AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'AVENIR EST OUVERT

Ac 2, 14+22-36 ; Lc 24, 1-12

Lundi de Pâques – C

(1er avril 2013)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

La route est ouverte

F

rères et sœurs, il y a quelque chose de paradoxal dans ce récit de l'apparition du Ressuscité. C'est le fait que les femmes qui s'avancent au tombeau ne vivent que de souvenirs. Elles portent des aromates, c'est-à-dire qu'elles vont accomplir les restes des gestes funéraires qu'elles auraient dû faire le vendredi et qui n'ont pas pu s'accomplir à cause de l'imminence du jour de la fête de la Pâque. Elles sont complètement dans le souvenir et d'un souvenir "fossile". Les aromates, c'est bien connu, c'est ce qu'on utilisait pour embaumer le corps dans l'imagination que ces aromates allaient conserver le moins mal possible ce qui restait du Maître qui avait vécu dans ce petit groupe des disciples.

Autrement dit, quand les femmes s'avancent vers le tombeau, elles sont là avec toute la richesse, mais en même temps tout le dénuement des souvenirs qu'elles ont pu accumuler en suivant Jésus au cours de son ministère public. Elles sont là, se disant : comment allons-nous pouvoir garder le maximum de ces souvenirs ? Comment allons-nous pouvoir fixer notre mémoire sur un passé dans lequel nous avions mis tant d'espérance ? C'est extraordinaire, elles arrivent au tombeau et les aromates ne servent à rien, puisqu'il n'y a plus de corps à embaumer.

Il y a presque un trait d'humour de la part de Dieu dans cette histoire, elles vont, elles avec leurs moyens humains, avec toute leur tendresse, leur désir et leur attachement, elles vont essayer de fixer tout cela et tout leur échappe, elles n'ont plus de prise. Aucune prise sur un tombeau qui a été ouvert sans qu'elles y soient pour rien, juste une banquette vide avec simplement les linges et le linceul. C'est la résurrection. La résurrection, c'est le moment où nous nous rendons compte que nous-mêmes, vivants, nous ne pourrons jamais saisir, fixer uniquement par la mémoire, le souvenir et la faculté du passé de ce que nous sommes. Ce que nous sommes, c'est toujours quelque chose qui s'ouvre devant nous. C'est un avenir, c'est une promesse, c'est quelque chose à quoi l'on s'engage, c'est quelque chose à quoi l'on est appelé et sur lequel nous n'avons pas de maîtrise. Certes, nous y mettons tout notre cœur, toute notre liberté, mais en réalité nous n'avons pas de prise. Les femmes quand elles sont devant le tombeau, s'aperçoivent qu'il est vide, elles en font le constat. D'une certaine manière, l'avenir est vide ou bien il est ouvert. Et ce sera à elles de reconnaître qu'effectivement il est ouvert et non pas vide.

Frères et sœurs, c'est exactement la position de chacun d'entre nous face à sa vie, face à ses engagements, on se retrouve toujours devant cette possibilité d'un avenir qui n'est pas écrit d'avance. L'avenir nous paraît toujours comme quelque chose qui est en creux par rapport à notre désir. Il y a de l'espace, il y a quelque chose qui s'ouvre devant nous. Mais après, c'est à nous, par la profondeur et la fidélité de nos promesses de nous avancer dans ce grand espace que nous ouvre le Christ, que nous ouvre la résurrection, et d'y découvrir notre véritable être, notre véritable capacité de vivre en communion les uns avec les autres et ensemble avec Dieu.

Chaque fois que nous célébrons l'eucharistie, chaque fois que nous célébrons des événements importants de notre vie de chrétien, nous devons revenir toujours devant le tombeau vide, car un sacrement c'est essentiellement une promesse d'avenir. L'eucharistie est une promesse d'avenir, elle est la promesse du Royaume. Tous les sacrements, le baptême pour commencer, est une promesse d'avenir, il est la possibilité pour nous d'entrer dans le Royaume.

Aujourd'hui encore, dans cette semaine de Pâques, sachons que ce n'est pas simplement en nous tournant vers les prérogatives ou les servitudes du passé que nous pourrons avancer d'un pouce, mais que c'est simplement en nous laissant ouvrir le cœur à l'ouverture de l'avenir et de la résurrection du Christ.

 

AMEN

 

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public