AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'ESPRIT EST A L'ŒUVRE DANS NOTRE CŒUR PROFOND

1 Jn 5, 1-12 ; Jn 16, 12-15

Vendredi de la septième semaine de Pâques – A

(13 mai 2005)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

L

'Esprit vous conduira vers la vérité tout entière". Ces paroles de Jésus insistent donc sur le caractère de révélateur de l'Esprit. C'est par l'Esprit que nous accédons au plus profond du mystère de Dieu. C'est par l'Esprit que grandit en nous la foi.

Est-ce à dire que l'Esprit nous révèle des dimensions nouvelles de la foi ? Comme si une partie du mystère de Dieu nous avait été dévoilé par le Père dans l'Ancien Testament, une autre par le Fils dans l'évangile, et que des mystères cachés, nouveaux, nous seraient révélés par l'Esprit tout au long de l'histoire de l'Église. Jésus immédiatement, nous met en garde contre une telle imagination, et nous le savons bien, Jésus est le Parole du Père, Il est celui qui nous a tout dit du Père. L'Esprit n'a donc pas à ajouter des vérités nouvelles. C'est pourquoi Jésus nous dit tout de suite : "Quand Il viendra, Il vous introduira dans la vérité tout entière, car Il ne parlera pas de lui-même". L'Esprit n'a pas à apporter autre chose que ce que le Christ nous a déjà donné, ce qu'Il entend, Il le dira. "Il me glorifiera, c'est de mon bien qu'Il prendra pour vous en faire part, Il vous le dévoilera". L'Esprit, c'est donc celui qui illumine nos cœurs, qui dévoile tout ce qu'il y a de caché dans le mystère de Dieu, pour nous permettre d'aller plus loin, d'approfondir ce mystère, non pas avec des éléments nouveaux, comme si c'était la dernière innovation que l'Esprit nous révélait d'apparition en apparition, comme nous sommes quelquefois friands d'avoir du nouveau à savoir. Il ne s'agit pas de nouveauté, ou plus exactement, il s'agit de l'unique nouveauté qui jaillit en permanence du cœur du Père et qui est précisément le don que le Père fait au Fils, et qu'à travers le Fils, Il nous fait par l'Esprit. Dieu se donne à nous par Jésus et par l'opération de l'Esprit.

Le Père est la source et la fin de toutes choses, toute notre vie et l'histoire du monde s'accompliront quand nous serons introduits dans la vie intime du Père, quand nous le verrons face à face, quand nous pénétrerons dans cet amour infini qui jaillit sans cesse de son cœur. Le Père est donc celui d'où sourd comme une source, tout ce mystère. Et ce mystère c'est le Fils. Le Fils, celui qui est engendré par l'amour infini du Père, Il est l'image parfaite du Père, Il est celui qui nous dit le Père, comme saint Jean le dit dans son évangile : "Le Père, personne ne l'a jamais vu mais le Fils nous l'a révélé". Et cette révélation plénière, totale, absolue qui est dans l'évangile, à laquelle il n'y a rien à ajouter, l'Esprit va la faire pénétrer à l'intérieur de nous-même. Et c'est pourquoi l'Esprit, c'est Dieu au plus profond de notre propre cœur, Dieu qui, en quelque sorte, fait pénétrer ce mystère dans notre propre chair, dans notre propre cœur pour que nous en soyons totalement imprégnés, totalement investis.

C'est pour cette raison que l'Esprit est comparé à l'huile qui pénètre, adoucit, et va jusqu'à l'intérieur du corps quand on fait une onction. L'onction qui a lieu à la fin du baptême et qui est reprise à la confirmation avec le chrème saint, cette huile sainte consacrée le jeudi saint, c'est une image de l'Esprit qui ne nous apporte pas des choses nouvelles mais qui rend définitivement nouvelles tout ce que le Christ nous a dit et tout ce que le Père ne cesse de nous dire. Alors l'Esprit nous conduit ainsi à la vérité tout entière, à la plénitude de la vérité. C'est cela la vie de la foi. La foi, ce n'est pas comprendre des choses nouvelles, ce n'est pas apprendre des éléments nouveaux, c'est entrer de plus en plus profondément dans le mystère de Dieu. C'est ce que nous dit saint Jean dans sa première épître : "Quelle est la victoire sur le monde ? C'est la foi". Il n'y a rien d'autre que l'adhésion de foi au mystère de Dieu. Mais de cette foi, l'Esprit est le témoin. Il en témoigne nous dit saint Jean, de façon un peu mystérieuse à travers l'eau et le sang, à travers l'eau du baptême, l'eau qui nous plonge déjà dans la présence de Dieu, et le sang de l'eucharistie qui fait que cette présence de Dieu, le Christ vivant sur la terre avec son corps et son sang, devient notre nourriture, devient notre boisson, devient notre propre chair, devient notre propre être. A travers ces mystères de l'eau et du sang, à travers ces mystères du baptême et de l'eucharistie, l'Esprit nous fait aller toujours plus loin dans la présence de Dieu, dans l'adhésion de foi au mystère de Dieu. Non pas que nous soyons capables de faire des discours, non pas que nous soyons capables de démontrer le mystère de Dieu, comme si c'était un théorème scientifique, mais ce mystère devient de plus en plus notre vie intérieure. C'est pourquoi la foi n'est pas séparable de la sainteté, c'est pourquoi le rôle révélateur de l'Esprit n'est pas séparable de son rôle sanctificateur, car il n'y a pas de foi sans que nous soyons remplis d'amour pour ce mystère que Dieu nous révèle, et il n'y a pas d'amour qui ne soit fondé sur ce contact que la foi établit entre nous et le mystère par l'œuvre de l'Esprit.

En ces jours où nous attendons la venue de l'Esprit, préparons-nous à aller plus avant, à aller plus au large, à aller plus profondément à l'intérieur de nous-même, où nous trouverons l'Esprit à l'œuvre qui établit, imprime, fait pénétrer ce mystère de Dieu au plus profond de notre être. Que ce temps de la Pentecôte soit pour nous un temps de la révélation de Dieu qui nous prépare à la vie éternelle.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public