AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA RÉCAPITULATION DE TOUTES CHOSES DANS LE CHRIST GLORIFIÉ

Ac 1, 1-11 ; Ep 1, 17-23 ; Lc 24, 46-53
Ascension - Année C (25 mai 1995???)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Actes 1, 1-11 ; Ephésiens 1, 17-23 ; Marc 16, 15-20

Fête de l'Ascension

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

L

'événement qui est à la base de la fête que nous célébrons aujourd'hui est la dernière apparition du Christ ressuscité à ses disciples, dont nous venons d'entendre le récit dans les Actes des apôtres. Mais à l'intérieur de cet évènement, un mystère est contenu, et ce mystère, l'Écriture et la liturgie à sa suite l'expriment par deux images, l'une que nous donnait les Actes des apôtres : "le Christ s'est élevé, Il est monté aux cieux ", et l'autre image exprimée par saint Paul : "Dieu a fait siéger le Christ à sa droite dans les cieux", et par l'évangile de saint Marc qui la joint dans une même phrase avec la première : "Le Seigneur Jésus fut enlevé au ciel et Il s'assit à la droite de Dieu". A travers ces images du Christ qui s'élève c'est-à-dire qui quitte la terre, qui quitte les coordonnées de notre monde pour retourner au Père, du Christ qui s'assied à la droite du Père c'est-à-dire qui est intronisé comme roi de l'univers, ce qui nous est signifié c'est que le Christ, ayant pris une chair humaine, une nature humaine dans le sein de la vierge Marie, retourne ressuscité, transfiguré, glorifié en cette même chair cette nature humaine, dans le sein du Père où Il était de toute éternité et qu'Il n'a, en fait, jamais quitté. Désormais l'humanité du Christ se trouve auprès du Père, au cœur même de la Trinité.

       Ce mystère de l'Ascension est donc le mystère de la glorification de la nature humaine du Christ. Mieux encore, à travers la nature humaine du Christ, à l'intérieur de la nature humaine du Christ, c'est la nature humaine tout entière, celle d'Adam notre père celle de toutes les générations humaines qui se sont succédées, celle de chacun de nous, c'est la nature humaine de tous les hommes de tous les temps et de tous les lieux, qui participe déjà à cette glorification. Saint Irénée, un des grands docteurs de la foi de l'Église exprime ce mystère en parlant de la récapitulation de l'humanité et même de la récapitulation de tout l'univers dans le Christ Jésus. Dans l'épître aux Éphésiens, saint Paul dit en effet : "Quel est Celui qui monte aux cieux sinon Celui qui était d'abord descendu", non seulement sur la terre, mais "jusqu'aux profondeurs de la terre", (Ephésiens 4. 9-10), essayant ainsi de présenter l'ensemble du mystère de l'économie du Christ incarné, ressuscité et monté aux cieux comme une sorte de parcours qui remplit la totalité de l'univers descendu jusqu'aux profondeurs des enfers où Il est allé chercher les morts qui attendaient la délivrance, Il a parcouru l'univers tout entier, notre terre où Il a vécu pendant trente trois ans, le ciel, toutes les hauteurs des cieux, et tout cela est récapitulé en Lui dans la gloire du Père. Et le même saint Paul, dans l'épître aux Colossiens, parle de ce "cortège triomphal" du Christ qui "entraîne derrière lui "toutes" les puissances et les principautés" célestes ou terrestres (Col.2,15). Tout est soumis à cette royauté universelle du Christ.

       "Le Verbe de Dieu, le Fils Unique qui était de tout temps présent à l'humanité", car Il l'avait créée, étant comme la main du Père qui façonne l'homme à l'image de Dieu, "s'est uni et mêlé, selon son bon plaisir, à son propre ouvrage, par Lui modelé et s'est fait chair". Voilà la première étape : l'Incarnation du Christ.

       "Et c'est ce Verbe fait chair, Jésus-Christ, notre Seigneur, qui a souffert pour nous, qui est ressuscité pour nous, qui reviendra dans la gloire du Père pour ressusciter toute chair". C'est la deuxième étape : la Pâque du Christ. Car "ce Christ Jésus est venu à travers toute l'économie et Il a tout récapitulé en Lui-même". Et voici le mystère même que nous célébrons aujourd'hui : "Il a récapitulé l'homme en Lui, d'invisible devenant visible, d'insaisissable, saisissable, d'impassible, passible, de Verbe, Homme". Lui qui est Dieu, Lui qui est invisible, sans limite, Il a voulu s'enfermer dans les étroites limites d'une chair humaine, d'une nature humaine. "Il a tout récapitulé en Lui afin que de même que le Verbe de Dieu a la primauté sur les êtres célestes et spirituels, Il l'ait aussi sur les êtres visibles et corporels, et que se donnant Lui-même comme tête de l'Église, Il attire tout à Lui". Ces paroles de saint Irénée résument bien ce mystère d'universelle récapitulation qui est celui que nous célébrons en ce jour.

