AU FIL DES HOMELIES

Photos

 "LES" FRUITS DE LA CHAIR ET "LE" FRUIT DE L'ESPRIT

Ga 5, 13-25 ; Jn 15, 26- Jn 16, 4

(15 mai 2002)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Galates stupides …

I

l est toujours intéressant de voir dans l'Écriture comment on aborde telle ou telle réalité du mystère de Dieu. La plupart du temps on serait enclin à croire que lorsque la Bible nous parle de l'Esprit Saint, elle parle de cette réalité qui vient d'en haut, et par conséquent, on en parle comme d'une réalité qu'on a perçu un peu par télépathie, ou par enseignement, ou par divination. Cela va d'autant mieux qu'habituellement, on considère que c'est l'Esprit qui inspire les prophètes et que du coup, il n'y a que les prophètes qui peuvent avoir cette espèce de discernement supérieur des réalités invisibles.

Vous avez peut-être remarqué que quand saint Paul parle du Saint Esprit, il n'en parle pas du tout à partir de réalités qui planent. Il en parle à partir du comportement de la communauté à laquelle il s'adresse. Il parle aux Galates, c'est une jeune communauté, elle a pas mal de problèmes. Paul les a évangélisés, mais il est arrivé par-dessus, un certain nombre de missionnaires, sans doute du milieu de Jacques à Jérusalem, un peu "réac", qui ont dû dire que Paul exagère toujours un petit peu dans sa prédication, et qu'il serait bon d'observer les fêtes de la Loi, et puis peut-être la circoncision, on ne sait jamais, deux sécurités valent mieux qu'une. Donc, ils ont semé la zizanie dans la communauté. Evidemment, saint Paul commence par une algarade assez gratinée, dans laquelle il les traite de gens stupides, de gens sots, "ô gaulois stupides", parce que les Galates, ce sont les gaulois, c'est la même chose, donc en réalité la seule fois où nous sommes mentionnés dans l'Écriture, c'est avec l'épithète de la stupidité. Ce n'est pas très rassurant pour nous, mais voilà, c'est comme ça. Donc, après les avoir vertement disputés comme de stupides gaulois, ou de stupides Galates, il leur dit qu'il faut retrouver la paix. Il faut que la communauté des Galates retrouve à la fois la concorde, l'unanimité et qu'elle retrouve le chemin de la communion.

C'est là que Paul opère son discernement. Il dit : voilà, il y a deux manières de vivre le mystère de l'Église, de la communauté. Ou bien, ce sont les fruits de la chair, ce qui ne va pas loin, c'est un peu la pente dans laquelle vous les Galates, vous étiez partis, c'est-à-dire les rivalités, la prise de pouvoir, ce n'est pas nécessairement la chair au sens des connotations du péché de chair, mais c'est plutôt la chair au sens de la domination, du vouloir et du pouvoir sur les autres. Les fruits de la chair, c'est évidemment "l'impureté, la débauche, l'idolâtrie, la magie, les haines, la discorde, la jalousie, les emportements, les disputes, les dissensions, les scissions, les sentiments d'envie, orgies, ripailles et autres choses semblables". Il leur dit alors que si on vit dans cette économie-là de la chair, à ce moment-là, la communauté comme telle, puisqu'elle n'a plus en elle-même le principe qui la constitue comme communauté, elle est fichue.

Immédiatement après, il leur dit que "le" fruit de l'Esprit (c'est très intéressant, parce que c'est "les" fruits de la chair et "le" fruit de l'Esprit), il est "charité, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance dans les autres douceur, maîtrise de soi" Il ajoute : "Contre de telles choses, il n'y a pas de loi". Ainsi, contre les fruits de la chair, il y a une loi, mais concernant les fruits de l'Esprit, il n'y a pas de loi. Autrement dit, Paul dit ici une chose qui devrait être très intéressante pour la vie des communautés chrétiennes : c'est évident, il faut une loi contre les fruits de la chair, quand ça ne va plus, ça ne va plus, et donc, il faut tempêter et râler pour dire qu'il y a la loi et qu'il faut se remettre au pas. Mais, après, dit-il, quand on vit selon le fruit de l'Esprit, là il n'y a pas de loi, c'est-à-dire qu'il y a une dynamique propre de ce fruit de l'Esprit qui en elle-même n'est pas soumise à une loi. Pourquoi ? Parce qu'elle est commandée par la seule gratuité de Dieu qui donne. Or, qui sommes-nous pour imposer des lois au fonctionnement de l'Esprit dans nos communautés.

Comme vous le voyez, c'est un peu ce qu'on pourrait appeler, en donnant au mot son juste sens, ce n'est pas toujours le cas actuellement, c'est exactement ce qu'on appelle la dimension charismatique de l'Église. La dimension charismatique des communautés, ce n'est pas d'agiter les bras en l'air, ce n'est pas de faire des choses bizarres. La dimension charismatique de l'Église c'est la spontanéité même de Dieu au cœur de cette communauté. C'est pour cette raison, qu'on peut aussi en voulant contrôler les fruits de l'Esprit croire qu'on est plus charismatique que les autres et en réalité, retomber dans le régime de l'ancienne loi. Cela s'est déjà vu ! Mais quand on parle de la dimension charismatique authentique de la présence de l'Esprit dans les communautés, cela veut dire qu'il devrait y avoir dans les communautés ce presque rien qui fait qu'une communauté vit d'abord sur la spontanéité de l'Esprit qui lui a été donné par le baptême. Il faut bien reconnaître qu'on n'en est pas toujours là et la plupart du temps cette spontanéité devient vite un tout petit peu l'anarchie et l'improvisation permanent et fatigante. C'est possible, mais cela veut dire à ce moment-là que ce n'est pas tout à fait le fruit de l'Esprit et que déjà les fruits de la chair ont commencé à regagner du terrain. Cela n'empêche que saint Paul voit très bien, et Dieu sait que lui n'était pas quelqu'un de très coulant, il était plutôt du genre autoritaire et tyrannique, quand même il dit que pour sa communauté, ce qui sera le critère du fruit de l'Esprit c'est la spontanéité même avec laquelle cette communauté se construit et déploie spontanément les fruits de l'Esprit.

Je crois que cela a beaucoup d'importance pour nos communautés aujourd'hui. La vie de communauté n'est pas sous contrôle permanent de la Loi, ce n'est pas vrai, mais cela c'est pour les fruits de la chair, et normalement, on devrait souhaiter que le contrôle de la Loi s'exerce le moins possible, mais pour ce qui est du fruit de l'Esprit, ce devrait être toujours la spontanéité même de l'agir et de la présence de l'Esprit dans nos cœur, qui devrait être le seul principe.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public