AU FIL DES HOMELIES

Photos

AMOUR DE PIERRE, AMOUR DE PAUL

Ac 9, 1-22 ; Jn 21, 15-17

Vigiles du quatrième dimanche du temps pascal – B

(2 mai 1982)

Homélie du Frère Michel-Pierre MORIN

Arles : Saint Pierre

F

 

rères et sœurs, vous avez retenu la dernière phrase de l'homélie de saint Basile, évêque de Séleucie : "Aime le Christ celui qui sait entendre sa voix !" et les deux lectures bibliques de ce soir sont l'exemple, sont la manifestation de deux personnes qui ont entendu la voix du Christ, parce que, au fond d'eux-mêmes, ils l'aimaient. D'un amour certainement très humain, mais qu'importe, c'était un amour sincère, l'amour de Pierre, téméraire, fougueux, parfois faible, et, à l'inverse l'amour de Paul, zélé jusqu'à l'excès, cet amour fort jusqu'à engendrer l'amour, la haine pour la vérité à laquelle il croyait et à laquelle il avait donné sa vie, celle de la Loi de Moïse.

L'un et l'autre ont d'abord vécu ce sentiment d'amour pour Dieu de façon très mélangée avec leur être humain. Puis, un jour, l'un et l'autre, de façon différente, car Dieu est assez psychologue pour parler aux gens de façon différente selon leur cœur, selon leur esprit, selon leur situation, l'un et l'autre, un jour, ils ont su entendre la voix du Christ, la voix du Seigneur de deux manières fort différentes puisque l'une c'est par mode de coup de foudre, de coup de tonnerre qui a renversé Paul et l'a jeté à terre, à terre de son cheval, mais aussi à terre de ses idées, de ses vérités, de ce qu'il s'était forgé dans sa foi et dans sa vertu.

Et puis cette manifestation beaucoup plus douce, beaucoup plus lente, beaucoup plus profonde peut-être, à Pierre, cette triple répétition, ce besoin qu'avait le Christ d'entendre Pierre, par trois fois, lui dire qu'il l'aimait. Et cet amour de Pierre un petit peu gêné d'affirmer trois fois qu'il aimait vraiment le Seigneur. Et c'est vrai, quand on nous demande si on aime, on est toujours gêné de l'affirmer. Et cependant le Seigneur a voulu que, devant ses frères, devant les autres apôtres, il puisse affirmer simplement et profondément qu'il aimait ce Seigneur. Quelle que soit la façon dont Dieu nous parle, peu importe que ce soit de façon extrêmement lente, extrêmement intérieure, comme une source qui, petit à petit, jaillit, grandit, s'affermit, ou de façon forte, comme un éclair, comme le feu, comme le tonnerre dans le cas de Paul, peu importe la façon. De toute manière, Il nous demande la même chose. Il nous demande simplement d'aimer davantage, d'aimer mieux, d'aimer non pas à cause de nous, non pas de notre propre amour humain, mais d'aimer à cause de l'amour de Dieu.

Saint Paul aimait déjà Dieu. Il aimait les hommes puisqu'il voulait les convertir, les garder dans la loi juive., Et Pierre aimait aussi puisqu'il avait quand même quitté son travail, sa maison, sa famille, sa pêche quotidienne pour suivre le Seigneur. Mais le Seigneur nous demande, à nous comme à eux, d'aimer davantage, d'aimer plus. Chaque homme, quelle que soit sa foi, sa religion est capable d'aimer. Beaucoup d'hommes arrivent quand même dans leur vie, tant bien que mal, à aimer. A nous, chrétiens, parce que nous sommes du Christ, parce que nous sommes de l'Église fondée sur Pierre et Paul, il est simplement demandé d'aimer davantage, d'aimer plus à cause du Christ, à cause de sa voix que nous avons entendu, un jour, dans notre cœur de façon murmurée ou de façon plus violente.

Si vous voulez, ce soir, retenons simplement cet appel du Seigneur à aimer davantage. Prenons à notre compte ce qu'Il a dit à Pierre : "M'aimes-tu plus que ceux-ci ?" Et probablement que le cœur de Pierre a dû frémir en entendant cette triple question et encore plus, en répondant à cette triple question. Il a dû frémir de joie, d'abord, de bonheur et aussi, peut-être de crainte. De bonheur parce que c'est vrai qu'au fond de notre cœur, quelle que soit notre vie, nous sommes heureux d'aimer Dieu, nous sommes surtout heureux d'être aimés de Dieu. Et de crainte, parce que, chaque jour, chaque soir, nous nous apercevons assez vite et assez facilement pour peu que nous regardions notre vie que nous l'aimons très peu, que nous l'aimons très mal. Mais il faut quand même garder cette exigence, il faut écouter cette voix du Christ. Il faut essayer, chaque jour, comme Pierre et comme Paul, de l'aimer.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public