AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA CREATION ENTRE DANS LE COEUR DE DIEU

Ac 1, 1-11 ; Ep 1, 17-23 ; Mt 28, 16-20
Ascension – année A (jeudi 21 mai 2020)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Cette homélie a été prononcée en studio pendant la période de confinement que nous connaissons, et communiquée à l’assemblée paroissiale par le site internet de la paroisse.

Christ en gloire Georgie Khoreti

Christ en gloire (Khoreti, Géorgie)

Bonjour Frères et Sœurs,

Bonne fête de l’Ascension puisque c’est aujourd’hui le jeudi 21 mai et même si le rythme de la célébration liturgique n’a pas encore repris, nous sommes tout heureux de pouvoir célébrer ce mystère qui est, comme le disait saint Ephrem, la fête des fêtes. En effet, nous revenons au cœur même du mystère de la foi : quand on dit que le Christ, non seulement est ressuscité mais aussi qu’Il est monté aux cieux et qu’Il siège à la droite de Dieu, nous voulons dire quelque chose de très difficile à expliquer et qui mérite quelques commentaires.

Dans notre tête, dans notre cœur, l’Ascension est tout cet ensemble d’images qui se présentent à nous avec un Christ qui s’élève, qui vole, qui voltige même dans les nuages, qui fait de grands gestes de bénédiction… C’est le thème baroque par excellence. Et il est vrai que, si on lit le texte de Luc, à la première lecture et pour nous occidentaux qui sommes obsédés par la construction et la structure de l’espace, il faut absolument que nous arrivions à expliquer comment Jésus monte aux cieux. Pour nous, dans notre inconscient, l’Ascension (et ce n’est même pas le mot qui est utilisé par saint Luc), c’est le trajet, la non-limitation des cent kilomètres si vous voulez une référence actuelle. Jésus a pris tout l’espace et ce n’est pas faux car c’est une fête de la royauté du Christ.

Le Christ a vécu sur terre et Il a vécu dans l’espace, soumis à cet espace, soumis à ce temps et c’est pour cela que l’on peut écrire sa vie, son œuvre et sa présence. On peut les décrire mais il y a un moment où cela prend une autre dimension. Il faut donc expliquer comment Jésus entre dans la gloire. A ce moment-là, n’importe quelle image pourrait convenir parce que de toute façon, on ne sait pas ce qui se passe. Qu’est-ce que cela veut dire qu’un être, même Dieu, avec son corps, avec son humanité ressuscitée, entre dans la gloire du Père, rentre dans le sein du Père, comme on le dit également dans certaines formules liturgiques.

Ce qui devrait à la fois nous déconcerter et nous remplir d’une joie incroyable, c’est que notre être, notre corps, notre chair, notre humanité dans son intégralité, sont appelés à entrer dans le cœur même de Dieu. Si l’Ascension n’est pas cela, ce n’est pas la peine d’y penser. Mais c’est précisément cela qui est en jeu, c’est que le Christ manifeste à ses disciples uniquement dans cette phase – celle qui est sur la terre, qui ne voit pratiquement rien car nos yeux de chair ne voient pas grand-chose –, Il montre cette humanité qu’Il a assumée, qu’Il a vécue, qui est passée par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel de l’humanité jusqu’à la mort et la mise au tombeau. Il est passé par tout cela.

Cette humanité-là entre dans le mystère de Dieu de telle sorte que l’on peut dire qu’au cœur de la Trinité, siège un être humain, l’humanité de Jésus. Et c’est là, la place qu’Il nous a promise, c’est là, la place qu’Il nous a préparée, c’est la place par laquelle nous sommes, nous aussi, appelés à entrer dans le cœur même de Dieu. De ce point de vue, les Pères grecs surtout, avaient une vision beaucoup plus exigeante, métaphysique et profonde que la plupart des Pères d’Occident qui rament un peu sur le trajet. Les Pères grecs voient bien que ce n’est pas un trajet, ils voient que c’est l’entrée même de la création dans l’incréé. Jusque-là, la création a été voulue, « et Dieu vit que cela était bon ». La création vit sous le regard de Dieu. Maintenant, elle va vivre dans le cœur même de Dieu. Et ce n’est pas la peine d’essayer de savoir comment cela se fait. On n’en sait rien. Mais, ce que l’on sait, c’est que le Christ l’a manifesté d’une façon très mystérieuse à ses disciples en disant : « à partir de maintenant, j’inscris et je grave la destinée de votre humanité dans le cœur même de mon amour reçu du Père et manifesté par la puissance de l’Esprit ».

Vous comprenez pourquoi cela est un peu le nœud de la foi chrétienne. Bien sûr, on pourrait se contenter de dire qu’Il est ressuscité et que cela suffit. De nombreux exégètes disent que l’Ascension est finalement une annexe, c’est pour faire comprendre qu’Il n’est plus là. Non, l’Ascension n’est pas cela. C’est pour faire comprendre qu’Il est dans le cœur du Père. Autrement dit, c’est la conclusion de ce qui avait été annoncé dès le début dans l’Evangile de saint Jean : « Le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu et le Verbe était tourné vers le Père ».

Voilà, jusqu’à présent, Dieu était éternellement sans humanité et maintenant, Il est dans et par son humanité. Ce n’est pas la peine de chercher à savoir comment cela se fait. Nous arriverions tout juste à de mauvaises intuitions mystiques que je pense un peu ridicules. Mais, sur le fond, c’est quand même extraordinaire que le christianisme puisse dire que Dieu est créateur, qu’Il a voulu que nous existions pour que nous existions en Lui. C’est cela l’Ascension. C’est le mystère de la porte ouverte : comment le cœur même de Dieu devient la porte ouverte de l’humanité.

Frères et sœurs, cela se passe de tout commentaire. Vous avez d’ailleurs un petit schéma de célébration (que nous devons à un diocèse suisse), qui est centrée sur la bénédiction car quand on est béni, c’est le moment où l’on entre dans le cœur de quelqu’un et d’où sort tout le bien qu’il nous veut. L’Ascension aujourd’hui, c’est cela. Et surtout, ne vous cassez pas trop la tête sur toutes les réflexions que j’ai faites sur l’Ascension et la conversion. Cela viendra plus tard. Réfléchissez-y tranquillement.

Je vous souhaite une très bonne fête de l’Ascension. Entrons tous ensemble dans le cœur de Dieu. Il n’y a pas d’autre but dans la vie.

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public