Imprimer

IL VOUS CONDUIRA JUSQU'À LA VÉRITÉ TOUT ENTIÈRE

1 Jn 5, 1-12 ; Jn 16, 12-15

Vendredi de la septième semaine du temps pascal – B

(28 mai 1982)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

C

 

es paroles de Jésus au sujet de l'Esprit contiennent deux affirmations fondamentales qui, au premier abord, nous sembleraient un peu contradictoires et qui pourtant, s'éclairent en profondeur. Jésus dit d'abord : "L'Esprit vous conduira à la vérité tout entière" parce que nous ne sommes pas encore capables de porter cette vérité tout entière : "Je ne peux pas vous dire toutes ces choses maintenant car vous ne pouvez pas les porter. Lui, cet Esprit de vérité vous guidera jusqu'à la vérité dans sa totalité. Il vous fera connaître les choses à venir." N'entendons pas par là que l'Esprit Saint nous suscitera une sorte de prophétie anecdotique, nous rapportant les événements qui se produiront à l'avenir. Quand l'Esprit Saint nous fera part, c'est-à-dire nous fera participants, des réalités à venir, cela veut dire qu'il nous introduit dans le monde nouveau, dans ce monde qui vient, ce monde qui est celui de la résurrection, le monde du Royaume de Dieu, qui est le monde eschatologique dans lequel l'humanité tout entière et l'univers tout entier doit passer un jour. C'est donc les prémices de ce monde qui vient et c'est pourquoi il nous conduit dans la réalité tout entière, car la plénitude de la vérité, c'est-à-dire la plénitude de la lumière, la plénitude de densité de toute chose s'accomplira, se révélera, se manifestera, deviendra tangible quand toutes choses seront rassemblées en Dieu dans ce monde nouveau.

La deuxième affirmation, c'est que "l'Esprit ne dira rien de Lui-même". Cet Esprit dont on vient de nous dire quelle est la mission glorieuse et extraordinaire de nous conduire à la plénitude de toute vérité, voilà que Jésus nous dit, en même temps qu'il ne dira rien de Lui-même. Tout ce qu'Il dira consistera seulement à nous rappeler ce que Jésus nous a dit. C'est dire donc que nous ne devons pas attendre de révélation nouvelle. Il n'y a pas comme un nouveau Testament après l'ancien, il n'y a pas un troisième Testament, une troisième alliance, une troisième révélation. Après l'âge du Père, qui serait celui de l'ancien Testament, et la révélation du Fils dans le nouveau Testament, il n'y a pas un surcroît de révélation qui serait l'âge de l'Esprit, pendant le temps de l'Église. L'Esprit ne nous apprendra que ce que le Christ nous a appris et Jésus, d'ailleurs, s'empresse de le dire, "Tout ce qui est au Père est à Moi" et si donc l'Esprit vous révèle ce que je vous donne, moi-même je vous donne ce qui vient du Père. Il n'y a qu'une seule révélation celle du Père par le Fils dans l'Esprit. Et déjà le Nouveau Testament n'est que le déploiement, en pleine lumière, de ce que l'Ancien Testament contenait en germe. Il y a continuité dans la Révélation et non pas succession de révélations différentes.

Le rôle propre de l'Esprit, c'est précisément d'amener au grand jour, de faire découvrir dans le plus profond de nos cœurs ce que le Christ y a semé et qui était déjà manifestation du secret de Dieu que le Père avait seulement laissé entrevoir. Toute vérité est dans le cœur du Père, mais Jésus, Parole du Père, nous manifeste cette vérité qui est dans le cœur du Père, et l'Esprit Saint vient dans notre propre cœur pour que cette parole que Jésus nous a dite, cette Parole que Jésus est Lui-même. Que cette Parole illumine notre cœur et ne soit pas simplement dans notre cœur comme une parole close une parole incompréhensible, une parole étrangère, une parole qui viendrait d'ailleurs, mais que cette parole, dans notre propre cœur, devienne la substance même de notre vie, de notre être, qu'elle soit assimilée à ce que nous sommes, que nous devenions, par tout nous-mêmes, rumination, présence, assimilation à la Parole de Dieu qu'est Jésus. Tel est le rôle de l'Esprit.

Les disciples ont vécu à côté du Christ, dans son intimité, proches de Lui. Ils l'ont entendu de leurs oreilles. Ils L'ont vu de leurs yeux, touché de leurs mains. Mais, par l'Esprit, une étape nouvelle est franchie. Non pas par un apport de révélation nouvelle, mais parce que ce Christ que les disciples ont vu et touché de leurs mains, Il habite en nous par son Esprit. Nous sommes intérieurement transformés par la présence de cet Esprit-Saint à l'image du Christ. Ce que le Christ disait à ses disciples, ce qu'Il était auprès d'eux, voici que maintenant l'Esprit fait que c'est en nous, au plus profond de nous-mêmes que cela se réalise. Nous devenons le Christ. Par l'action de l'Esprit Saint la vérité de Dieu, la vérité que le Christ est venu apporter sur la terre va devenir notre vérité, notre identité, notre réalité profonde. Nous sommes transformés à l'image du Christ.

Et ne prenons pas ce mot image au sens faible, comme une sorte de ressemblance, de similitude plus ou moins lointaine. Nous sommes transformés à l'image du Christ, c'est-à-dire que, son image est imprégnée en nous. Ce que nous sommes, c'est ce que le Christ nous donne d'être : nous sommes les membres même du Christ.. Nous sommes son corps. Nous sommes le Christ sur la terre, en attendant, dans la plénitude de l'Esprit, que nous soyons avec Lui, avec le Christ, membres de son corps chacun pour notre part, que nous soyons entrés dans la plénitude de Dieu.

 

AMEN