AU FIL DES HOMELIES

Photos

LES DEUX LIEUX

Ac 8, 26-39 ; Jn 21, 1-14

Vendredi de Pâques – B

(21 avril 2006)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

C

ette apparition au bord du lac de Tibériade, cette troisième apparition du Christ ressuscité qui conclut l’évangile de Jean, est d’une richesse infinie. On aurait du mal d’ailleurs à en décrypter tous les symboles, aussi bien dans les chiffres, dans les lieux, que dans les personnes. Pensons que Natanaël qui est au début de l’évangile se retrouve là au bord du lac de Tibériade. Devant le foisonnement symbolique de ce passage de l’Écriture, j’aimerais évoquer le lieu, ou plus exactement ce qu’il y a comme dynamique de destination.

En effet, il y a deux lieux, la mer de Galilée avec ses apôtres qui sont partis pêcher, et il y a le rivage sur lequel se tient Jésus. Il y a comme une sorte de géographie spirituelle de ces deux lieux. Le premier évoque beaucoup de choses puisque la mer, l’eau, les grands masses d’eau sont omniprésentes dans la Bible. Pensons que la création sort des eaux matricielles, et que c’est de milieu aqueux que surgit ainsi la vie. L’Esprit planant ainsi sur les eaux, Dieu dit : "Que la lumière soit". Bien sûr, sans compter le Jourdain, il y a l’eau de la Mer Rouge traversée à pied sec, par ceux qui sont esclaves en Égypte pour atteindre la terre promise, cette grande masse d’eau qui évoque pour les hébreux, l’enfer, la mort, tout ce qui peut détruire et la franchir, c’est "passer" au sens de Pâques à travers la mort elle-même.

Cette grande masse d’eau dans l’évangile de Jean, c’est aussi le lieu de tous les affrontements : lieu de la tempête qui sera apaisée, mais également, le lieu de ce monde-ci, riche de ses cent cinquante trois poissons, c’est-à-dire toutes les espèces connues du lac de Tibériade. En pêchant tous ces poissons les apôtres montrent bien que c’est la totalité des hommes, de tous les peuples, langues, races et nations qui sont appelés à être pris dans le filet de la grâce. Mais lorsque l’on a voyagé sur la mer, lorsque la barque Église fend les flots de notre monde, c’est pour aller vers une destination. C’est parce que ce monde comme l’Église, comme chacune de nos vies, ont un but, qui est celui d’atteindre le rivage. Ce rivage, c’est celui où Jésus se tient. C’est celui de l’éternité, ce rivage de l’éternité où Jésus a préparé du pain et du poisson sur un feu de braises. Image du repas des viandes grasses, du vin capiteux, promis par le prophète qui doit réjouir et créer cette convivialité, cette communion éternelle à laquelle tout homme est appelé. Ce rivage n’est pas loin de la mer, en tout cas, il permet encore au Christ d’adresser la parole aux hommes, cette parole du salut ? Certes, l’homme dans sa liberté a pêché toute la nuit, et dans la grâce de la Parole divine, il jette le filet à droite pour rassembler cette humanité rachetée. Dans sa liberté, l’homme l’apporte et dans la grâce de la Parole divine, c’est le Seigneur qui lui demande d’apporter ce qu’il a en mains.

C’est également le Seigneur qui, sur le rivage, a préparé et sert lui-même la nourriture. Alors, plus besoin de lui demander qui il est, car tous ceux qui sont là ont bien compris que c’est le Seigneur. Aussi la dimension eschatologique de notre vie est-elle fondamentalement inscrite dans notre baptême, plongée dans les eaux du baptême, et pas seulement pour cette vie, mais pour se diriger vers ce rivage. C’est la Parole de Dieu qui nous y conduit. C’est cette Parole de Dieu qui en même temps nous amène à lui pour entrer dans sa pleine communion, et là, aussi bien les cent cinquante trois poissons, toute l’humanité, amenée auprès de Jésus, comme d’ailleurs le poisson que Jésus donne à manger ‘Ichtus en latin’ qui a été le symbole des premiers chrétiens : Jésus, Fils de Dieu Sauveur, c’est le Sauveur lui-même qui se donne en nourriture, et la communion est parfaite. Lui qui a préparé le repas, qui le sert et qui est lui-même notre repas éternel.

 

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public