AU FIL DES HOMELIES

Photos

LÀ OU JE SUIS

Ph 3, 17-21 ; Jn 14, 1-6

Jeudi de la quatrième semaine du temps pascal – C

(28 avril 1983)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Q

 

ue votre cœur cesse de se troubler, Je vais vous préparer une place, Et je reviendrai vous prendre avec Moi, Afin que là où Je suis, vous soyez vous aussi" C'est par ces mots, c'est sur ce thème que le Christ introduit ce long passage de l'évangile de Jean qu nous appelons le discours après la Cène, le testament du Seigneur et dans lequel nous sont livrées les dernières confidences de Jésus, au moment où, après avoir partagé le pain et avoir bu à la même coupe et fait boire ses disciples à la même coupe, Il a donné ses ultimes recommandations.

Lorsque nous entendons ces mots, nous pensons à une sorte de voyage, de déplacement que le Christ entreprend auprès de son Père. Nous comprenons : "Je vais vous préparer une place" comme quelque chose en dehors de notre terre, en dehors de ce monde où nous vivons. Dieu nous quitte, Jésus s'en va et Il va préparer, ailleurs, une place." Là où Je suis, vous ne pouvez venir !" Pourtant, je ne suis pas sûr que ce soit l'accent sur lequel saint Jean ait voulu insister.

En effet, Jésus précise aussitôt : "Afin que là où Je suis, vous soyez vous aussi" La place que Jésus nous prépare, ce n'est rien d'autre que ce mystère dans lequel Il se résume tout entier : "Je suis !" C'est l'être même de Dieu qui est la place du Christ. C'est tout ce qu'Il est dans le cœur du Père, c'est-à-dire Dieu Lui-même qui est la place qui nous est préparée. En réalité Jésus ne nous fait pas changer de condition terrestre pour nous faire passer à la condition céleste. Le paradis n'est pas simplement une amélioration de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Mais Jésus passe de ce monde au Père, c'est-à-dire Il accomplit véritablement le Nom le plus propre qu'Il a c'est-à-dire : "Je suis !" Je suis Dieu ! Je suis de toute éternité !

Et maintenant, va s'accomplir véritablement dans sa chair, dans sa mort, dans sa Résurrection, va se manifester pleinement qu'Il est "Je suis !" Et c'est alors que commence la Pâque, car là où Jésus est vraiment il faut que nous soyons nous aussi. Jésus veut nous faire comprendre que notre propre existence et notre propre mort, ce n'est pas simplement un transfert dans la gloire de Dieu, c'est l'épanouissement réel de ce que nous sommes parce que serons rassemblés tous, dans l'unique "Je suis" de Jésus, fils de Dieu. Le grand mystère de notre mort, c'est cet épanouissement, en nous, de ce que nous sommes vraiment. C'est une déchirure, c'est une brisure car jusqu'à maintenant, nous ne sommes pas vraiment ce que nous avons à être. C'est pour cela que la mort est toujours si difficile, si déchirante car il s'agit de laisser éclore en nous ce qui est véritablement. Et tout comme pour Jésus, pour qu'Il soit vraiment manifesté comme le Messie le Sauveur de l'humanité, ceci s'est passé à travers la brisure de sa chair quand Il a été crucifié et mis au tombeau, de la même manière pour nous-mêmes, parce que le serviteur n'est pas au-dessus de son Maître, il faut aussi que s'accomplisse en nous cette mort du Christ.

Alors seulement nous trouverons notre demeure. Alors seulement nous contemplerons le visage de Jésus Christ comme "Je suis". Non seulement, pourtant Dieu sait déjà que c'est très grand, non seulement Celui qui est venu pour nous sauver, pour nous apporter la grâce, tout cela est nécessaire et c'est le don de Dieu, mais nous serons véritablement dans le cœur brûlant de l'être du Christ. C'est cela qui sera si étonnant. C'est cela que le Christ veut dire à ses apôtres au moment même où Il s'avance vers sa mort. En réalité, cette mort, ce ne sera que le déploiement de l'être même de Dieu et le Christ, étendu sur la croix, et surtout le Christ ressuscitant d'entre les morts, ce n'est rien d'autre que ce mystère du buisson ardent, de la flamme du buisson, du feu même de l'être de Dieu qui resplendit dans une chair ressuscitée. Notre destinée, c'est d'être aussi le buisson de plus en plus ardent pour que là où "Je suis", c'est-à-dire où l'amour du Christ brûle, nous soyons, nous aussi, saisis et brûlés au plus intime de notre être. Et alors, là où "Je suis" nous serons, nous aussi, avec Lui, parce que nous serons pris dans le feu de son amour.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public