AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE MYSTÈRE DE LA PRÉSENCE

Ac 3, 1-10; Lc 24, 13-35

Mercredi de Pâques – B

(11 avril 2012)

Homélie du Frère Jean- Philippe REVEL

Le signe du pain (Basilique Saint Denis)

F

rères et sœurs, vous avez remarqué que de manière constante quand Jésus apparaît à ses disciples après la résurrection, d'abord, ils ne le reconnaissent pas, c'est le cas de Marie-Madeleine qui le prend pour le jardinier, c'est le cas de Pierre de Jean et des autres apôtres qui, le voyant sur le rivage du lac de Génésareth ne le reconnaissent pas. C'est aujourd'hui le cas des deux disciples en route pour Emmaüs et Jésus peut faire route avec eux pendant toute l'après-midi sans qu'il leur reconnaissent alors qu'il leur parle des Écritures et leur ouvre l'esprit à tout le mystère de la résurrection.

Ce Jésus que les disciples dans un premier temps ne reconnaissent pas se manifeste à eux. A Marie-Madeleine, il dit son nom : "Ma rie". La façon dont Jésus prononce son nom renferme toute la tendresse, la proximité de Dieu et Marie le reconnaît. De même les disciples qui sont en train de pêcher dans le lac de Génésareth, Jésus leur demande s'ils ont trouvé du poisson, comme la réponse est négative, Jésus continue en leur conseillant de jeter le filet, et ils remontent le filet rempli de gros poissons. Ceci est le même miracle que celui qui s'était produit lors de leur première rencontre avec Jésus quand il avait déjà opéré cette même pêche miraculeuse.

Aujourd'hui, avec les disciples d'Emmaüs c'est donc à la fraction du pain qu'ils le reconnaissent. La fraction du pain c'est le premier geste de tout repas juif, quel qu'il soit. Par conséquent, ce n'est pas simplement ce geste qui a permis de reconnaître Jésus, peut-être a-t-il accompagné ce geste des mêmes paroles qu'à la Cène, peut-être est-ce la façon tout à fait personnelle et unique qu'il avait de rompre le pain et de faire tous les gestes de la vie courante ? Toujours est-il qu'à ce geste du Christ leur rompant le pain, ils le reconnaissent, "mais il avait disparu de devant leurs yeux". Qu'est-ce à dire ? les disciples ont vu le Christ ressuscité sans le reconnaître, mais ensuite, il se fait reconnaître à eux, par un geste personnel, ici, la fraction du pain. Et à partir de ce moment, ils ont entre les mains le pain qui est devenu le Corps du Christ. S'ils ont le Corps du Christ dans leurs mains, ils n'ont plus besoin de l'avoir visible à côté d'eux, puisque au contraire, le Christ est non pas à côté d'eux, mais il est en eux.

C'est tout le mystère des sacrements. Tout à l'heure, nous allons communier, nous allons recevoir un morceau de pain et rien ne nous permet de penser que ce morceau de pain est autre chose que du pain ordinaire et pourtant, c'est le Corps du Christ. C'est parce que c'est le Corps du Christ que nous sommes ressuscités nous-mêmes avec lui dans notre cœur, grâce à cette parole de vérité qui nous fait entrer dans le mystère même de sa présence au cœur de nous-même.

 

AMEN

 

 

 

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public