AU FIL DES HOMELIES

Photos

 LA LOI ET L'ESPRIT

Ga 5, 13-25 ; Jn 15, 26- Jn 16, 4

Mercredi de la septième semaine de Pâques

(11 mai 2005)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

Choisir le bon chemin

D

ans l'épître aux Galates, saint Paul nous dit : "Si l'Esprit vous anime, vous n'êtes pas sous la Loi". Faut-il entendre par là que la Loi et l'Esprit s'opposent ? C'est vrai que nous avons une fâcheuse habitude qui est de fonctionner par "ou bien", "ou bien", une sorte d'esprit exclusif qui s'est révélé une fois encore au moment de l'élection du nouveau pape, ou les journalistes ne pouvaient fonctionner qu'entre deux termes : ou progressiste, ou conservateur. On se rend compte que c'était peut-être un peu plus compliqué que cela.

Est-ce que Paul oppose de manière systématique la Loi et l'Esprit ? Si on reprend le début de notre passage d'aujourd'hui on l'entend dire : "Une seule formule contient toute la loi en plénitude : tu aimeras ton prochain comme toi-même". On ne peut pas dire après cela que la Loi soit mauvaise : tu aimeras ton prochain comme toi-même. N'y aurait-il pas l'Esprit à l'œuvre dans cette Loi ?

Pour réfléchir à cette opposition, nous pourrions partir d'une autre opposition qui nous est aussi habituelle, qui est l'opposition entre la chair et l'esprit. Là aussi, très souvent dans nos catégories, nous opposons la chair, en imaginant la chair comme notre chair corporelle, et l'esprit n'étant que ce qu'il y a dans notre tête. En fait, quand nous lisons la manière dont saint Paul décrit ce qu'il appelle chair, et ce qu'il décrit comme étant esprit, nous voyons que pour lui la chair c'est du côté de la domination à la fois du corps, mais aussi domination de l'esprit sur l'esprit de l'autre. La chair donc ne se définit pas par le désir que j'ai de dominer l'autre dans tout ce qu'il est. L'esprit est défini au contraire comme étant toute l'attention, la serviabilité, la charité que j'ai quand je rencontre mon frère, ma sœur.

Je crois qu'ici on a la preuve qu'on ne peut pas opposer la chair et l'esprit selon les termes actuels, car enfin notre esprit, l'esprit humain est aussi inventif à faire le bien qu'à faire le mal, et je crois qu'on en fait l'expérience tous les jours, et l'histoire du monde en est remplie. Nous n'avons pas à réfléchir sur l'opposition entre la Loi et l'Esprit, mais à essayer de comprendre que la Loi et l'Esprit sont complémentaires. Nous savons très bien que si nous ne fonctionnons que sur ce que nous appelons la Loi, c'est-à-dire des préceptes, nous arrivons alors à vivre au niveau d'une communauté chrétienne dans la stérilité. Rien n'avance, tout est bloqué par les préceptes, pas de place pour l'inventivité. Mais nous savons aussi, pour en avoir fait l'expérience, que quand une communauté chrétienne veut fonctionner trop sur l'Esprit, on ne sait pas toujours jusqu'où ça va. Je crois que la Loi est bonne en tant que but. La Loi est là pour nous rappeler un objectif, à la fois ce que Dieu veut pour nous, un peu comme une carte routière qui nous dirait : je t'invite à venir à tel endroit, mais en même temps, cette Loi ne nous donne pas en tant que telle les modalités. Les moyens, c'est l'Esprit qui nous les donne. La Loi est du côté du but, et l'Esprit est du côté du moyen. Nous avons à apprendre à utiliser l'Esprit que Dieu nous donne, afin d'arriver à ce but, et non pas pour notre propre satisfaction.

Frères et sœurs, que ce temps de l'attente de l'Esprit pour nous, soit le moyen de nous rappeler que la Loi et l'Esprit ne s'opposent pas, qu'au contraire, nous avons à mettre toute notre inventivité, et l'inventivité de l'Esprit de Dieu au service de la Loi, c'est-à-dire d'aimer notre prochain, comme Dieu nous aime.

 

AMEN


 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public