AU FIL DES HOMELIES

Photos

TOUT EST ACCOMPLI

2 Co 4, 8-14 ; Jn 12, 44-50

Jeudi de la quatrième semaine de Pâques – C

(10 mai 2001)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

F

rères et sœurs, les quelques versets de l'évan­gile de saint Jean que nous venons d'entendre sont à une intersection majeure du quatrième évangile. Ils terminent le chapitre douzième qui est le récit de toute la vie publique de Jésus, juste avant que commence au chapitre treizième, la Pâque, avec le dernier repas, le dernier entretien de Jésus avec ses disciples, la Passion et la Résurrection. C'est dire que ces versets, par leur situation même se présentent un peu comme le résumé, le condensé de tout ce que Jésus a enseigné au cours de sa vie publique qui va devenir dans la Pâque la réalité même du salut.

Lisons attentivement ces quelques paroles qui résument l'enseignement de Jésus. Elles sont toutes centrées sur le thème central de la Parole. Dès le dé­but de son évangile, Jean nous a dit que Jésus était le Verbe, la Parole. C'est donc à bon titre que l'œuvre de Jésus se résume dans sa Parole. Cette Parole nous dit le texte est lumière : "Je suis la lumière, et Je suis venu dans le monde pour que quiconque croit en Moi ne demeure pas dans les ténèbres". Lumière, c'est-à-dire révélation, manifestation. Jésus est venu avant tout pour nous révéler le mystère de Dieu : "Dieu personne ne l'a jamais vu, mais le Fils Lui nous l'a révélé", disait aussi saint Jean dans le prologue de son évangile. Révélation qui appelle de notre part une attitude qui est la foi : "Qui croit en moi, croit en la Parole, il garde les Paroles que Je lui ai dite, et ce sont ces paroles accueillies dans la foi qui jugeront notre cœur". Ces paroles sont révélation de Dieu, révélation du Père, car Jésus n'est pas venu faire autre chose que de nous introduire dans le mystère même du Père, le mystère de sa relation au Père, de sa filia­tion à l'égard du Père, de ce jaillissement de toute l'existence du Verbe à partir du Père. C'est pourquoi la Parole de Jésus n'est pas à Lui, c'est la Parole même du Père, et dans ces quelques versets, Jésus ne cesse de le dire : "La Parole que je dis, je vous la dis comme le Père me l'a dite". C'est donc une Parole qui, sortie du Père, a d'abord rempli le Fils au point de faire de Lui la Parole vivante du Père, et c'est cette Parole qu'Il est venu nous annoncer, "afin que celui qui croit en Moi ce n'est pas en Moi qu'il croit mais en Celui qui m'a envoyé, dans le Père qui m'a envoyé". Parce que la Parole de Jésus est révélation du Père croire en Jésus, c'est à travers Lui, à travers ses paroles croire dans le Père. Et cette Parole est pour nous, Vie. Jésus le dit encore reprenant ce que nous avons déjà en­tendu dans l'entretien de Jésus avec Nicodème : "Je ne suis pas venu pour juger le monde, mais pour sau­ver le monde". La Parole de Jésus n'est pas d'abord une parole de jugement, mais elle est une Parole de salut. Et c'est seulement dans la mesure où nous n'en­tendons pas cette Parole, où ne nous laissons pas sau­ver par cette Parole, qu'elle nous jugera ou plus exac­tement, que nous nous jugerons nous-mêmes en nous fermant à la Parole de Jésus, en nous fermant à cette relation intime de Jésus avec le Père qu'Il vient nous révéler, et qui est notre salut. Nous sommes sauvés parce que Jésus est le fruit de l'amour du Père et qu'Il vient nous communiquer cet amour pour nous conduire au Père afin que s'accomplisse le dessein de Dieu, car Dieu nous a créés pour que nous soyons ses enfants, pour que nous allions vers Lui, pour que nous entrions dans son mystère, pour que nous soyons transformés, transfigurés par ce mystère, pour que nous soyons sauvés, c'est-à-dire accomplis, achevés, menés à notre perfection par cette entrée dans le mystère du Père.

Alors, voilà à quoi se résume toute la sagesse et toute la prédication de Jésus : nous révéler cette intimité entre Lui et le Père pour nous y introduire avec Lui afin qu'ainsi s'accomplisse notre réalité la plus profonde, celle d'enfant de Dieu créé pour parti­ciper éternellement à la vie même de Dieu.

Tel est le mystère de la Pâque que Jésus nous présente au moment où Jésus va pénétrer Lui-même dans ce mystère, où Il va vivre cette Pâque, où Il va vivre ce salut, nous donner non pas un Parole qui condamne mais une Parole qui sauve, une Parole qui accomplit, une Parole qui faite chair s'offre en sacri­fice pour nous, afin que nous soyons accomplis et sauvés.

Et Jésus sur la croix dira : "Tout est accom­pli" !

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public