Imprimer

L'ACTIVITÉ DÉLICATE DE L'ESPRIT SAINT

Tt 3, 4-7 ; Jn 16, 5-11

Jeudi de la septième semaine de Pâques – A

(12 mai 2005)

Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

L

es textes que nous lisons pendant toute cette semaine dans l'attente de la fête de Pentecôte nous décrivent la figure de l'infatigable travailleur de la figure de Dieu et qui est l'Esprit de Dieu, son Esprit Saint. Il y a une sorte de nouvel éclairage qui nous est donné sur ce qu'est Dieu, sur la manière dont tout en se faisant invisible, Il anime, Il inspire, Il affermit, Il assouplit, la présence de Dieu à travers les hommes : Il change les cœurs, Il réduit l'écart, Il convertit. Il était présent au début de ce monde comme l'inspirateur, comme le génie, comme l'architecte qui a donné à ce monde l'intelligence cachée de la présence de Dieu, à travers les cieux, la terre et toute la création, et Il continue son œuvre infatigable. Il était plus facile pour l'Esprit Saint de compter les rayures des zèbres et de travailler sur la longueur du cou de la girafe que de servir la liberté humaine, mais l'Esprit Saint ne se lasse pas d'inventer. Apparemment, c'est plus compliqué de travailler sur l'immense diversité de la nature humaine, mais c'est encore plus compliqué de coopérer avec la liberté humaine. Et pourtant, Dieu sait que quand nous rencontrons la nature, nous pouvons être émerveillés des traces que Dieu a laissé de son intelligence, et ce n'est rien à côté de ce qu'il doit développer pour nous aider, nous. Et là, c'est encore bien plus compliqué, et ce n'est pas terminé, parce que les girafes elles auront à peu près le même cou jusqu'à la fin des temps, et les zèbres aussi, même si "ça change à chaque fois" comme dirait le frère Daniel ! Il y a quand même une constante. Une girafe reste une girafe.

La liberté humaine, c'est la manière dont il faut que Dieu travaille à un mariage sans nous contraindre, sans nous obliger. C'est comme un apprivoisement permanent que Dieu doit sans arrêt réajuster avec chaque humain qui vient sur cette terre, pour que cet humain, tout en se sentant aimé, libre, adhère à cette proposition divine d'être le partenaire de Dieu. C'est là que joue l'intelligence. Dieu n'en manque pas mais il lui faut une souplesse que nous n'imaginons pas pour que notre propre cœur toujours enclin à s'arrêter au bord du chemin, à s'alourdir d'un souci de soi, sans arrêt s'ouvre, se réouvre, s'assouplisse sous la fraîcheur de l'Esprit Saint et de sa vivification.

C'est cette manière dont Dieu pénètre, respecte, invente, continue à créer, que nous célébrons à travers la venue de l'Esprit. Ce n'est pas une sorte d'arrivée nouvelle, c'est une action toujours incessante que Dieu nous donne à contempler maintenant, à découvrir. Le secret même de l'Esprit Saint est le secret profond de la manière dont Dieu écrit avec chaque homme son histoire. Car s'il y a une chose qui est la plus difficile à comprendre, c'est que nous sommes suffisamment importants au yeux du cœur de Dieu, pour que Dieu ait envie d'écrire une histoire avec chacun d'entre nous. Et cette histoire Il l'écrit avec la main de l'homme et le feu de l'Esprit, la langue de l'Esprit. C'est un dialogue permanent auquel nous avons accès parfois dans certains moments de prière, ce dialogue intime qu'il y a entre la fine pointe de mon âme et l'Esprit de Dieu continue même quand je dors. Il y a une prière permanente, un entretien intérieur permanent que l'Esprit ne cesse de susciter avec moi-même et au plus profond de mon être, et j'ai de temps en temps accès à quelques bribes intimes de cet entretien intérieur. Je nourris la qualité de cet entretien intérieur par ma disponibilité dans la prière, c'est-à-dire la manière dont je laisse faire Dieu en moi. C'est bien plus tard et auprès de Dieu que je pourrai ouvrir le grand livre dans lequel je découvrirai cet entretien passionné que l'Esprit Saint a eu avec mon âme, avec ma vie. Notre manière de laisser faire l'Esprit, c'est de nous disposer à ce qu'il y ait de la place pour Dieu à l'intérieur de notre vie sans que nous puissions en connaître tous les tenants et aboutissants, toute la teneur exacte de la manière dont l'amour de Dieu épouse ce que je suis.

C'est un mystère, et c'est le mystère même de la façon dont j'ai été choisi, élu au début de ma vie par le baptême, et qui et le secret même de mon identité future que j'aurai en Dieu. Nous sommes ainsi amenés à faire crédit à cette relation intérieure que Dieu entretient avec chacun de nous, et qui est bien plus large que ce que j'en perçois, mais qui est le signe que Dieu accompagne profondément, instant après instant, cellule par cellule, toute ma vie, pour la ramener vers le Père. Telle est l'intention de Dieu, de nous ramener vers Lui, là où Il nous attend pour nous donner en plénitude sa vie divine.

 

 

AMEN