Imprimer

L'ÉGLISE PROCLAME LA RÉSURRECTION

1P 2, 1-10 ; Mt 28, 16-20

Samedi de la semaine pascale – B

(17 avril 1982)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

V

 

oici donc que va s'achever bientôt cette semaine qui est comme un seul jour le jour de Dieu, qui est la Semaine Pascale. Nous pourrions peut-être croire qu'il est normal que, pendant ce temps de Pâques qui suit immédiatement la fête, nous ayons mis, pour ainsi dire les bouchées doubles en matière de louange, de chant et de célébrations liturgiques et qu'après tout, nous pourrions, par la suite, trouver un repos bien mérité. En réalité, il n'en est rien. Car si vous avez entendu les lectures qui viennent de nous être proposées dans la liturgie, la première, celle de saint Pierre, dit ceci : "Vous êtes un peuple sacerdotal que Dieu s'est acquis pour la louange de sa gloire." C'est-à-dire que nous n'avons pas d'autre critère d'existence chrétienne que de savoir que nous sommes acquis à Dieu, que nous sommes à Lui, que nous lui appartenons et que la manière propre dont nous lui appartenons, c'est que notre existence, notre manière d'être, notre manière de vivre au milieu de ce monde, c'est de vivre à la "louange de la Gloire de Dieu" pour le salut qu'Il a opéré parmi nous.

Ainsi donc, cette louange de Pâques, cette célébration n'est pas un accessoire dans la vie chrétienne, mais elle en constitue, au contraire, le cœur, le noyau le plus dur, le plus profond, celui auquel, sans cesse, il faut revenir pour y puiser la force, la force qui nous vient de cette gloire même de Dieu tel qu'Il a été manifesté dans le Christ ressuscité.

Puis, il y a une deuxième chose qui découle immédiatement de la Pâque. C'est ce que nous disait l'évangile tout à l'heure. Le Christ nous dit : "Voici que je vous envoie au milieu des Nations. Allez, proclamez l'évangile et Je suis avec vous." La manière dont le Seigneur est avec nous. Désormais, c'est parce que nous devons porter proclamer l'évangile, l'annonce de la Pâque à toutes les nations. Les deux vérités ne sont pas dissociables, ne sont pas séparables. Puisque Dieu est avec nous, nous devons proclamer cet évangile. Et partout où nous irons, Dieu sera avec nous dans la mesure où nous proclamons cet évangile.

L'être même de l'Église, la nature profonde de l'Église lorsqu'elle jaillit de la gloire de la Pâque, de la lumière du Ressuscité, c'est d'être une Église qui proclame l'annonce, la bonne nouvelle du salut. Et c'est dans la mesure où elle annonce que son Dieu est avec cette Église que son Dieu est parmi nous et au cœur même de ce monde, et au cœur même de ceux qui reçoivent cet appel de la bonne nouvelle, comme de ceux qui la proclament.

Aujourd'hui, Camille, tu vas recevoir pour la première fois dans ton cœur, dans tout ton être, le corps et le sang de Jésus ressuscité. Pour toi, aujourd'hui, s'accomplit la promesse de Jésus : "Je suis avec vous jusqu'à la fin du monde.'' Car si le Seigneur n'avait pas dit cela, peut-être que nous ne connaîtrions pas ce bonheur de connaître le Seigneur présent au milieu de nous. Tu vas le recevoir dans ta vie, dans tout ton être. Ce n'est pas simplement une étape dans ta vie. C'est un commencement, parce que le Christ est en toi déjà, par la grâce de ton baptême, mais qu'Il va venir en toi d'une manière plus spéciale pour partager avec toi tout ce qu'Il a de plus précieux, sa vie, son amour, son corps qu'Il a livré pour nous sur la croix, son sang qu'Il a versé pour nous. C'est cela cette intimité qu'il t'est donné aujourd'hui de vivre avec le Seigneur, avec le Christ. Toi aussi, maintenant, tu es invitée au banquet du royaume tu es invitée à la joie de la fête de Pâques. Alors, dans la joie de ton cœur, reçois la joie de ton Seigneur. Et puisque tu vas recevoir ce corps et ce sang du Seigneur avec Sophie et Isabelle qui ont été baptisées au cours de la nuit pascale, garde en toi cette parole, garde en toi cette confession de la foi qu'elles ont faite et que tes parents ont faite pour toi au jour où ils t'ont présentée au baptême. Oui, en recevant le corps et le sang du Christ, de plus en plus tu t'enracines dans la connaissance et dans l'amour de Jésus parce qu'Il est avec toi. Tu t'enracines dans la vie même du Saint Esprit parce que l'Esprit souffle comme un vent purifiant et plein de vie dans ton cœur. Tu t'enracines, de plus en plus dans l'amour du Père parce que c'est Lui qui t'a donné tout ce que tu es, tout ce que tu aimes et c'est Lui qui, sans arrêt, ne cessera jamais de t'attirer vers Lui pour que tu sois heureuse dans l'éternel bonheur.

 

AMEN