AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'ESPRIT DE VÉRITÉ

1 Jn 5, 1-12 ; Jn 16, 12-15

Vendredi de la septième semaine de Pâques – B

(20 mai 1994)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

Q

uand Il viendra, l'Esprit de vérité, Il vous conduira à la vérité tout entière." On pourrait entendre cette parole de Jésus comme si l'Es­prit saint apportait une révélation nouvelle, un contenu nouveau de la foi. Et il n'a pas manqué, dans l'histoire de l'Église, de théologiens ou de spirituels pour imaginer qu'il y avait eu ainsi une première ré­vélation, celle du Père dans l'Ancien Testament qui était encore générale, globale, puis une autre plus précise et plus détaillée confiée au Fils, la révélation du Nouveau Testament, et enfin une troisième révéla­tion, celle de l'Esprit saint pour le temps de l'Église qui nous conduirait vers des vérités nouvelles, des vérités supplémentaires, des vérités de la foi que Jésus ne nous aurait pas communiquées, à plus forte raison que le Père, dans l'Ancien Testament, n'aurait pas encore dévoilées. Et il y aurait ainsi une sorte de pro­grès par amplification, par accumulation de vérités nouvelles.

Mais si nous lisons attentivement le texte, nous voyons que Jésus ne dit pas cela. Certes l'Esprit nous conduira à la vérité tout entière, mais immédia­tement Jésus ajoute : "Il ne parlera pas de Lui-même, Il dira ce qu'Il entend. C'est de mon bien qu'Il recevra pour vous en faire part." Voici donc que cette révéla­tion que l'Esprit nous donne n'est pas autre que la Révélation apportée par Jésus C'est du bien même que Jésus nous a déjà donné que l'Esprit nous fera part, Ce n'est donc pas une autre révélation, d'autres vérités, une foi nouvelle, c'est le même contenu de la foi que l'Esprit nous apporte comme Jésus nous l'a déjà ap­porté.

Alors, est-ce que l'Esprit est un simple répé­titeur ? Est-ce qu'il se contente de rabâcher ce que Jésus a déjà dit dans l'évangile à ses disciples ? Il faudrait approfondir un petit peu ce rôle de l'Esprit pour voir en quoi il se distingue de Celui du Fils dont il est complémentaire. Mais concernant le Fils Lui-même Jésus nous dit : "Tout ce qu'a le Père est à Moi, Voilà pourquoi je vous dis : C'est de mon bien que l'Esprit prendra pour vous en faire part." Voilà donc que le bien du Fils n'est pas différent du bien du Père et que le Fils, ne nous apporte pas, Lui non plus, des vérités distinctes, nouvelles, que le Père ne nous au­rait pas données. Il n'y a qu'une seule foi qu'une seule vérité de la foi et elle est commune au Père, au Fils et à l'Esprit.

Les rôles du Fils et de l'Esprit sont différents par rapport à cette foi, non pas en ce qu'ils nous ap­porteraient des révélations nouvelles, mais en ce qu'ils nous manifestent différemment cette vérité dont le Père est la source. Il n'y a qu'une seule vérité de foi, c'est le mystère intime, profond, intense du Père. Le Père est source de toute vérité, toute vérité repose dans le sein du Père. Et c'est du "Père des lumières que vient tout don parfait" toute donation faite aux hommes.

Le Christ, le Fils, la deuxième personne de la Trinité, est le rayonnement de ce mystère du Père. Ce mystère dont le Père est la source, ce mystère qui repose dans les profondeurs intimes du Père ? Jésus, le Fils, le Christ est Celui qui le fait éclater, qui le manifeste, qui le fait rayonner. Ce rayonnement n'est pas différent de la source de la lumière, c'est la même lumière Mais c'est cette même lumière saisie dans son origine, dans sa plénitude, dans sa densité intérieure. Et cette même lumière saisie dans son rayonnement, dans son jaillissement, dans son surgissement, Jésus est Celui qui fait éclater le mystère du Père, qui fait éclater la vérité intérieure qui repose dans le sein du Père. Et cette vérité est entière parce qu'elle nous pé­nètre jusqu'au plus profond de nous-mêmes, parce qu'elle devient notre vérité, parce qu'elle s'intériorise en nous.

Le rôle de l'Esprit c'est de faire que ce rayon­nement, cet éclat que le Christ a manifesté ne nous reste pas extérieur, mais devienne "notre bien", entre au plus profond de nous-mêmes, nous pénètre, nous transforme, devient nôtre La vérité de Dieu devient notre vie, elle devient co-naturelle à ce que nous sommes. Plus exactement nous sommes co-naturali­sés à cette vérité de Dieu L'Esprit nous transforme à l'image, à la forme même de cette vérité qui repose éternellement dans le sein du Père et que Jésus nous a manifestée.

Il y a donc, par rapport à nous, une complé­mentarité dans le rôle du Père, du Fils et de l'Esprit. Le Père est la source infinie, inépuisable de toute vé­rité. Le Fils est le Révélateur du Père, Celui qui l'a manifesté "Dieu, personne ne l'a jamais vu, mais le Fils, Lui qui repose dans le sein du Père", Lui qui boit au sein du Père, nous l'a fait connaître nous dit saint Jean. Cette vérité éternelle, Lui nous l'a mani­festée Le Fils a rendu visible le Dieu invisible, a rendu visible la vérité qui reposait dans l'intimité du Père. Et l'Esprit, Lui, fait que cette vérité ainsi révélée à nos yeux, manifestée, devient notre vérité, entre en nous, nous pénètre, nous transforme à son Image, fait de nous des manifestations vivantes de cette vérité que le Christ nous a révélée.

Voilà le rôle de l'Esprit. Et c'est pour cela que la vérité devient tout entière parce que ce n'est plus une vérité extérieure, ce n'est plus une vérité seule­ment objective, une vérité simplement proclamée. C'est une vérité qui devient nôtre, qui entre jusqu'au plus profond de nous-mêmes, qui nous pénètre, qui nous envahit, qui nous habite, qui demeure en nous. Voilà le rôle de l'Esprit.

En ces jours où nous attendons l'Esprit car la Pentecôte est un événement permanent de l'histoire de l'Église, en ces jours où nous attendons ce don de l'Esprit, préparons-nous à ce que la vérité rentre dans notre chair, dans notre cœur, dans notre esprit, dans notre âme, dans nos os, dans notre être tout entier pour que nous soyons véritablement remplis de cette vérité.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public