AU FIL DES HOMELIES

Photos

ESPRIT DE VÉRITÉ

Tt 3, 4-7 ; Jn 16, 5-11

Jeudi de la septième semaine de Pâques – A

(27 mai 1993)

Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

L

orsqu'on commence à lire dans l'évangile de Jean les phrases se succèdent avec beaucoup de finesse et l'on n'a pas de raison de s'arrêter. Ce n'est pas qu'on comprenne bien mais on a l'impres­sion d'entendre le mystère même du cœur de Dieu, de la Trinité se dévoiler devant nos yeux. Ce long dis­cours nous permet d'entrer dans la façon dont Jésus, regardant ses disciples, nous parle de ce regard inté­rieur qu'Il a toujours fixé sur le Père, en nous annon­çant une troisième personne qui est l'Esprit Saint. Toutes ces phrases sont comme une confidence du cœur de Dieu, un dialogue intime qui met en place, tout en les unissant, les trois personnes de la Trinité. Le Père invisible, le Fils encore visible devant ses disciples mais qui va partir et l'Esprit saint qui est la promesse de ce qu'il va envoyer.

Il doit partir, et Il le répète souvent, pour "nous conduire vers la vérité." S'Il était encore là devant nous, nous ne serions pas assez libres pour nous mettre en route vers ce qui n'est pas nous, vers ce qui n'est pas l'homme en vérité. Pour donner pleine liberté à l'homme il faut que Jésus s'efface de devant nos yeux pour que le désir s'aiguise en nous et que nous décidions, tant bien que mal, dans une alternance de oui et de non, c'est notre vie, c'est notre histoire, que nous décidions de nous mettre en route vers Lui. Il y a un enjeu de liberté humaine que Dieu veut tota­lement ouvrir, totalement déployer en s'effaçant visi­blement de devant nos yeux.

Mais nous n'allons pas désarmés vers cette vérité car notre liberté personnelle est comme infirme, impotente et elle n'a pas accès à un désir pur de Dieu. Notre liberté de faire telle chose ou telle autre ne se dirige pas intuitivement, instinctivement vers Dieu. Il faut donc qu'au départ quelqu'un "corrige" notre li­berté à l'intérieur de nous pour qu'avec les éléments d'une liberté nouvelle, vraiment orientée vers Dieu, nous ayons envie de nous retourner et de prendre le chemin vers Dieu. Cela c'est l'action de l'Esprit.

Si nous voulions bien détailler, mais nous sommes bien conscients qu'en détaillant nous carica­turons l'œuvre de Dieu en nous, nous pourrions com­prendre que l'Esprit de vérité vient en nous corrigeant, modifiant, purifiant, modelant notre nouvelle huma­nité pour que, assis sur cette nouvelle humanité, ar­més d'un vrai désir de Dieu, nous prenions librement la décision d'aller vers Lui. Et dans ses sacrements l'Église est le lieu où se purifient les cœurs des hom­mes afin de conquérir une nouvelle liberté qui leur permet d'envisager le bien que donnerait un chemin, un retour vers Dieu.

Nous ne sommes pas toujours convaincus, intellectuellement peut-être mais intérieurement plus difficilement, du bien que pourrait nous donner notre marche vers Dieu. Nous le sentons souvent comme un devoir, comme une nécessité, comme une habitude même, mais rarement comme une urgence de bonheur ce qui est plus difficile à saisir. Il faut que l'Esprit de vérité vienne en nous comme par l'eucharistie le corps et le sang du Christ vont venir vraiment, intimement en nous, corrigeant, modifiant, purifiant, transfigurant notre vie humaine trop humaine, pour l'amener à être capable de reprendre le chemin vers Dieu et de nous diriger vers la vérité tout entière qui n'est pas d'ici mais qui est Jésus-Christ.

Pardonnez-moi cette explication technique de l'articulation de l'œuvre de l'Esprit en nous qui n'a qu'un seul but : nous permettre de comprendre com­ment notre vie humaine, notre liberté épouse la grâce de Dieu et comment nous sommes de vrais coopéra­teurs, de vrais acteurs de notre propre salut. Mais livrés à nous-mêmes nous serions incapables de le faire. Corrigés de l'intérieur, délicatement guéris par l'Esprit de vérité, nous découvrons l'attrait caché en nous et que Dieu suscite lorsqu'il se dévoile même invisiblement à notre cœur.

Demandons à Dieu que la prise de conscience de l'action de l'Esprit Saint en nous, nous éveille, nous redonne notre liberté et puisse ainsi nous décider à nous mettre sur le chemin du bonheur de Dieu.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public