AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'AUTRE PARACLET

Ep 3, 14-21 ; Jn 14, 15-21

Lundi de la septième semaine de Pâques – A

(4 juin 1984)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

J

 

e prierai le Père et Il vous donnera un autre Paraclet." Cette phrase peut nous paraître étrange car le titre unique de l'Esprit c'est précisément d'être le Paraclet. Alors, pourquoi le Christ dit-il "un autre Paraclet ?" Y aurait-il deux Esprits Saints ? Cela n'est pas tout à fait dans les affirmations traditionnelles de la foi de l'Église.

Pour comprendre cela il faut essayer de re-saisir le sens même de la mission de Jésus. Jésus est déjà un Paraclet, car un Paraclet cela veut dire un avocat et un défenseur. Un Paraclet c'est celui qui prouve la justice d'une cause, c'est celui qui prend parti pour affirmer que quelque chose s'est bien passé, c'est celui qui, par sa conviction, par son discours, par sa présence, vient au secours d'une cause qui est contestée, voire même apparemment perdue.

C'est ce que le Christ a fait durant sa vie. Il est venu comme l'avocat et le défenseur de la Présence de Dieu dans le monde. Le sens de l'Incarnation c'est que le Christ est l'avocat de la présence de Dieu très saint dans ce monde de péché. Et dans le mystère de son humanité, de son Incarnation, il manifeste que Dieu n'a pas repoussé ni méprisé l'homme, mais qu'Il est là, proche de l'homme, pour le sauver et pour réinstaurer cette véritable relation d'amitié et de paix entre Dieu et les hommes. Telle était la mission du Christ. Et au moment où cette mission va prendre fin, dans le moment culminant de cette mission où le Christ meurt en donnant sa vie divine pour les hommes, il dit aussitôt : "Ne croyez pas que la mission d'avocat et de défenseur que j'ai tenue jusqu'à maintenant est terminée, mais il y aura un autre défenseur".

Et quel est le rôle de l'Esprit ? C'est précisément de défendre la présence du Christ dans le cœur des apôtres, dans le cœur de l'Église et dans le cœur des hommes Le monde, avec son péché, et même les apôtres avec leur désespoir, leur crainte et leur timidité, auraient très bien pu, d'une certaine manière, effacer en eux la présence du Ressuscité. On le voit d'ailleurs dans la plupart des récits d'apparitions où les apôtres ont du mal à croire. Saint Luc le dit à plusieurs reprises. Par conséquent, on ne peut pas dire que les apôtres aient eu d'emblée, au moment des apparitions du Ressuscité, le désir de raviver sa présence en leur cœur et dans leur existence. Par conséquent, il faut sans cesse, au cœur de l'Église, Quelqu'un qui ravive le témoignage de cette présence de Dieu au cœur du monde. Et c'est précisément l'Esprit Saint.

Il est donné afin que, comme le dit le Christ, "Vous verrez que je vis et vous aussi vous vivrez !" Les deux choses sont liées. "Vous verrez que je vis !" C'est la Résurrection, c'est le témoignage apostolique. Ils ont vu que le Christ est vivant, et toute l'existence de l'Église est basée sur ce témoignage. Mais il ne suffit pas de voir, il faut vivre. Nous ne sommes pas de purs spectateurs. Nous vivons. Or nous n'avons pas, par nous-mêmes, la ressource suffisante pour vivre et c'est la présence de l'Esprit qui témoigne comme un avocat et comme un défenseur, parce qu'on est vivant que c'est bien le signe que nous sommes enracinés dans le témoignage que Dieu a porté à la face de ce monde.

Ainsi s'accomplit le mystère de la communion trinitaire dans notre existence et dans notre vie de créatures. Le Père a donné la vie. Le Fils a manifesté qu'Il vit et l'Esprit nous fait vivre. Que ce temps qui nous prépare à la fête de la Pentecôte ravive en nous le sens de cette présence des trois personnes divines en notre cœur : le Père pour nous faire vivre, pour nous donner la vie, être à l'origine de la vie, le Fils pour nous manifester qu'Il est vivant et l'Esprit pour nous donner en plénitude cette vie.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public