       La nature humaine du Christ conduit en elle la nature humaine de tous les hommes de tous les temps et de tous les lieux. En effet si le Christ a pris une nature humaine en tout semblable à la nôtre, en revanche la personne du Christ, la présence qui est ainsi incarnée dans cette nature humaine n'est pas une personne humaine comme la nôtre, un individu qui ferait nombre avec les autres. La personne de Jésus, c'est la personne même du Verbe de Dieu, la deuxième personne de la Trinité. Cet homme que les apôtres ont vu de leurs yeux, que leurs mains ont touché, avec qui ils ont mangé, vécu, parlé, qu'ils ont aimé, cet homme, c'est le Verbe du Père, c'est Dieu Lui-même qui se fait homme. Et ainsi cette personne qui est la plénitude de la divinité, cette personne divine qui a créé le monde, qui est au-dessus de tous les êtres célestes ou terrestres, et qui, de son dynamisme créateur, a fait surgir tous ces êtres du ciel et de la terre, contient en elle-même toute la réalité de tous les êtres du monde. Et quand le Verbe devient homme, sa nature humaine reçoit, par l'union à la personne divine, cette plénitude qui fait qu'Il n'est pas un homme parmi les autres, mais qu'Il est l'homme au centre de toute l'humanité, l'homme résumant en Lui tous les hommes, ayant un lien unique, profond avec chacun d'entre eux, de telle sorte que nous sommes tous contenus en Lui.

       Ainsi quand le Christ ressuscité retourne auprès du Père, il y retourne comme Dieu et comme homme, comme l'homme qui résume en Lui l'humanité tout entière et qui ainsi introduit toute l'humanité et chacun d'entre nous dans le cœur du Père. Quand saint Irénée nous dit que Jésus récapitule en Lui l'humanité, il veut dire, de façon bien exacte, que nous sommes tous réellement présents en Jésus-Christ et que, dans la Résurrection du Christ nous sommes tous déjà ressuscités. Le plus important du mystère de notre vie s'est accompli en Jésus-Christ. Il faut, bien sûr, que se déroule notre existence terrestre et que nous allions jusqu'au bout de notre vie pour pouvoir mourir et ressusciter avec Lui. Mais si nous restons unis au Christ si nous gardons cette unité et ces liens d'amour avec Lui, nous arriverons là où Il est déjà et là où Il ne se contente pas de nous précéder, mais où déjà Il nous a introduits. Car par cette relation intime de personne à personne qui nous unit à la personne du Verbe incarné, déjà notre résurrection est virtuellement accomplie, déjà, dans le Christ, nous sommes au cœur de la Trinité. Ainsi le Christ, dans ce mystère de l'Ascension, rassemble en Lui toute l'humanité et c'est pour cela qu'Il est la tête de l'Église et que l'Église, c'est-à-dire nous-mêmes, nous sommes les membres de son corps.

        Mais cela n'est pas vrai seulement de nous, les hommes, cela est vrai aussi de l'univers tout entier, car en se faisant homme, le Christ a pris une chair humaine, une chair qui est faite de la même matière que celle du monde. Et c'est sa chair qui est ressuscitée qui est auprès du Père, c'est sa chair qui est dans le sein de la Trinité, et par conséquent l'univers matériel tout entier, les animaux, les plantes et même les étoiles, tout ce qui remplit notre univers est déjà aussi récapitulé en Jésus-Christ, et introduit en Jésus-Christ dans le cœur du Père. C'est donc la création tout entière qui est rassemblée glorifiée en Jésus-Christ. Ce qui s'accomplira au dernier jour, cette universelle transfiguration du monde, est déjà virtuellement accompli dans la chair du Christ ressuscité à Pâque et introduit auprès du Père dans la gloire.

        Frères et sœurs, cette récapitulation de l'univers, cette récapitulation de notre propre humanité et de chacun d'entre nous dans le Christ Jésus doit être, pour nous, une source d'espérance, de joie et de gloire infinie, car nous ne sommes pas seulement des êtres divisés éparpillés qui cherchent à retrouver leur unité. Nous ne sommes pas dans un univers disloqué qui chercherait tant bien que mal à subsister et à trouver son équilibre, nous sommes déjà membres de cet univers nouveau, de ce monde éternel que le Christ en sa propre chair, recrée et déploie de jour en jour jusqu'à la consommation finale. Oui, déjà nous sommes membres du Christ, déjà nous sommes participants de la vie de Dieu, déjà l'essentiel de nous-mêmes est dans le cœur du Père, déjà nous sommes au sein de la Trinité. Que cette fête de l'Ascension soit pour nous la fête de la certitude de la foi, la fête de l'espérance de l'épanouissement de tout ce que nous sommes et de notre être le plus profond.

       Rendons grâce à Dieu qui nous a donné son Fils pour qu'en Lui nous devenions Dieu, que nous soyons divinisés, pleinement, réellement, totalement enfants de Dieu.

       AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public