrer dans le mystère de la résurrection. Déjà, la nuit de Pâques, trois adultes, deux enfants en âge scolaire, et deux bébés, et cinq autres petits bébés le lendemain, sont entrés dans cette ronde des enfants de Dieu, cette ronde qui nous conduit vers le Royaume. Anna à son tour, rejoint cette ronde, cette danse mystique dont nous parlons dans le chant : "Il est vraiment ressuscité".

Nous qui sommes baptisés depuis longtemps, retrouvons au fond de nous-mêmes cette source sans cesse jaillissante, retrouvons cette nouveauté qui est inextinguible, qui n'est pas un événement passé que nous oublions plus ou moins, mais qui est toujours présent. Nous sommes maintenant baptisés, nous sommes maintenant appelés à entrer dans la Résurrection du Christ. C'est ce qui se passe maintenant dans nos cœurs. La Pâque est permanente, la Pâque c'est aujourd'hui, la Pâque pour chacun de nous, est le seul instant présent de toute notre vie.

Frères et sœurs, accompagnons Anna dans ce renouveau, accompagnons tous ceux qui ont été renouvelés en cette fête de Pâques, et laissons-nous renouveler par cet élan créateur du Christ qui renouvelle toutes choses.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public