AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'ASCENSION PLÉNITUDE DE LA RÉSURRECTION

Ac 1, 1-11 ; Ep 1, 17-23 ; Mc 16, 15-20
Ascension - Année B (24 mai 1979)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

En cette fête de l'Ascension où nous nous trouvons comme les disciples au Mont des oliviers devant le ciel où leur Seigneur est monté, le Christ Ressuscité, Celui en qui nous croyons a disparu. Cette fête nous trouve comme hébétés devant ce ciel. Lorsqu'on parle du ciel, on rencontre diverses attitudes. Il en existe deux très courantes. Il y a celle de beaucoup de gens qui ne veulent penser qu'à la terre, ne regardant que la terre. Ils ont le souci de leurs affaires, du bon fonctionnement de leur vie, du bonheur, de la réussite sur la terre. C'est déjà beaucoup, cela a de quoi occuper toute une vie. Ils ne veulent pas voir le ciel. Il y a une autre attitude peut-être plus répandue chez les chrétiens. On rencontre des gens tiraillés entre le ciel et la terre, comme déchirés. Lorsqu'ils s'intéressent aux réalités terrestres, ils pensent s'éloigner de Dieu. Lorsqu'ils s'adonnent à la quête de Dieu pour Lui-même, ils se sentent coupables à l'égard du monde. C'est dur donc, de penser au ciel. Vous devinez bien que le vrai regard du chrétien ne correspond à aucune de ces attitudes.

       Quand Jésus est venu sur la terre pour habiter parmi nous, naissant d'une femme, la vierge Marie, Jésus le Fils de Dieu ne s'est pas pour autant éloigné du Père. Aujourd'hui nous célébrons la montée de ce même Jésus, vrai homme et vrai Dieu, auprès de son Père. Il ne s'éloigne pas pour autant de nous, pas plus qu'Il ne s'était éloigné de son Père en venant habiter parmi nous. Cette fête de l'Ascension est comme la réplique de l'Annonciation de ce jour où Il est venu dans le sein d'une vierge, pour inaugurer le Règne de Dieu, nous annoncer le Royaume de Dieu. Aujourd'hui, Il nous fait entrer avec Lui dans ce Royaume. Pour entrer dans l'intimité même de Dieu, dans la vie de la Trinité, il nous est seulement demandé de croire en Lui. "Celui qui croira en Moi, mon Père et Moi nous ferons en lui notre demeure !" Oui, Jésus Ressuscité, monté auprès du Père, habite en nous et nous, nous habitons en Lui, en Lui nous sommes montés auprès du Père.

       Dans le texte de l'épître, saint Paul compare le corps du Christ à l'Église, le Christ étant Lui-même la tête de l'Église. Par cette fête de l'Ascension, la tête de ce corps qui est l'Église, cette Eglise que chacun d'entre nous nous constituons, est auprès du Père. Le Christ vit dans la vision du Père et nous qui sommes son corps, nous profitons déjà de cette vision du Père, de cette gloire dans laquelle aujourd'hui entre Jésus, son Fils. Ce mystère est grand. Ce mystère renferme une grande joie. Il doit nous atteindre de plein fouet. Car si le Christ est assis à la droite du Père, nous-mêmes, par les yeux du Christ contemplant le Père, nous sommes transformés, inondés, marqués par cette gloire de Dieu.

       Ce n'est pas un hasard si, le jour où le Christ entre dans la gloire du Père, Il envoie ses apôtres annoncer le Royaume de Dieu. Ce même Christ, contemplant la gloire du Père et vivant en nous, nous transforme à tel point que nous pouvons, à notre tour, reconnaître que nous avons un Père qui nous sauve en son Fils et nous convie au bonheur en sa présence. Ceci est une bonne nouvelle. Cette présence du Christ en nous, nous donne la force de l'annoncer par la présence de son Esprit qui nous a été donné au baptême. Cette vie de l'Esprit en nous est la marque même de la gloire de Dieu au cœur de nos existences. Il faut la laisser grandir en nous. Et ce ne sera pas en oubliant notre Père, ou en nous occupant à un moment de la terre et à un autre moment du ciel. Nous ne sommes pas des êtres divisés par notre Père du ciel, nous sommes au contraire, des êtres qu'Il unifie par son Esprit. Nous n'aimons pas Dieu un instant et notre prochain à un autre. C'est le même amour de Dieu, le même amour que le Christ nous a révélé qui est présent, à tout moment en nous et qui nous fait regarder notre Père avec amour et tout être avec le même amour, car venant d'un même père, tout être humain est notre frère, est notre sœur. C'est cela qu'il faut laisser croître en nous, cette perception, cette intuition profonde et réelle que nous avons un Père unique qui veut notre bonheur et qui fait de chacun de nous des frères, des sœurs pour vivre auprès de Lui. C'est cela la vie de l'Esprit.

       En cette fête de l'Ascension où nous entrons dans la gloire du Père, des enfants vont recevoir pour la première fois le Corps et le Sang de Jésus Ressuscité. Puissions-nous prendre conscience que, si nous ne voyons pas le Christ Ressuscité, Il est pourtant présent au milieu de nous d'une manière tout à fait extraordinaire à laquelle nous sommes bien trop souvent habitués. Dans son eucharistie, le Christ est là comme une nourriture, comme une boisson qui vient sur le chemin, qui nous mène vers le Père pour nous fortifier et nous faire croître dans la vie de l'Esprit. Puissions-nous découvrir davantage sa présence du Christ Ressuscité présent dans l'eucharistie.

       Puissions-nous nous laisser emporter par la joie de cette fête. Puissions-nous regarder le ciel sans crainte, mais au contraire comme le lieu vers lequel, tous ensemble, nous allons, ce lieu où nous connaîtrons le bonheur, où toutes les larmes de nos visages de douleur seront essuyées et où, enfin, nous connaîtrons notre Père tel qu'Il est. Alors nous serons vraiment frères les uns des autres parce que Dieu sera tout en tous. Saint Jacques dit que le véritable amour ne connaît pas la crainte. Que ce jour soit un jour sans crainte, un jour vécu dans la confiance, dans l'espérance avec l'assurance que, déjà, nous connaissons la joie, mais qu'elle est peu de choses à côté de l'immense joie que nous connaîtrons quand nous verrons la gloire de Dieu.

       AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public