AU FIL DES HOMELIES

Photos

PREMIÈRE ÉVANGÉLISATION DE L'AFRIQUE

Ac 8, 26-39 ; Jn 21, 1-14

(17 avril 2009)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Fontaine dite de l'Éthiopien 

J

e voudrais insister sur un petit détail de ce récit des Actes que nous avons entendu tout à l'heure. Les circonstances de ce baptême de l'eunuque de la reine Candace d'Éthiopie sont déjà situées dans la tradition scripturaire. En effet, il y avait déjà eu, originaire à peu près de la même région, la reine de Saba qui était venue écouter Salomon. On peut donc dire que la principale direction d'ouverture du judaïsme et de la révélation juive dans la tradition d'Israël, c'était l'Afrique. Cela peut paraître bizarre, mais le récit de la reine de Saba qui vient rencontrer Salomon, c'est en fait un premier récit de l'évangélisation des païens. 

       Ce n'est pas tout à fait un hasard si Luc a tenu à souligner l'évangélisation de l'Éthiopie à travers la figure non plus de la reine Candace qui semble-t-il elle-même ne s'est pas déplacée pour monter au temple, mais en tout cas par un de ses hauts serviteurs, puisqu'on dit qu'il était un "haut fonctionnaire". C'est pour cela qu'il était eunuque, parce que comme il était très proche de la reine, il surveillait le harem, mais il ne pouvait pas exercer sa virilité. C'est ce deuxième détail qui est intéressant, cet homme, à cause de sa mutilation fonctionnelle ne pouvait pas selon la loi juive, pratiquer pleinement le culte au temple. Il y allait plutôt par dévotion, parce qu'il devait être un prosélyte, il n'aurait jamais pu de toute façon être intégré dans le peuple de Dieu. Pour les juifs, ne pas avoir l'intégrité physique pour un homme, c'était absolument rédhibitoire pour pouvoir faire partie du peuple de Dieu. Précisément ce deuxième détail amène Luc à monter l'eunuque en train de se renseigner sur la vie juive, mais uniquement sur le mode de la lecture de la Parole, des prophètes. Il ne peut pas épouser une femme juive, fonder un foyer, "il ne lui reste que l'Écriture". 

       Le suspens de ce récit concernant Philippe qui est transporté par l'Esprit jusque près du char de l'eunuque qui rentre chez lui par la route de la via Maris, c'est-à-dire par Gaza, qui va ensuite traverser la côté Ouest du Sinaï pour rejoindre d'Éthiopie sans doute par l'Égypte, le suspens du récit consiste en ceci. Cet homme qui, en soi, n'avait pas selon la Loi juive plein accès aux promesses, par la mission de Philippe qui ouvre l'évangile aux autres nations, il l'ouvre à quelqu'un qui normalement n'aurait pas pu entrer dans le peuple. 

       Cette mission de la conversion de l'eunuque ce n'est pas simplement qu'il a compris ce qu'il lisait sous la bonne conduite exégétique de Philippe, mais c'est qu'il a été baptisé, donc intégré pleinement au peuple de Dieu malgré sa mutilation physique. Non seulement cela, mais je crois que dans l'optique de Luc et des Actes, comme il repart vers l'Éthiopie qui symbolise à ce moment-là toute l'Afrique dans la conscience des hommes de ce temps-là, il devient, lui, l'évangélisateur de la Bonne Nouvelle du Christ ressuscité pour toute l'Afrique. Je ne sais pas si en Afrique on a une dévotion spéciale chez les Coptes pour l'eunuque de la reine Candace. De fait, comme en Europe Lydie est la première chrétienne, le premier chrétien du continent africain c'est l'eunuque de la reine Candace. 

       Cela nous aide à voir comment Luc nous fait comprendre petit à petit la dimension universelle du ressuscité. C'est un peu la ligne de force des Actes des apôtres, si vraiment le Christ est ressuscité pour l'humanité entière, pour être le Seigneur de l'univers entier, il n'y a plus de limites à l'annonce. Ce petit récit de la conversion et du baptême de l'eunuque nous montre que vers l'Afrique, l'annonce du salut est engagée et elle ne demandera qu'à croître et à se développer. 

      AMEN 


 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public