AU FIL DES HOMELIES

Photos

TU AS LES PAROLES DE LA VIE ÉTERNELLE

2 Co 4, 8-14 ; Jn 6, 51+60-69

Lundi de la quatrième semaine de Pâques – C

(11 mai 1992)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

C

ette page d'évangile qui termine le discours du pain de vie, occasionné lui-même par le miracle de la multiplication des pains, cette page d'évangile nous invite à réfléchir sur la foi. A propos des ces paroles du Christ énigmatiques et as­sez troublantes : "Le pain que Je donnerai, c'est ma chair pour la vie du monde !" " qui mangera ce pain vivra à jamais !" Jésus demande à ses auditeurs un acte de foi. En quoi consiste cette foi ?

Cette foi a deux caractères apparemment contradictoires. D'une part, comme le dit Jésus Lui-même, elle est un don de Dieu : "Nul ne peut venir à Moi si cela ne lui est pas donné par le Père !" Devant l'incrédulité de beaucoup de disciples qui le quittent, Jésus fait cette réflexion qui constate que la foi est un don de la part de Dieu. Et en même temps, cette foi est un acte libre car Jésus ne cherche par aucun moyen à persuader les disciples. Il n'atténue pas l'ap­parente dureté de ses paroles, leur caractère énigmati­que. Au contraire, se tournant vers les douze, puisque déjà beaucoup de disciples sont partis, Il leur propose de partir, eux aussi : "Voulez-vous Me quitter, vous aussi ?" Jésus laisse donc chacun de ses interlocuteurs parfaitement libre d'adhérer ou de ne pas adhérer aux paroles qu'Il propose. Et, par la bouche de Pierre, les douze vont, dans une phrase résumer ce qu'est la foi : "A qui irions-nous, Seigneur? Tu as les paroles de la vie éternelle !" Les paroles de Jésus sont aussi énig­matiques pour Pierre que pour les autres. Pierre ne sait pas plus que les autres ce qu'elles signifient : "Ma chair pour la vie du monde ! Ce pain qu'il faut manger." Nous, nous connaissons le mystère de l'eu­charistie, nous le recevons chaque jour. Nous savons que cette chair du Christ c'est sous la forme du pain qu'Il nous la donne. Nous savons aussi qu'en parta­geant avec nous cette chair offerte pour la vie du monde, Il nous invite à nous offrir nous aussi avec Lui "pour la vie du monde" c'est-à-dire à participer à son sacrifice. Mais Pierre ne pouvait pas à ce mo­ment-là comprendre tout cela. Les paroles du Christ étaient aussi obscures pour lui que pour les autres. Mais voilà la foi : "A qui irions-nous ? Tes paroles sont les paroles de la vie éternelle" non pas parce que je les comprends davantage, non pas parce que Tu m'en as donné une preuve, non pas parce que Tu me les as expliquées, non pas parce que Tu as démontré la signification de ces paroles, mais parce que Tu es Celui qui parle au nom de la vie éternelle.

La foi c'est cette adhésion au Christ dans sa personne, et par conséquent aussi, dans tout ce qui vient de sa personne, à commencer par son enseigne­ment, par ses paroles. La foi est une rencontre per­sonnelle avec le Christ qui entraîne l'adhésion à son enseignement, qui entraîne la participation à sa vie, qui entraîne l'adoption complète de ce que le Christ nous propose. Voilà ce qu'est la foi. Souvent nous cherchons à nous donner des raisons de croire, nous cherchons à analyser la signification des paroles de la Bible. Et quand cette signification ne nous satisfait pas, nous cherchons à lui en donner une autre, à atté­nuer ce qui nous semble trop difficile ou trop dur. Beaucoup de commentateurs et de chrétiens passent ainsi leur temps à édulcorer la Parole de Dieu. Ce n'est pas cela la foi. La foi c'est une remise complète, totale de tout ce que nous sommes, de tout notre être, de notre esprit au Christ, parce qu'Il est le Christ, parce qu'Il est le Fils de Dieu, parce qu'Il est Celui en qui nous avons rencontré la vie éternelle.

C'est cette rencontre personnelle avec le Christ qui détermine l'orientation de notre vie. Nous ne nous déterminons pas sur un certain nombre d'idées. La foi n'est pas une idéologie ni une philoso­phie ni une doctrine. La foi c'est un mystère. Et parce que c'est un mystère nous ne pourrons jamais aller jusqu'au bout de l'explication de ce mystère. Alors nous acceptons d'entrer dans ce mystère, c'est-à-dire dans cette obscurité de la foi. Mais nous y entrons parce que c'est le Christ qui nous y conduit. C'est cela le motif fondamental de la foi. Nous croyons parce que c'est la Parole de Dieu.

Alors demandons que Dieu ouvre notre cœur à cette adhésion. Demandons au Seigneur d'adoucir notre cœur, de faire que notre esprit ne soit pas tou­jours en train de chercher des critiques, des raisons, des explications. Mais que nous sachions être atteints par la personne du Christ au plus profond de notre personne, afin que cette rencontre cœur à cœur nous fasse adhérer à Jésus et à tout son enseignement.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public