AU FIL DES HOMELIES

Photos

IL PRENDRA DE MON BIEN

1 Jn 5, 1-12 ; Jn 16, 12-15

Vendredi de la septième semaine de Pâques – A

(8 juin 1984)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

L

 

'Esprit, c'est de mon bien qu'Il prendra pour vous en faire part." Je ne sais pas si vous avez déjà réfléchi sur ce qui est fascinant lorsqu'on voit un grand acteur ou un grand comédien. Ce qui est fascinant, c'est qu'on a l'impression que ce grand acteur, ce grand comédien, lorsqu'il joue, vous livre le plus intime de lui-même. Comme on le dit, il a son personnage tellement dans la peau, qu'on croit qu'il n'y a plus aucune distance entre le comédien tel qu'il est réellement et le rôle qu'il joue. Et à ce moment-là, on est incapable de dissocier. On dit qu'il se donne tout entier. En réalité, c'est tout à fait différent. Les grands comédiens et les grands acteurs savent bien qu'ils peuvent, à certains moments, arriver sur scène en portant des tas de soucis, de difficultés, de préoccupations mais n'en rien laisser paraître aux spectateurs lorsqu'ils jouent, par exemple, un rôle comique et qu'ils font rire une assemblée tout entière. Ceci peut nous aider à apprendre les paroles de l'évangile de saint Jean aujourd'hui. Non pas que le Christ soit un comédien, rassurez-vous. Ce n'est pas du tout cela que je veux dire.

Le Christ sent que ses disciples ne vont pas comprendre ce qui se passe. Il dit : "J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter." Au moment où Il va entrer dans sa passion, Jésus sait que les disciples vont "voir" quelque chose. Ils vont voir le Christ souffrant, raillé, moqué, outrage, conduit à la mort, mis au tombeau. Et même ils vont voir le Christ ressuscité, mais dans tout cela ils ne pourront pas atteindre encore le secret même du Christ. Ils vont voir des choses qui se passent. Ils vont voir des événements se dérouler devant eux. Ils vont même être terriblement bouleversés par ces événements, soit la peine, la douleur, la lâcheté, le désespoir, la fuite, soit au contraire la joie, le doute, l'hésitation au moment où ils verront le Christ ressuscité. Mais dans tout cela ils ne comprendront pas encore, ils n'entreront pas encore dans le secret même du Christ. C'est pourquoi le Christ leur dit : vous allez voir tout cela, ma mort, ma passion, ma résurrection, mais vous n'entrerez pas encore dans le secret de mon cœur, il faut que quelqu'un vous fasse franchir cette distance. Et ce quelqu'un c'est l'Esprit.

La plénitude de la Bonne Nouvelle, la plénitude de la révélation commencera au moment où l'Esprit Saint glorifiera le Christ et prendra de son bien. L'Esprit Saint va, pour ainsi dire, prendre le secret même de l'amour du Christ pour faire comprendre aux disciples que dans la mort et dans la Résurrection c'était bien le secret de l'amour de Dieu qui était ré­vélé.

Je vous parlais tout à l'heure du comédien dans lequel il y a ses attitudes, ses sentiments personnels et d'autre part ce qu'on lui voit faire. Et bien, d'une certaine manière, les disciples, au début, n'ont vu que les évènements. Ils n'ont vu que le côté du spectacle, de ce qu'il y avait à voir. Et c'est progressivement l'Esprit qui a pris le cœur du Christ et le leur a donné, qui leur a montré qu'à travers ces événements, c'était l'intimité même de Dieu qui se révélait. Les apôtres eux-mêmes n'auraient pas pu faire le chemin, en partant simplement des événements pour atteindre le mystère du Christ. Il fallait que ce soit l'Esprit qui scrute toutes les profondeurs de Dieu et qui, d'une certaine manière, prenne l'intimité de Dieu, la ravisse, pour la donner aux disciples, pour que, à travers ce qu'ils voient, ils comprennent vraiment ce que Dieu avait fait pour eux.

C'est pour cela que l'Esprit Saint est venu et qu'Il a été donné aux disciples. Il ne prend pas la succession du Christ. Il prend le Christ et Il Le donne, de la façon la plus intime, la plus intérieure qui se peut imaginer. A ce moment-là, en nous donnant le Christ, Il nous donne au Christ et Il nous fait entrer dans son propre secret.

Que cette Pentecôte soit vraiment pour nous la révélation de l'intimité de Dieu. Ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nos mains ont touché, ce que nous avons entendu, que cela ne soit pas simplement des gestes qui ont été posés, mais que, par l'Esprit Saint, cela nous livre l'intimité du cœur même de Dieu, voilà ce qui est étonnant dans la révélation, voilà ce qui est étonnant pour nous être les enfants de Dieu, d'avoir reçu de ce "bien" qui est l'intimité de la personne du Christ et dont l'Esprit nous fait part.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public