AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA FRACTION DU PAIN

Ac 3, 1-10; Lc 24, 13-35

(6 avril 1988)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Campagne aux alentours d'Emmaüs 

C

 'est donc à "la Fraction du Pain", au geste de l'eucharistie, que les disciples ont reconnu Jésus à Emmaüs, après avoir marché auprès de Lui et l'avoir entendu leur parler de tout ce qui le concernait dans les Écritures, les prophètes et les psaumes.

La "Fraction du Pain" ce n'est pas seulement le souvenir de la dernière cène, ce n'est pas seulement une référence à ce repas d'adieu du Christ avant de mourir, ce n'est pas seulement le sacrifice même de sa mort et de sa croix, renouvelé, réactualisé au long des siècles, la "Fraction du Pain" , l'eucharistie c'est aussi un repas avec le Christ ressuscité. C'est la chair ressuscitée du Christ qui nous est communiquée sous la forme de ce pain et de cette coupe de vin. Nous communions au Christ qui est mort mais qui est sorti vainqueur de la mort. Et ce que nous allons recevoir tout à l'heure dans nos mains comme les disciples d'Emmaüs, c'est la chair ressuscitée du Christ. Nous communions certes à son sacrifice, à la totalité de son sacrifice, c'est-à-dire non seulement à l'offrande sacrificielle, non seulement à la mort du Christ, mais aussi à l'acceptation de cette offrande, mais aussi aux conséquences de cette offrande qui sont le jaillissement de la vie pour l'univers tout entier, à partir du corps ressuscité du Christ. Recevoir en communion l'eucharistie c'est communier à la Résurrection de Jésus.

       C'est cela que Jésus a voulu faire comprendre à ces deux disciples qui s'avançaient, mornes, sur cette route, s'éloignant de Jérusalem, découragés, déçus, croyant que tout était fini et que les promesses du Christ avaient été mal comprises ou bien qu'elles étaient fallacieuses. Jésus a voulu que ces disciples soient renouvelés par sa chair ressuscité et à chaque eucharistie, Il veut que nous soyons renouvelés par sa résurrection. C'est à la résurrection du Christ que nous communions. C'est dire que l'eucharistie est en étroite connexion avec la Résurrection du Christ et avec notre propre résurrection. Car si le Christ a voulu que nous mangions sa chair, que nous buvions son sang, c'est pour que sa chair et son sang se mêlent intimement, étroitement à notre propre chair et à notre propre sang, pour que sa chair et son sang deviennent notre chair et notre sang, ou plutôt transforment notre chair et notre sang à l'image de sa chair et de son sang. C'est dire qu'en communiant, notre chair est remplie de la présence réelle, tangible, charnelle de la chair du Christ ressuscité.

       Il y a, dans notre propre corps, au plus profond de notre être cette présence irradiante, vivifiante de la chair ressuscitée du Christ. Nous portons en nous la résurrection du Christ. Déjà notre corps, qui pourtant est un corps mortel, qui doit encore passer par l'épreuve de la mort, qui vieillit sans cesse et qui s'use, notre corps porte en lui réellement le germe de sa propre résurrection, à partir de la chair ressuscitée du Christ. Communier, c'est donc non seulement se nourrir pour cette vie, ce n'est pas seulement le "pain de la route", ce n'est pas seulement une grâce pour aujourd'hui, une aide pour les événements de notre vie actuelle, communier c'est aussi laisser le Christ, en nous, préparer notre vie éternelle. C'est déjà laisser se construire en nous notre être définitif, l'être de notre résurrection. D'eucharistie en eucharistie, la Résurrection prend corps en nous, nous transforme petit à petit à son image et notre être nouveau s'édifie au tréfonds de nous-mêmes. Non pas seulement spirituellement mais corporellement, charnellement. Il y en nous un "homme nouveau" qui commence à habiter, à vivre, qui est notre être éternel. C'est pourquoi l'éternité n'est pas pour plus tard, elle est déjà commencée dès maintenant. Même si cette façon invisible, mystérieuse (ce qui ne veut pas dire irréelle ou imaginaire), même si c'est de façon mystérieuse et invisible, l'éternité, déjà, commence en nous, s'ébauche en nous et c'est jour après jour, communion après communion, rencontre après rencontre, dans une intimité sans cesse croissante, toujours plus lumineuse, profonde et transparente entre le Christ et nous que s'ébauche notre être éternel, notre chair immortelle.

       En venant communier, comme les disciples d'Emmaüs, disons au Christ : "Reste avec nous Seigneur car déjà il se fait tard !" Non pas : le jour tombe, mais l'aurore du jour éternel est en train de poindre. "Reste avec nous, Seigneur !" pour nous remplir de ta présence et pour nous conduire pas à pas, jour après jour, jusqu'à ce jour qui n'aura pas de fin.

       AMEN


 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public