AU FIL DES HOMELIES

Photos

EN DEUX TEMPS ET TROIS MOUVEMENTS

Ac 3, 1-10; Lc 24, 13-35

Mercredi de Pâques – B

(23 avril 2003)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

 

C

'est un évangile en deux temps et trois mou­vements. Deux temps parce que le premier est celui de l'arrêt, le deuxième c'est celui de la course. Trois mouvements parce que le premier mou­vement est celui d'une course, le deuxième d'un arrêt, et le troisième d'une nouvelle course.

La première course est semblable à une image que nous avons quelquefois sur une grande cours ou sur le cours Mirabeau, une pierre qui tombe et une nuée de pigeons s'envole et partent de tous côtés. La crucifixion, cette croix plantée dans le calvaire, a eu comme conséquence un éparpillement de tous les disciples, chacun partant dans son sens, ne sachant plus justement quel était le sens de leur vie.

C'est vrai que le monde juif, avec les Écritu­res, avait peut-être "trop" d'informations : Moïse, (Pentateuque), les prophètes, et le reste des Écritures. Un espace immense, beaucoup d'histoire, beaucoup de prophéties, beaucoup de lois, et une capacité à tisser et à faire des ponts entre toutes ces histoires, toutes ces prophéties et toutes ces lois. En avançant, comme quand on construit un puzzle, sachant qu'il y a une image, qu'il y a un projet, le projet de Dieu, cette attente que les juifs avaient de la venue d'un Messie, et en tâtonnant, en cherchant autour de soi celui qui serait d'une certaine manière le fil rouge, le fédéra­teur, celui qui donnerait enfin un sens à toutes les Écritures, et surtout à la manière dont on voulait les lire, c'est-à-dire un Messie politique, un Messie qui redonne vigueur au peuple d'Israël. Et puis, cette première course dans tous les sens, quand on décou­vre que celui dont on pensait qu'il était justement cet homme, n'est pas cet homme, parce que cette petite pièce de puzzle, Jésus-Christ, ne voulait décidément pas rentrer dans le puzzle humain, et les hommes ont préféré le mettre de côté, et l'expulser.

C'est une course dans tous les sens, c'est une course triste, on a le sentiment que toutes les énergies qu'on avait utilisé, qu'on avait épuisé pour cette cause, tout cela n'a servi à rien. Et un homme est là, et il leur demande de s'arrêter. Arrêter de courir dans tous les sens, peut-être comme nous le faisons aussi si sou­vent, quand nous testons certaines choses dans nos vies, pensant que nous devons aller à tel ou tel en­droit, et nous découvrons que cela ne marche pas, et un homme sur le chemin qui leur dit de s'arrêter. Ils s'arrêtent avec un regard morne et sombre. Je crois que c'est que le Christ nous invite à vivre justement dans notre vie quand nous partons un peu trop dans tous les sens, de nous arrêter, de reprendre notre vie pour lui trouver un sens. Le Christ est celui qui re­prend toutes ces Écritures, telles qu'elles étaient don­nées au peuple juif, parcourant Moïse, les prophètes et les psaumes. Il va faire découvrir dans ce puzzle, dans toute cette masse d'Écriture, ou les juifs avaient senti que le fil rouge était à tel ou tel endroit, notamment toujours ce fameux problème politique, il n'en est rien. Il y avait un autre fil rouge, rouge sombre, rouge sang, qui s'attardait et reprenait d'autres textes moins aimés, moins appréciés, celui du sacrifice d'Isaac, celui du Serviteur souffrant. Là aussi, quand le Christ nous demande de nous arrêter dans notre vie, peut-être aussi pour accepter de reprendre certaines pièces de nos puzzles qui nous semblent plus sombres, moins belles, moins intéressantes, et dont nous ne savons que faire.

C'est alors que les disciples d'Emmaüs vont alors de nouveau pouvoir courir, car la Résurrection ce n'est pas une clé, qui va nous permettre de nous asseoir dans notre fauteuil, de nous reposer, de rester où nous sommes, en disant : voilà, enfin, tout est clair, j'ai tout compris, j'ai tout maîtrisé, maintenant je suis tranquille et le reste de ma vie peut continuer à se dérouler de la même manière. Non, il s'agit à nouveau d'une course, mais non plus d'une course insensée, une course désespérée, mais bien au contraire, une course dans l'espérance pour annoncer aux autres que nous avons enfin trouvé un sens à notre vie, que c'est le Christ ressuscité qui nous le souffle dans nos propres vies.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public